Séminaire GeFeM – Marceline Desbordes-Valmore, une poète face à la répression de l’insurrection lyonnaise de 1834 (15/02)

Titre : Marceline Desbordes-Valmore, une poète face à la répression de l’insurrection lyonnaise de 1834.

Intervenante : Christine Planté

Professeure émérite de littérature française et d’études sur le genre

Université de Lyon 2, UMR IHRIM 5317

Introduction : Nicole Cadene, Historienne, GEFEM-GECRIS

Résumé
Les révoltes lyonnaises des Canuts en novembre 1831 et avril 1834, sont aujourd’hui envisagées comme les premiers grands conflits sociaux urbains de l’ère moderne en Europe.
Si les témoignagnes écrits ne manquent pas à leur sujet, les textes littéraires sont rares, et plus encore les textes poétiques.
C’est une femme, Marceline Desbordes-Valmore, qui dès 1834 écrit des vers remarquables sur la répression de l’insurrection, qu’elle ne pourra tous publier alors. Elle fait ainsi entendre, au sein du romantisme français, une nouvelle poésie sociale et politique, qui étonne par rapport à l’image dune poésie féminine amoureuse qui lui est le plus souvent attachée, et qui touche encore aujourd’hui

 

 

Télécharger le flyer ici

Atelier EFiGiES (25/01, Aix en Pce)

L’équipe EFiGiES Aix-Marseille vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence. La prochaine séance de l’atelier aura lieu

Le jeudi 25 janvier 2018 de 13h30 à 16h30

à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix en Provence
Salle 7
5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence.

Nous aurons le plaisir d’écouter :

Anastasia-Alithia Seferiadis
Aix-Marseille Université, IRD, LPED

Trajectoires d’émancipation des femmes au Bangladesh: entre marginalisation et aliénation.

Résumé de l’intervention. Alors que l’émancipation apparait comme un but affiché de nombreuses initiatives locales ou organismes internationaux, de nombreux débats présentent d’une part une opposition entre une vision impliquant des conflits, et qui permet la transformation sociale via une rupture avec l’ordre établi, et d’autre part une vision présentée comme « neutre ». Ces débats sont reflétés par différentes pratiques sur le terrain, il est donc question d’interroger comment les femmes s’engagent dans diverses stratégies émancipatoires. S’appuyant sur un travail de terrain au Bangladesh, sont comparés deux projets de développement des femmes. Dans le premier, les femmes empruntent des trajectoires d’émancipation qui contournent les résistances imposées par les pouvoirs et en particulier par leur capital social : leurs trajectoires de développement sont en harmonie avec les normes patriarcales et les figures de pouvoir locales. Alors que dans le second, elles adoptent des stratégies résolument en rupture avec les normes établies. Ces projets permettent d’analyser comment des femmes s’emparent de projets de développement confrontées au double risque de se marginaliser ou de s’aliéner.

Noura Raad
Aix-Marseille Université, Université libanaise de Beyrouth, LDPSC

Le statut des femmes en droit pénal comparé français-libanais et la lecture genrée du droit pénal.

Résumé de l’intervention. Les femmes rencontrent plusieurs obstacles pour exercer leurs droits, être libres, porter plainte, être dédommagées et imposer le respect de leur dignité et de leur intégrité physique et morale dans le cadre de la famille et de la société. Ces obstacles existent dans le monde à des degrés différents, d’une part à cause de systèmes législatifs coercitifs et discriminatoires, et d’autre part aux interprétations et applications inadéquates des lois et à l’irrespect des règles prévoyant l’égalité et/ou la protection des droits et des libertés des femmes. Ces lacunes au niveau juridique, judiciaire et social portent atteinte à leur statut, les soumettent à l’autorité masculine, favorisent la persistance des inégalités et contribuent à l’ancrage du caractère normal et la légitimité des discriminations et des violences sexistes/sexuelles. Ce sont, plus précisément, les droits et les discriminations relevant du droit pénal qui nous intéressent dans cette communication, et plus particulièrement les inégalités et discriminations qui persistent en droit pénal français et libanais. L’intérêt de cette comparaison puise sa raison dans les origines du Code pénal libanais de 1943 qui n’a pas été modifié, et qui a été inspiré du Code pénal français de 1810 lors de sa rédaction.

 

Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer !

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Inconstant, Perrine Lachenal, Frédéric Marchand, Anaïs Martin, Alice Servy, Ségolène Thomazo et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

**********************************

Notre atelier fait partie d’EFiGiES, une association interdisciplinaire créée en 2003 qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s travaillant en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations : http://www.efigies.org/

L’atelier Efigies Aix-Marseille, mis en place en 2011, se veut un espace de discussion collective des terrains, méthodes et concepts liés au genre en sciences humaines et sociales. Il vise à :
– mutualiser les connaissances, les expériences et la veille autour des questions de genre, sexualités et rapports sociaux de sexe ;
– constituer un espace de découverte et de dialogue entre disciplines différentes ;
– nouer des liens entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s d’Aix-Marseille au-delà des affiliations institutionnelles.

Appel à Projet GenderNet-Plus: le genre dans les domaines de la santé, de l’innovation ou des changements climatiques

Le consortium GENDER-NET Plus, rassemblant 16 partenaires de 13 pays coordonnés par le CNRS, lance un appel à projets de recherche explorant la dimension du genre dans les domaines de la santé, de l’innovation ou des changements climatiques. Les pré-propositions, à soumettre avant le 1ermars 2018, devront impliquer au moins 3 pays du consortium. L’appel à projets est doté d’un budget total prévisionnel de plus de 10 millions d’euros: http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5391.htm

Atelier du Genre – « Genre, loi et droits de propriété au Moyen-Orient » (11/01/2018)

GenderMed, Ateliers de Genre, Jeudi de Genre

jeudi 11 janvier 2018 MMSH salle 101, 15h-17h

à l’occasion de la parution de Genre, loi et droits de propriété au Moyen-Orient, 2017, dir. Randi Deguilhem et Fatiha Talahite, HAWWA, n° 15 1-2, Brill, Leiden

– Randi Deguilhem CNRS, TELEMMe-MMSH/AMU : « Genre, loi et droits de propriété au Moyen-Orient »

– Musa Sroor, Université Birzeit, Territoires palestiniens : « Propriété immobilière des musulmanes de Jérusalem 1831-1841 »

– Sylvette Denèfle, Université de Tours : « Réflexions sur femme et propriété en France : évolutions récentes »

Appel à communications: La question du genre dans les arts ou l’art genré (Sousse, mars 2018)

L’Unité de recherche : Esthétiques et pratiques des arts de l’Institut supérieur des Beaux-arts, Université de Sousse

Organise à l’occasion de la 17ème édition des JEPTAV le 2, 3 et 4 mars 2018

Un colloque international sur le thème :

La question du genre dans les arts ou l’art genré

Manifestions et implications

 

Appel à participation

La problématique de l’art sous l’angle du genre n’est pas une approche de la distinction entre un « art féminin » et un « art masculin », mais au contraire une catégorie d’analyse permettant de déstabiliser, transformer, transgresser, et subvertir les limites binaires de l’action sexuée (M. Buscatto, M. Leontsini) et des normes sociales (H. Becker, R. Moulin, P. Bourdieu). Au-delà des stéréotypes et des stigmates, les pratiques genrées de certains artistes déclenchent un processus de déconstruction de notions dont l’universalisme est apparu bien relatif (beauté, génie, art, goût, canons…).  La question du genre dans le domaine des arts est un véritable chantier esthétique. Elle propose une vision qui s’inscrit dans le renouvellement réflexif  nécessitant une reprise totale de l’histoire de l’art,  amorcé par  Linda Nochlin au début des années 1970, lorsque celle-ci se demande « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » et corroboré par l’œuvre théorique et incontournable de Griselda Pollock sur le ‘canon’ de l’histoire de l’art. Les expositions Féminin-Masculin (1995) et celles organisées en (2009) au centre Pompidou, manifestent l’intérêt des institutions pour cette problématique.  C’est bien à une déconstruction heuristique des « régimes de l’art » (N. Heinich) qu’invitent le concept de genre et les théories queer (F. Villemur).

En effet, le repositionnement, ces dernières années, de la question du genre dans les forums de la réflexion et de la décision juridique, politique et artistique ainsi que dans les études universitaires permet de revoir sous de nouveaux angles les rapports sociaux, les « déterminismes » biologiques, les résistances psychologiques pour toucher à l’essentiel de la question du genre désormais entrevu comme un processus de déconstruction et de reconstruction.

Il est vrai que le palmarès des performances, toutes  disciplines confondues, fait la part belle aux figures masculines et  manque d’ovations  ou se fait timide, dés qu’il s’agit de mettre en exergue  celles des femmes artistes ou de pratiques artistiques de femmes. Ce constat fait ressortir comment la question des rapports de sexe et des constructions genrées affecte toutes les pratiques, sociales et symboliques et traverse tous les champs de pensée. Le traitement de cette question requiert, par voie de conséquence, des connaissances et des compétences transversales et transdisciplinaires, théoriques et méthodologiques. Plus encore, ce traitement rehausse le genre au statut de concept-outil d’analyse à même d’interroger les clichés, de soulever les différences et les articulations entre le naturel (sexe) et le culturel (genre). Sa force de provocation et sa valeur heuristique, permettent ainsi de découvrir de nouvelles pistes de recherche ou de poser un regard neuf sur des thèmes à vision arrêtée. Il se présenterait comme une réflexion renouvelée sur le monde.

Ainsi, dans le contexte qui est le nôtre, fortement marqué par des transformations radicales de l’art et fort aussi de l’apport de la pensée  queer des années 1990-2000 (T. De Lauretis et J. Butler)  qui est en fait une extension des luttes contre l’exclusion au-delà des polarités homme-femme, hétérosexualité-homosexualité, des représentations liées à des constructions identitaires sociales, on assiste au brouillage des frontières du féminin et du masculin, à l’hybridité et à la métamorphose qui sont au cœur de nombreuses formes artistiques contemporaines dont Marcel Duchamp, a inauguré l’essaimage dés 1921, en se faisant photographier par Man Ray et transformer en son alter ego féminin célèbre, Rrose Sélavy . Les successeurs et successeuses vont défier les systèmes traditionnels de classification. Le travestissement va abolir le binarisme masculin/féminin et en faire un mécanisme de transgression des frontières et de l’ordre normatif qui sanctionne les déviances de genre. A titre d’exemples, les artistes Michel Jouriniac, Urs Lüthi, Claude Cahun et Cindy Sherman se servent de leur corps pour aborder le thème du travestissement, l’ambiguïté sexuelle et la multiplication des identités. Par l’imitation des attributs d’autrui, ils déconstruisent les clichés pour démontrer/démonter la construction culturelle qu’est le genre en œuvre.

« Transgenre », « cisgenre », « pangenre », « genderfluid », etc… le glossaire autour du concept de genre ne cesse d’évoluer, de s’adapter à son contexte historique, politique et donc social reflétant une pensée révolutionnaire et flexible, éternellement renouvelable. Art et genre, une méthodologie qui met en évidence la proximité des œuvres avec leur contexte d’émergence, interroge les modes idéologiques de constitution de l’histoire de l’art pour reconstruire une mémoire culturelle plus égalitaire, extériorisant ainsi les normes structurées par une hiérarchie discriminatoire (race, sexe, couleur…).

On le voit bien, la question du genre est une route traversière de l’art, et qui ne croise pas seulement celui des plasticiens mais aussi des créateurs tous azimuts : écrivains, cinéastes, dramaturges, chorégraphes et performers.  Ceux-ci sont en train de proposer, à travers leurs œuvres, des questionnements d’ordre ontologique allant jusqu’à bouleverser les assises de l’anthropologie sur les rapports de sexe et leurs implications ou échos dans tous les secteurs de la vie.

Ce colloque qui voudrait réfléchir sur les créations artistiques sous le prisme du genre entend donc apporter un peu plus de lumières sur le « lien étroit entre les arts, la création et la problématique du genre », sur l’identité des styles et sur la question du clivage (art masculin/art féminin).

 

 

Axes de recherche :

–        L’histoire de l’art sous l’angle de la problématique du genre

–        Féminin/masculin, articulations de genre dans les formes artistiques

–        Le travestissement dans l’art contemporain, tendance ou révolution

–        Corps, sexe et art : les arts corporels à la lumière du genre

–        La féminisation de l’art contemporain en Tunisie

–        Arts et genre ; transgression et/ou subversion

–        Les détracteurs des études de genre, quelle légitimité ? : « Théories » ou Catégorie d’analyse ?

–        Les soubassements sociopolitiques des études de genre et leurs manifestations dans l’art.

–        Construction et déconstruction de l’identité sexuée dans les sociétés en rapport avec les formes artistiques contemporaines

 

Les résumés des propositions de communication (300 mots au plus) doivent être envoyés, au plus tard, le 30 décembre 2017, avec CV (obligatoire) aux adresses électroniques suivantes :

zaiene_sedki@yahoo.fr

hafedhdjedidi@yahoo.fr

 

 

 

Comité scientifique

Hafedh Djedidi : Professeur de l’Enseignement supérieur

Faten Chouba Skhiri : Professeur de l’Enseignement supérieur

Khaled Abida : Maître de conférences

Fateh Ben Ameur : Maître de conférences

Dominique Gauthiez-Rieucau : Chercheuse-Formatrice sur le genre (Annuaire CNRS)

Boutheina Ben Hassine : Professeure de l’Enseignement supérieur

 

 

 

 

Séminaire GeFeM-GECRIS: « Un parcours singulier de la liberté au XIXe siècle », Michèle Riot-Sarcey (16/11)

Jeudi 16 novembre
15h-17h : Séminaire Salle de cours n°2, Maison Méditerranéenne des Sciences de L’Homme

invitée : Michèle Riot-Sarcey, PU émérite d’histoire contemporaine et d’histoire du genre, Paris VIII-Saint Denis

Un parcours singulier de la liberté au XIXe siècle

 RÉSUMÉ

L’auteure fait revivre les idées de liberté surgies au cours des expériences ouvrières et des révolutions sociales du XIXe siècle français. Des idées largement oubliées depuis.
Ce passé inaccompli est ici revisité à partir de ses traces multiples : publications politiques, archives, romans, poésie, tableau, etc.
Avec un souffle singulier, est restitué l’étonnant parcours de vie de femmes et d’hommes du peuple si nombreux à s’engager dans les chemins de la révolte, révélant ainsi les modalités méconnues de l’effacement de cette histoire.

 introduction : Karine Lambert

Atelier EFiGiES (21/11, Marseille)

L’atelier Efigies Aix-Marseille fait sa rentrée autour d’une présentation et d’une discussion

Le mardi 21 novembre 2017 à 13h30

à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille
Salle B, 2ème étage
Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille.

Nous écouterons :

Perrine Lachenal

Post-doctorante CNMS, Philipps Universität Marburg. Rattachée à l’IDEMEC, Aix-Marseille Université.

Des “martyrs” peu photogéniques? Modèles de masculinité en conflit dans l’iconographie de la révolution tunisienne de 2011

Résumé de l’intervention : Dans le cadre de mon post-doctorat, j’ai entamé la rédaction d’un article et c’est de ce dernier, et des questions qu’il me pose, que j’aimerais discuter lors de cet atelier. Mon article se concentre sur l’usage des termes « martyr », « héros », « voyou » et « terroriste » dans les pratiques mémorielles liées à la révolution de 2011 en Tunisie. Il traite de la dimension sociale, sexuée et esthétique du travail de labellisation de la violence en contexte post-révolutionnaire. Pour celles et ceux qui voudraient préparer la discussion, je propose la lecture de deux articles dans lesquels j’ai surligné les passages que je mentionnerai (ci-joints).

 

La deuxième partie de l’atelier sera consacrée à un échange sur les envies et perspectives concernant le programme d’Efigies Aix-Marseille pour l’année 2018.

 

Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer !

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Inconstant, Perrine Lachenal, Frédéric Marchand, Anaïs Martin, Alice Servy, Ségolène Thomazo et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

**********************************

Notre atelier fait partie d’EFiGiES, une association interdisciplinaire créée en 2003 qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s travaillant en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations : http://www.efigies.org/

L’atelier Efigies Aix-Marseille, mis en place en 2011, se veut un espace de discussion collective des terrains, méthodes et concepts liés au genre en sciences humaines et sociales. Il vise à :
– mutualiser les connaissances, les expériences et la veille autour des questions de genre, sexualités et rapports sociaux de sexe ;
– constituer un espace de découverte et de dialogue entre disciplines différentes ;
– nouer des liens entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s d’Aix-Marseille au-delà des affiliations institutionnelles.

Appel à communication: Théoriser en féministe. Philosophie, épistémologie, politique (avril 2018)

Bonjour,
vous trouverez ci-dessous un appel à communication pour le colloque Théoriser en féministe. Philosophie, épistémologie, politique, qui aura lieu à Lyon du 25 au 27 avril 2018.
Les propositions sont attendues pour le 31 décembre 2017 au plus tard.
Toutes les informations se trouvent dans l’AAC, disponible également à cette adresse : https://calenda.org/417571
Titre : Théoriser en féministe. Philosophie, épistémologie, politique
 
Titre en anglais : Feminist Theorizing. Philosophy, Epistemology, Politics
 
Résumé :
L’objectif de ce colloque est d’explorer les spécificités de l’« impureté » du théoriser féministe, toujours en commerce avec son dehors, ainsi que ses manifestations au sein des modèles épistémologiques dans les différentes disciplines. On abordera plus particulièrement la philosophie et la science politique. Les contributions pourront aussi bien porter sur un travail d’élaboration de concepts nécessaires à une recherche empirique prenant le genre en considération que sur la reprise et l’amendement d’un modèle théorique ou d’une méthodologie héritée dans une perspective féministe. Elles pourront également développer une réflexion sur les spécificités du rapport féministe à la théorie dans les champs de la philosophie ou de la science politique. Le colloque est pluridisciplinaire ; toute proposition est la bienvenue dans la mesure où elle porte non pas directement et seulement sur un terrain et des résultats empiriques, mais sur un travail de théorisation ou sur la théorisation.
 
 
Comité scientifique / comité d’organisation : Pauline Clochec (doctorante en philosophie, ENS de Lyon) ; Delphine Frasch (masterante en philosophie, ENS de Lyon) ; Margot Giacinti (doctorante en science politique, ENS de Lyon/IEP de Lyon) ; Vanina Mozziconacci (docteure en philosophie, ENS de Lyon/LabEx COMOD) ; Léa Védie (doctorante en philosophie, ENS de Lyon).
 
Modalités de soumission :
 
Les intitulés et les résumés des propositions de communication (en français ou en anglais) seront envoyés dans un document anonyme (format .doc ou .odt), joint à un e-mail dans lequel seront précisées les coordonnées et une courte biographie de l’auteur·e. Le document anonymisé doit comporter 1) un résumé de 3000 signes maximum 2) 3 à 5 mots-clefs 3) l’indication de l’axe dans lequel s’inscrit la proposition. Enfin, le document doit avoir pour nom theoriserenfeministe.doc (ou theoriserenfeministe.odt).
Les propositions sont à envoyer à theoriefeministe@gmail.com au plus tard pour le 31 décembre 2017.
Les réponses aux auteur·e·s seront envoyées le 15 février 2018 au plus tard.
 
Lieux : ENS de Lyon, IEP de Lyon, ISH de Lyon.
 
Date : 25-27 avril 2018.
 
 
Argumentaire :
Le féminisme, d’une part comme pensée critique, et d’autre part comme mouvement collectif visant une transformation sociale, semble pris dans une double tension dès lors qu’on cherche à déterminer son rapport à la théorie. Premièrement, la théorie renvoie à l’abstraction (au sens d’une opération qui isole et généralise), et cette dernière semble difficilement compatible avec l’ancrage du féminisme dans l’expérience ordinaire des femmes. Cette attention au quotidien, qui vise notamment à ne pas occulter les différences – entre femmes et hommes, entre femmes – apparaît précisément comme un frein à la « pulsion de généralité » qui a pour conséquence des universalisations abusives. Si la théorie procède par abstraction, ne risque-t-elle pas d’occulter les diverses manières dont le sexisme s’articule concrètement aux autres rapports d’oppression : hétéronormativité, cissexisme, racisme, validisme, classisme ? L’ancrage dans l’expérience permet de rendre visible et de valoriser des vécus et des savoirs concrets qui ont été niés et relégués dans la « cave ontologique » (Clark, 1976), au profit d’une « masculinité abstraite » (Hartsock, 1983 ; Smith, 1974) ou d’un « masculin neutre » (Mosconi, 1992). Deuxièmement, en tant qu’elle est d’ordre spéculatif, la théorie entre en tension avec la pratique militante et la visée transformatrice des conditions sociales de l’action qui caractérisent la lutte féministe. Un décalage, voire un divorce, pourrait ainsi advenir entre les « intellectuel·le·s » du féminisme (Delphy, 1981) – notamment à travers l’institutionnalisation des études de genre — et les militant·e·s « de terrain ».
 
Ces tensions, loin de constituer un obstacle définitif et de conduire à un rejet massif de la théorie par les féministes, ont au contraire été l’occasion d’une réflexion critique portant sur ce qu’il s’agit d’entendre par « théoriser ». Que cela soit à travers un travail de nomination et de (re)catégorisation pour enrichir les ressources épistémiques nécessaires à la compréhension de l’injustice de genre (Fricker, 2007), à travers une critique de la logique totalisante du « système » au profit d’une théorisation ouverte et exploratoire (Le Dœuff, 1989), ou encore à travers une reprise de la notion de praxis visant à revendiquer à la fois la vertu épistémique de la pratique et la nécessité d’un travail des idées pour nourrir une action efficace (hooks, 1984), la reconnaissance d’un nécessaire double ancrage empirique de la théorie féministe est en jeu. Le soin mis à rendre visible l’invisible et à entendre les voix différentes peut conduire à « perdre ses concepts [et à] retrouver l’expérience » (Laugier, 2010) mais également à évaluer la théorie au regard de ses conséquences pratiques et de ses effets émancipateurs.
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer les spécificités de cette « impureté » (Varikas, 2006) du théoriser féministe, toujours en commerce avec son dehors, ainsi que ses manifestations au sein des modèles épistémologiques des différentes disciplines, en abordant plus particulièrement la philosophie et la science politique. Les contributions pourront aussi bien porter sur un travail d’élaboration de concepts nécessaires à une recherche empirique prenant le genre en considération que sur la reprise et l’amendement d’un modèle théorique ou d’une méthodologie héritée dans une perspective féministe ; elles pourront également développer une réflexion sur les spécificités du rapport féministe à la théorie dans les champs de la philosophie ou de la science politique. Le colloque est pluridisciplinaire ; toute proposition est la bienvenue dans la mesure où elle porte non pas directement et seulement sur un terrain et des résultats empiriques, mais sur un travail de théorisation ou sur la théorisation. Si « faire du terrain en féministe » (Clair, 2016) engage une série de questionnements, il en va de même lorsqu’il s’agit de théoriser – ces questionnements pourront être développés selon les quatre axes suivants.
 
I. Épistémologies
 
Ce premier axe porte sur la manière dont les approches féministes, depuis des disciplines particulières (philosophie, science politique, sociologie, histoire, mais aussi physique et biologie) comme depuis l’échelle interdisciplinaire, contribuent à renouveler des questions épistémologiques classiques, allant jusqu’à redéfinir les frontières respectives de l’épistémologie, de la théorie sociale et de l’éthique (Fricker, 2007). Qu’est-ce que produire de la théorie ? Peut-on distinguer et/ou évaluer différentes manières de le faire ? Quels rapports existent et/ou doivent exister entre la théorisation, les positions qu’occupent les théoricien·ne·s dans la réalité qu’elles ou ils prennent pour objet, les expériences qu’elles ou ils possèdent de cette réalité ?
 
L’un des nœuds autour desquels ces réflexions s’articulent est le concept de standpoint (Puig de la Bellacasa, 2012). Ses tenant·e·s élaborent un discours à la fois descriptif – avec la thèse dite des « savoirs situés » (Haraway, 1988) – et prescriptif – avec la thèse dite du « privilège épistémique » (Hartsock, 1983). Ce discours a été contesté tant par les défenseur·e·s d’une objectivité pensée sur le mode de la neutralité, que par les avocat·e·s d’une rupture « postmoderne » avec toute forme d’objectivité (Hekman, 1997), ou encore par des féministes intersectionnelles (Spelman, 1988) – suscitant des controverses particulièrement fécondes (Harding, 2009).
 
II. Philosophie
 
La théorie est le domaine privilégié de la philosophie, qui s’est jusqu’alors (du moins en France) relativement peu emparé du féminisme. Dans la mesure où le féminisme inspire à la philosophie à la fois des objets nouveaux et de nouvelles méthodes, ce colloque interrogera la philosophie féministe non seulement sur ses contenus, mais également sur ses pratiques : on ne peut pas faire de la philosophie féministe sans faire de la philosophie en féministe.
 
Il s’agit d’abord de se demander ce que la philosophie peut apporter au féminisme. Comment certains concepts philosophiques (substance, identité, altérité, etc.) peuvent-ils être utilisés par les théoricien·ne·s afin de décrire et comprendre certains enjeux féministes ? Mais la question est également de savoir comment, dans un mouvement inverse, le féminisme fournit à la philosophie une grille de lecture qui lui permet de se remettre elle-même en question. Comment est-elle contrainte, au contact de la critique féministe, de repenser ses méthodes, ses pratiques quotidiennes, et les rapports qu’elle entretient avec les autres disciplines ainsi qu’avec les mouvements militants (Addelson, 1994) ? Enfin, l’idée même d’une philosophie féministe pose la question des rapports complexes du féminisme à l’idée de rationalité. Comment peut-elle se situer, prise qu’elle est entre la critique du caractère androcentré du concept de raison tel que développé dans la tradition philosophique (Alcoff, 1995), et la défense d’une science émancipatrice nécessaire à la réfutation des croyances sexistes (Le Dœuff, 1998) ?
 
III. Science politique
 
À la différence des théories du point de vue (standpoint theory) ou de la sociologie des sciences, la science politique semble, plutôt que de proposer une nouvelle méthodologie d’analyse, se distinguer par l’adoption d’un « positionnement politique » (Jensen et Lépinard, 2009). Cette posture se traduit par l’appréhension des rapports sociaux de sexe comme des rapports de pouvoir et défie les distinctions fondatrices du politique, que sont les séparations entre le personnel et le politique, entre la famille et la cité ou entre la société civile et de l’État.
 
En tant que « science de l’État », la science politique ne s’est saisi que tardivement du genre. Ce que Catherine Achin et Laure Bereni qualifient de « résistance disciplinaire » (Achin et Bereni, 2013) s’explique en partie par l’autonomisation tardive de la science politique comme discipline à part entière et de l’objet historique de celle-ci, l’étude du gouvernement, dont l’ambition est de former les agents de l’État et de créer une science de l’administration. Dans un tel cadre, les rapports de pouvoir, de classe, de race ou de genre, sont largement mis à la marge, inhibés par des savoirs construits par et pour des hommes, selon une logique androcentrée. À partir des années 1970, l’inclusion progressive de la variable genre dans la discipline a pour effet de constituer les femmes en véritables sujets politiques, redéfinissant l’objet même de la science politique (Pisier et Varikas, 2004). Il s’agit ainsi de se questionner sur les conséquences théoriques induites par un tel changement, à la fois sur le plan de l’étude des institutions, de l’histoire des mobilisations politiques et dans l’analyse des politiques publiques. Comment le genre permet-il de repenser les catégories d’analyses théoriques de la science politique et de transformer le politique lui-même ? Engendre-t-il une véritable approche féministe en science politique, ou bien reste-t-il réduit à un outil théorique utilisé par les chercheur·e·s dont le positionnement politique est féministe ?
 
IV. Théorie et pratique
 
En tant qu’elle est indissociable d’un mouvement social, la théorisation féministe est structurée par une interdépendance entre théorie et pratique militantes. Une telle interdépendance pose doublement la question de l’articulation entre théorie et pratique dans la théorisation féministe.
 
En premier lieu se pose la question des effets qu’a sur la théorie la visée d’effets pratiques. Il semble que cette visée pratique doive structurer la pensée féministe à la fois dans sa forme – avec l’exigence d’une clarté nécessaire à une large diffusion (hooks, 1984) – et dans son contenu – avec la prise pour objet de ce qui est aussi un adversaire pratique, un système hétéropatriarcal dont la théorie devrait manifester le possible dépassement (Butler, 2004). Cette première question se précise en celle du rapport à l’activisme que la théorie doit et/ou peut assumer : la théorie doit-elle « éclairer » la pratique ? L’exprimer comme porte-parole ? Le peut-elle sans la trahir ou se poser dans une position dominante vis-à-vis du terrain militant ? L’armer en lui offrant les conditions d’une prise de conscience élargie ?
 
En second lieu se pose la question des effets en retour de la pratique sur la théorie : comment la théorie peut-elle intégrer l’intelligence et les résolutions de problèmes inhérentes à la pratique militante ? La pratique – celle de l’activisme mais aussi de la mise en place de formes d’existence en rupture avec l’hétéropatriarcat – pourrait offrir non pas seulement un terrain empirique pour la réflexion théorique mais plus encore exiger une transformation des théories féministes (Johnston se référant à Ti-Grace Atkinson, 1973).
 
La réflexion sur cette articulation entre théorie et pratique à même la théorisation féministe a pour objet de prévenir un double risque : celui d’un théoricisme perdant tout effet pratique (Alcoff, 1988) et celui de l’isolement de la théorie, par sa forme et ses lieux académiques d’exercice. Dans la perspective de cette réflexion, ce colloque donnera la parole à la fois à des théoricien·ne·s et à des militant·e·s.


Liste des références bibliographiques
 
ACHIN, C. & BERENI, L. (2013) « Comment le genre vint à la science politique » In Dictionnaire. Genre et science politique. Concepts, objets, problèmes. Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), p. 13-42.
 
ADDELSON, K.P. (1994) « Feminist Philosophy and the Women’s Movement », Hypatia, Vol.9, n°3, p.216-224.
 
ALCOFF, L. (1988) « Cultural Feminism versus Post-Structuralism. The Identity Crisis in Feminist Theory », Signs, Vol.16, n°3, p.405-436.
 
ALCOFF, L. (1995) « Is the Feminist Critique of Reason Rational? », Philosophical topics, Vol.23, n°2, p.1-26.
 
BUTLER, J. (2004) Undoing Gender, New York, Routledge.
           
CLAIR, I. (2016) « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 213, n°3, p. 66-83.
 
CLARK, L. (1976) « The Rights of Women: The Theory and Practice of Ideology of Male Supremacy. » In W. R. Shea & J. King-Farlow (dir.), Contemporary Issues in Political Philosophy, New York, Science History Publications, p.49-65.
 
DELPHY, C. (1981) « Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles », Nouvelles Questions Féministes, no 2, p. 58‑74.
 
FRICKER, M. (2007) Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Press.
 
HARAWAY, D. (1988) « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, Vol. 14, n°3, p.575-599.
 
HARDING, S. (2009) « Standpoint Theories: Productively Controversial », Hypatia, Vol. 24, n°4, p.192-200.
 
HARTSOCK, N. (1983) « The Feminist Standpoint: Developing the Ground for a specifically Feminist Historical Materialism » In S.G. Harding & M.B. Hintikka (dir.), Discovering Reality: Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology, and Philosophy of Science, Dordrecht & Boston, D. Reidel, p. 283-310.
 
HEKMAN, S. (1997) « Truth and Method. Feminist Standpoint Theory Revisited », Signs, Vol.22, n°2, p.341-365.
 
HOOKS, B. (1984) Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press.
 
JENSON J. & LÉPINARD, É. (2009) « Penser le genre en science politique. Vers une typologie des usages du concept », Revue française de science politique, Vol. 59, p. 183-201.
 
JOHNSTON, J. (1973) Lesbian Nation. The Feminist Solution, New York, Touchstone.
 
LAUGIER S. (2010) « L’éthique du care en trois subversions », Multitudes, n° 42, p. 112‑125.
 
LE DŒUFF, M. (1989) L’Étude et le Rouet, Paris, Seuil.
 
LE DŒUFF, M. (1998) Le sexe du savoir, Paris, Aubier.
 
LOVENDUSKI, J. (2015) Gendering Politics, Feminising Political Science, Colchester, ECPR Press.
 
MOSCONI, N. (1992) « Les ambiguïtés de la mixité scolaire » In C.Baudoux & C. Zaidman (dir.), Égalité entre les sexe : mixité et démocratie, Paris, L’Harmattan, p. 63‑75.
 
PISIER, É. & VARIKAS, E. (2004) « De l’invisibilité du genre dans la théorie politique », In C. Bard, C. Baudelot & J. Mossuz-Lavau (dir.) Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Paris, Éditions de la Martinière, p.64-79.
 
PUIG DE LA BELLACASA, M. (2012) Politiques féministes et construction des savoirs, Paris, L’Harmattan.
 
SPELMAN, E. (1988), Inessential Woman. Problems of Exclusion in Feminist Thought, Boston, Beacon Press.
 
VARIKAS, E. (2006) Penser le sexe et le genre, Paris, Presses universitaires de France.

Troisième journée GenderMed-MuCEM: Rencontre Cinéma-Recherche (9/10/17)

Nous sommes heureux d’annoncer la tenue de la 3e journée organisée depuis 2015 par GenderMed et le Mucem.
Cette année, la rencontre est intitulée Rencontre Cinéma Recherche : Genre, images et crise… »Happily Ever After »,  et s’organise dans le cadre du Festival Films Femmes Méditerranée.
L’événement aura lieu lundi 9 octobre 9h30-18h dans les locaux du MuCEM, Fort St Jean, salle Meltem avec collègues, cinéastes, artistes de l’Egypte, de la Tunisie, du Maroc, de l’Algérie et de la France.
Toutes les personnes intéressées sont les très bienvenues.
Le programme est téléchargeable ici.

Ateliers du Genre: « Pouvoir masculin et identité féminine  : rôles et mariages entre la France et la Toscance au XVIIe siècle » (21/09)

GenderMed et GeFeM ont le plaisir de vous inviter à assister à la première séance des ateliers du genre ce jeudi 21 septembre 14h-16h à la MMSH, salle 101. Vous êtes cordialement les bienvenu.e.s :

21 septembre 14h-16h, salle 101 :

Séance « Ateliers du Genre », GenderMed en association avec GeFeM :

Vincenzo Lagioia, Université de Bologne, Italie, présentera ses recherches sur

« Pouvoir masculin et identité féminine  : rôles et mariages entre la France et la Toscance au XVIIe siècle »

Journée d’étude soutenue par GenderMed: « Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism »

Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism

Samedi 23 septembre 2017 de10h00 à 18h00

 

Journée d’étude  « Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism »,

 

organisée par Nicolas Pierre Boileau (AMU) et Claire Davison (Université Paris 3 – Sorbonne
Nouvelle)

Programme

  • Accueil par Sophie Vallas (directrice adjointe du LERMA) et Claire Davison / Nicolas Pierre Boileau
  • 10h00-11h15 : Myriam Thirriard (AMU) “Orlando: On Being Written into a Woman”
    Valérie Favre (Lyon 2), “A Room of One’s Own’s Resistance to Feminist Interpretations”
  • 11h15-11h30 : Pause
  • 11h30-12h30: Derek Ryan (University of Kent), ‘Women, Animals and Biography; or Woolf’s Resistance to « monstrous egotism »‘
  • 12h-30-13h30 : Déjeuner
  • 13h30-14h30 : Jane Goldman (University of Glasgow)
  • 14h30-15h45 : CristinaCarluccio (Salento, Italy) “Femininity and Anonymity in “Street Haunting”: The Sympathetic Detour of an Irresponsible Desire.”
    Virginie Podvin (UBO) “Le féminisme de Virginia Woolf en question, entre critique du modèle patriarcal et neutralité de l’écriture”
  • 15h45-16h00 : Pause
  • 16h00-16h30 : Nicolas Pierre Boileau (AMU): “Reflections on Singularity, Subjectivity and the Possibility of Collective Action in Woolf’s Writings”
  • 16h30-17h45 : ‘`Thinking back through our mothers? – Woolf and Feminism from Women’s Studies to Post-Feminism and Gender Trouble’
    Round table chaired by Randi De Guilhem (Directrice de Recherche, AMU, TELEMME) with Nicole Ward Jouve, Jane Goldman, Derek Ryan and Claire Davison

Avec le soutien scientifique et financier du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA), de la Société d’Études Woolfiennes (SEW), du réseau GenderMed et de la faculté ALLSH d’AMU.

Lieu : Faculté ALLSH – Pôle multimédia T1, salle de colloque 1
29 av. R. Schuman – Aix-en-Provence

Appel à communications: 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie

Il reste un mois (jusqu’au 31 juillet 2017) pour proposer une contribution individuelle ou collective (colloque, table ronde, atelier, exposition, performance artistique, thème de débat général) au 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF2018) qui se tiendra à l’université de Paris-Nanterre du 27 au 31 août 2018. Voir :

http://cirff2018.parisnanterre.fr/

Toutes les propositions seront examinées par le Comité scientifique du CIRFF2018 en septembre prochain et recevront une réponse à la fin octobre 2017. Les inscriptions au Congrès seront ouvertes à partir du 1er novembre 2017.

N’hésitez pas à diffuser ce rappel.

Au plaisir de prendre connaissance de votre projet,

Le comité scientifique du CIRFF2018

RAPPEL: Séminaires RUSEMEG (29 et 30 juin)

DEROULEMENT DU SEMINAIRE

Jeudi 29 juin 9h30- 19h30

9h-9h30

Introduction :   Marta SEGARRA (Université de Barcelone/ LEGS/ CNRS), Présidente du RUSEMEG

SESSION MATINEE

Présidence de séance Randi DEGUILHEM, GENDERMED-MMSH

9h30-10h

André RAUCH (historien, Université de Strasbourg

« La fabrique des figures de la masculinité XIXè-XXè »

10h- 10h30

Laurence HERAULT (anthropologue, Aix Marseille Université)

« Regards sur la masculinité des « vierges jurées » albanaises»

10h30-10h45

Pause café

10h45-11h15

Fatma OUSSEDIK (Université d’Alger / CREAD / RUSEMEG)

«La figure du père ou l’affaissement du Wali organisateur des rapports  sociaux et politiques»

11h15-12h15

Débats

12h30-14h

PAUSE DEJEUNER

SESSION APRES- MIDI

Présidente de séance Marie-Joseph BERTINI,

Université Nice-Côte d’Azur

14h -14h30

Monia LACHEB ( ISSEP – Université de la Manouba / IRMC)

« Masculinités homosexuelles. Des jeunes gays tunisiens en parlent …»

14h30- 15h

Gianfranco REBUCINI, docteur de l’ EHESS-Ecole des hautes études en sciences sociales

«Les masculinités au Maroc : pour une anthropologie des genres et des sexualités dans la ville de Marrakech»

15h-15h30

Mélanie GOURARIER, docteure en anthropologie sociale et en ethnologie

« Les alpha mâles»

15h30-16h30

Débats

16h30-17h

Synthèse et perspectives ( Randi DEGUILHEM, Marie-Joseph BERTINI, Azadeh KIAN)

17h30-19h30

Carte blanche aux doctorant-e-s animée par  Noura RAAD, doctorante, secrétaire générale du RUSEMG

Performance, « ma thèse en 180 s », débat autour d’un support de fiction – film, lectures de textes de fiction, de textes scientifiques

 

Marta SEGARRA

Présidente du RUSEMEG

Karine LAMBERT

Vice-présidente du RUSEMEG

 

Vous invitent à assister à la rencontre

 

«  Universitaires et militantes ? 

L’activisme associatif : un pont entre la Recherche et la Cité »

 

Vendredi 30 juin 2017 à 14h30

à la Maison Méditerranéenne des Sciences

de l’Homme (MMSH)

5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence

 

Avec :

Karine ESPINEIRA (Observatoire des transidentités)

Sylvette DENEFLE (Association Genre et cultures)

Pinar SELEK, féministe, antimilitariste, sociologue, écrivaine et militante

Geneviève DERMENJIAN (Forum Femmes Méditerranée)

Cette rencontre a lieu dans le cadre du séminaire du RUSEMEG « MASCULINITES : Analyser, questionner, représenter les masculinités dans l’espace euro-méditerannéen »