Ateliers du Genre: « Pouvoir masculin et identité féminine  : rôles et mariages entre la France et la Toscance au XVIIe siècle » (21/09)

GenderMed et GeFeM ont le plaisir de vous inviter à assister à la première séance des ateliers du genre ce jeudi 21 septembre 14h-16h à la MMSH, salle 101. Vous êtes cordialement les bienvenu.e.s :

21 septembre 14h-16h, salle 101 :

Séance « Ateliers du Genre », GenderMed en association avec GeFeM :

Vincenzo Lagioia, Université de Bologne, Italie, présentera ses recherches sur

« Pouvoir masculin et identité féminine  : rôles et mariages entre la France et la Toscance au XVIIe siècle »

Journée d’étude soutenue par GenderMed: « Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism »

Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism

Samedi 23 septembre 2017 de10h00 à 18h00

 

Journée d’étude  « Feminist Woolf : New Perspectives on Woolf’s Resistance to Feminism »,

 

organisée par Nicolas Pierre Boileau (AMU) et Claire Davison (Université Paris 3 – Sorbonne
Nouvelle)

Programme

  • Accueil par Sophie Vallas (directrice adjointe du LERMA) et Claire Davison / Nicolas Pierre Boileau
  • 10h00-11h15 : Myriam Thirriard (AMU) “Orlando: On Being Written into a Woman”
    Valérie Favre (Lyon 2), “A Room of One’s Own’s Resistance to Feminist Interpretations”
  • 11h15-11h30 : Pause
  • 11h30-12h30: Derek Ryan (University of Kent), ‘Women, Animals and Biography; or Woolf’s Resistance to « monstrous egotism »‘
  • 12h-30-13h30 : Déjeuner
  • 13h30-14h30 : Jane Goldman (University of Glasgow)
  • 14h30-15h45 : CristinaCarluccio (Salento, Italy) “Femininity and Anonymity in “Street Haunting”: The Sympathetic Detour of an Irresponsible Desire.”
    Virginie Podvin (UBO) “Le féminisme de Virginia Woolf en question, entre critique du modèle patriarcal et neutralité de l’écriture”
  • 15h45-16h00 : Pause
  • 16h00-16h30 : Nicolas Pierre Boileau (AMU): “Reflections on Singularity, Subjectivity and the Possibility of Collective Action in Woolf’s Writings”
  • 16h30-17h45 : ‘`Thinking back through our mothers? – Woolf and Feminism from Women’s Studies to Post-Feminism and Gender Trouble’
    Round table chaired by Randi De Guilhem (Directrice de Recherche, AMU, TELEMME) with Nicole Ward Jouve, Jane Goldman, Derek Ryan and Claire Davison

Avec le soutien scientifique et financier du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA), de la Société d’Études Woolfiennes (SEW), du réseau GenderMed et de la faculté ALLSH d’AMU.

Lieu : Faculté ALLSH – Pôle multimédia T1, salle de colloque 1
29 av. R. Schuman – Aix-en-Provence

Appel à communications: 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie

Il reste un mois (jusqu’au 31 juillet 2017) pour proposer une contribution individuelle ou collective (colloque, table ronde, atelier, exposition, performance artistique, thème de débat général) au 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF2018) qui se tiendra à l’université de Paris-Nanterre du 27 au 31 août 2018. Voir :

http://cirff2018.parisnanterre.fr/

Toutes les propositions seront examinées par le Comité scientifique du CIRFF2018 en septembre prochain et recevront une réponse à la fin octobre 2017. Les inscriptions au Congrès seront ouvertes à partir du 1er novembre 2017.

N’hésitez pas à diffuser ce rappel.

Au plaisir de prendre connaissance de votre projet,

Le comité scientifique du CIRFF2018

RAPPEL: Séminaires RUSEMEG (29 et 30 juin)

DEROULEMENT DU SEMINAIRE

Jeudi 29 juin 9h30- 19h30

9h-9h30

Introduction :   Marta SEGARRA (Université de Barcelone/ LEGS/ CNRS), Présidente du RUSEMEG

SESSION MATINEE

Présidence de séance Randi DEGUILHEM, GENDERMED-MMSH

9h30-10h

André RAUCH (historien, Université de Strasbourg

« La fabrique des figures de la masculinité XIXè-XXè »

10h- 10h30

Laurence HERAULT (anthropologue, Aix Marseille Université)

« Regards sur la masculinité des « vierges jurées » albanaises»

10h30-10h45

Pause café

10h45-11h15

Fatma OUSSEDIK (Université d’Alger / CREAD / RUSEMEG)

«La figure du père ou l’affaissement du Wali organisateur des rapports  sociaux et politiques»

11h15-12h15

Débats

12h30-14h

PAUSE DEJEUNER

SESSION APRES- MIDI

Présidente de séance Marie-Joseph BERTINI,

Université Nice-Côte d’Azur

14h -14h30

Monia LACHEB ( ISSEP – Université de la Manouba / IRMC)

« Masculinités homosexuelles. Des jeunes gays tunisiens en parlent …»

14h30- 15h

Gianfranco REBUCINI, docteur de l’ EHESS-Ecole des hautes études en sciences sociales

«Les masculinités au Maroc : pour une anthropologie des genres et des sexualités dans la ville de Marrakech»

15h-15h30

Mélanie GOURARIER, docteure en anthropologie sociale et en ethnologie

« Les alpha mâles»

15h30-16h30

Débats

16h30-17h

Synthèse et perspectives ( Randi DEGUILHEM, Marie-Joseph BERTINI, Azadeh KIAN)

17h30-19h30

Carte blanche aux doctorant-e-s animée par  Noura RAAD, doctorante, secrétaire générale du RUSEMG

Performance, « ma thèse en 180 s », débat autour d’un support de fiction – film, lectures de textes de fiction, de textes scientifiques

 

Marta SEGARRA

Présidente du RUSEMEG

Karine LAMBERT

Vice-présidente du RUSEMEG

 

Vous invitent à assister à la rencontre

 

«  Universitaires et militantes ? 

L’activisme associatif : un pont entre la Recherche et la Cité »

 

Vendredi 30 juin 2017 à 14h30

à la Maison Méditerranéenne des Sciences

de l’Homme (MMSH)

5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence

 

Avec :

Karine ESPINEIRA (Observatoire des transidentités)

Sylvette DENEFLE (Association Genre et cultures)

Pinar SELEK, féministe, antimilitariste, sociologue, écrivaine et militante

Geneviève DERMENJIAN (Forum Femmes Méditerranée)

Cette rencontre a lieu dans le cadre du séminaire du RUSEMEG « MASCULINITES : Analyser, questionner, représenter les masculinités dans l’espace euro-méditerannéen »

 

 

 

Rencontres RUSEMEG – 29 et 30 juin

 

RUSEMEG – Réseau Universitaire et Scientifique Euro-Méditerranéen sur le Genre et les femmes

Son objet principal est de faire croître la connaissance académique sur le genre et les femmes en euro-méditerranée et l’élargir à d’autres pays de l’Union pour la Méditerranée en préparant des programmes de recherches conjoints.

http://rusemeg.blogspot.fr/

Rencontres de RUSEMEG

Jeudi 29 – séminaire « MASCULINITÉS : analyser, questionner, représenter les masculinités dans l’espace euro-méditerranéen », Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (programme détaillé en ligne : http://rusemeg.blogspot.fr/

Vendredi 30 juin – matin : atelier doctoral

– 14h30 : rencontre à laquelle vous êtes tous conviés (voir détails ci-dessous).

Marta SEGARRA

Présidente du RUSEMEG

Karine LAMBERT

Vice-présidente du RUSEMEG

Vous invitent à assister à la rencontre

«  Universitaires et militantes ? L’activisme associatif : un pont entre la Recherche et la Cité »

 Vendredi 30 juin 2017 à 14h30

à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH)

5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence

Avec :

Karine ESPINEIRA (Observatoire des transidentités)

Sylvette DENEFLE (Association Genre et cultures)

Pinar SELEK, féministe, antimilitariste, sociologue, écrivaine et militante

Geneviève DERMENJIAN (Forum Femmes Méditerranée)

Atelier EFiGiES – Journée Actualités du genre (29/06, Marseille)

La dernière séance de l’année 2016-2017 de l’atelier Efigies Aix-Marseille sera organisée autour de plusieurs événements ouverts à tou-t-e-s durant la journée du 29 juin 2017. Après l’atelier vous êtes invité.e.s à une soirée pour célébrer l’été et clôturer l’année. Il sera question de parutions de livres et de création de revue, et puis de verres partagés en picorant des petits gâteaux afin d’évoquer ensemble les projets passés et les luttes à venir.

 

Journée « Actualités du genre »

Le jeudi 29 juin 2017 à Marseille

Événement Efigies Aix-Marseille organisé avec le soutien de GenderMed (MMSH USR 3125 – AMU VP EFH) et de la Vice-Présidence déléguée à l’égalité femmes-hommes et la lutte contre la discrimination de l’université Aix-Marseille.

 

1 – Atelier Efigies Aix-Marseille

de 14h à 16h, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille, salle A, 2ème étage.
Adresse : Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille.

Intervention d’Eglantine Gauthier doctorante au CEIAS (EHESS Paris) : « La danseuse de séga “zip an ler”, une figure “efficace” mais “interchangeable” ».

2 – Réunion publique et ouverte à tou-t-e-s du bureau national d’Efigies

de 16h à 18hà l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille, salle A, 2ème étage.
Adresse : Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille. 

3 – Soirée au Manifesten à partir de 19h

Adresse : 59 rue Adolphe Thiers, 13001 Marseille 

La soirée se déroulera sous le signe de la jeune recherche sur le genre autour de la présentation de 2 ouvrages et 1 revue :

– Julie ABBOU et Noémie MARIGNIER présenteront la Revue GLAD! Genres, sexualités, langage en tant que membres du comité de rédaction.

– Perrine LACHENAL présentera son ouvrage Questions de genre. Comprendre pour dépasser les idées reçues, paru en 2016 aux Cavalier Bleu Éditions.

– Pauline DELAGE présentera son ouvrage Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique, paru en 2017 aux Presses de Sciences Po.

Au plaisir de vous y retrouver ou de vous y rencontrer !

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Marion Breteau, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Linconstant, Perrine Lachenal, Anaïs Martin et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

**********************************

Notre atelier fait partie d’EFiGiES, une association interdisciplinaire créée en 2003 qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s travaillant en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations : http://www.efigies.org/

L’atelier Efigies Aix-Marseille, mis en place en 2011, se veut un espace de discussion collective des terrains, méthodes et concepts liés au genre en sciences humaines et sociales. Il vise à :
– mutualiser les connaissances, les expériences et la veille autour des questions de genre, sexualités et rapports sociaux de sexe ;
– constituer un espace de découverte et de dialogue entre disciplines différentes ;
– nouer des liens entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s d’Aix-Marseille au-delà des affiliations institutionnelles.

Recrutement postdoc (Paris): « Genre & Europe »

Recrutement postdoc axe 6 LabEx EHNE : Genre & Europe

Dans le cadre du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE), l’UMR-Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) recrute un-e post-doctorant-e qui sera chargé-e de l’animation de l’axe 6 intitulé « Genre & Europe »

Date limite de candidature : le 18 juin 2017

Renseignements et candidatures (à envoyer au format PDF à) :

genreeurope@gmail.com

Objet : candidature-postdoc- Axe6-EHNE

Présélection : au plus tard le 20 juin 2017

Auditions : Fin juin 2017

Prise de poste : le 1er septembre 2017

Contact : ju_le_gac@yahoo.fr

 

STRUCTURE : UMR Sirice (Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) – Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris-Sorbonne, CNRS.

UNITE : UMR 8138

LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE : Paris

POSTE : CDD de post-doctorant à temps complet à compter du 01/09/2017

DURÉE : 1 an renouvelable jusqu’à 3 ans au maximum

RÉMUNÉRATION : Salaire mensuel net : env. 1 900 €

FINANCEMENT : LabEx EHNE – Investissements d’Avenir

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : Fabrice Virgili

 

Description du poste

Le ou la post-doctorant-e sera chargé-e de l’animation de l’axe 6 du projet. Ses fonctions principales seront :

— Assurer un suivi scientifique et une coordination administrative des travaux de l’axe 6 du LabEx EHNE en lien avec les activités générales du LabEx EHNE.

— Participer notamment à l’organisation des manifestations scientifiques et au comité de pilotage de l’axe 6 ainsi qu’aux différentes publications dans lesquelles l’axe est impliqué.

— Assurer le suivi des groupes de travail, la diffusion des activités et la coordination de la participation de l’axe 6 à la réalisation de l’encyclopédie en ligne du LabEx EHNE.

— S’impliquer dans le travail scientifique de l’axe 6.

 

Conditions de résidence et d’exercice

— Il/elle devra impérativement résider à Paris ou dans sa région pour animer les travaux de l’axe et s’y consacrer à temps plein. Un bureau partagé dans les locaux de l’Université sera mis à sa disposition.

– Possibilité de déplacements à l’étranger et en région.

 

Compétences requises

— Bonne maîtrise du français et de l’anglais (avec capacités rédactionnelles). Connaissance d’une troisième langue souhaitée.

— Esprit d’initiative et capacité à s’intégrer dans un programme collectif.

— Rigueur, autonomie et capacités d’organisation.

— Capacité de coordination des travaux d’une équipe.

— Maîtrise des outils informatiques (WORD, EXCEL, Dropbox, Googledrive, Carnet de recherche hypothèses…)

 

 Qualifications requises

— Doctorat en histoire contemporaine (ou moderne) en rapport avec la thématique de l’axe 6 du LabEx EHNE.

— Avoir soutenu sa thèse depuis moins de 5 ans.

 

Dossier de candidature

— CV avec la liste des publications

— Lettre de motivation

— Rapport de soutenance de thèse

 

Présentation du projet

Le Labex EHNE, financé dans la 2e vague des Investissements d’Avenir, a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en reconstruisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques.

Le projet réunit sept laboratoires partenaires issus de quatre établissements (Paris-Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Nantes, École des Chartes).

Sept axes de recherches ont été définis pour atteindre cet objectif.

  1. L’Europe comme produit de la civilisation matérielle
  2. L’Europe dans une épistémologie du politique
  3. L’humanisme européen ou la construction d’une Europe « pour soi », entre affirmation et crises identitaires
  4. L’Europe comme « hors soi » : frontières, voisinage et altérité lointaine
  5. L’Europe des guerres et des traces de guerre
  6. Genre et Europe
  7. Traditions nationales, circulations et identités dans l’art européen

L’objectif est de parvenir à la réalisation de nouveaux outils en histoire européenne :

  • Une encyclopédie analytique en ligne et la mise en ligne de documents. www.ehne.fr
  • 14 ouvrages, 2 par axes, dont l’un à mi-parcours chez Nouveau Monde.
  • Une synthèse finale sous forme d’ouvrage collectif.
  • Ateliers, journées d’étude et colloques pour préparer ces publications.

 

L’axe 6 « Genre & Europe » :

L’axe 6 du LabEx se propose de montrer que le genre a fort à faire avec l’Europe. Que l’on considère l’Europe comme espace imaginé ou politique, comme marché ou aire culturelle, les rapports entre les sexes sont constitutifs de la définition de cet espace comme des divisions en son sein. L’axe Genre & Europe veut développer ces questions autour de deux volets :

  1. Penser et construire l’Europe, effets de genre : prise en compte de la différence des sexes dans les projets politiques et sociétaux européens

– Le genre des guerres européennes

– Imaginer et /ou construire un espace européen de paix : quelle attention au genre ?

– Ce que les femmes ont fait à l’Europe : utopies et émergence d’une idée européenne, mouvements européistes, réseaux à l’échelle du continent, groupes de pression

– Ce que l’Europe a fait aux rapports entre les sexes : imposition de normes de genres, politiques égalitaires, rôle de la Cour de Justice européenne

– L’Union européenne : une institution genrée ?

  1. Être Européen.ne.s et vivre l’Europe

– Identités de genre : sexualités, configurations familiales, violences sexuées

– Comportements démographiques et politiques du corps

– Femmes et hommes au travail : configurations européennes

– Les dimensions genrées de la participation politique, du sujet au/à la citoyen.ne : diversité des formes d’intervention politique, accès au droit de vote et à la représentation politique, engagement militant, exercice du pouvoir…

– Les mobilités lues au prisme du genre : voyages, migrations et exils politiques

Appel à Contributions: 8e Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie

L’appel à contributions au 8ème Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie est ouvert jusqu’au 30 juin 2017.
Après Lausanne en 2012 et Montréal en 2015, le congrès se tiendra du 27 au 31 août 2018 à Paris (campus de Paris-Nanterre).
Les contributions peuvent prendre des formes variées:
• des contributions collectives : colloques, ateliers thématiques, expositions, performances artistiques, etc.
• des propositions de communication individuelle pour la présentation de résultats de recherche et d’expériences militantes ou professionnelles.
• des tables rondes et débats ;
Pour plus d’informations, le site du congés international: http://cirff2018.u-paris10.fr/.

GenderMed: Ateliers du Genre – Genre, sexualité et regards monothéistes (17/05)

GenderMed-MMSH USR 3125

Ateliers du Genre, mercredi 17 mai 9h30-12h, MMSH, Salle Paul-Albert Février

Genre, sexualité et regards monothéistes

Pour cette journée internationale contre l’homophobie (17 mai), GenderMed organise une séance des Ateliers du Genre. Réunissant quatre chercheur.e.s qui travaillent sur le regard religieux monothéiste vis-à-vis des questions de genre et sexualité, cette séance explore les traditions juive, chrétienne et musulmane à ce sujet. En le faisant, elle étudie notamment l’évolution de l’interprétation des traditions textuelles monothéiste mais aussi des pratiques de ses fidèles dans une société qui se transforme rapidement dans la matière.

Florence Rochefort, CNRS Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL EPHE/CNRS), co-directrice de la revue CLIO Femmes, Genre, Histoire, « Néoconservatisme religieux, normativité de genre et sexualités »

Rémy Bethmont, professeur d’histoire et de civilisation britanniques, Université Paris 8 / TransCrit, « Homosexualité et traditions monothéistes. Vers la fin d’un antagonisme ? » 

Jean-Marc Chouraqui, professeur d’histoire du judaïsme, AMU, Dir. de l’Institut inter-universitaire d’Etudes et de Culture Juives, Labo CPAF, ​« Athéisme des textes, transcendance des sexes : une perspective juive »

Ludovic-Mohamed Zahed, imam fondateur de la première mosquée inclusive de l’Europe, directeur du Cabinet & Editions CALEM, « Théologien.ne.s féministes et gay-friendly de l’islam »

Discutantes :

Blandine Chelini-Pont, professeure AMU, Faculté de Droit et de Science Politique, LID2MS

Randi Deguilhem, CNRS Directrice de Recherche, TELEMME UMR 7303, responsable de GenderMed

 

GenderMed: compte rendu de la conférence « Le genre pour établir la paix », Université de Sousse

Yolande Padilla, membre de GenderMed, Chargée du développement de la recherche au MuCEM et responsable des JE GenderMed-MuCEM qui ont lieu annuellement depuis 2015, s’est rendue à l’Université de Sousse afin d’y représenter la plateforme GenderMed et les activités que nous développons ensemble.

Son intervention prenait place dans le programme d’une Conférence internationale, organisée dans le cadre de projet Erasmus+ GeSt : Gender Studies Curriculum : A Step for Democracy and Peace in EU-Neighbouring Countries with Different Traditions. Son intitulé : « Le Genre pour établir la paix ».

La rencontre avait lieu à Institut Supérieur de Finances (IFS) et de Fiscalité de Sousse, très engagé dans ce projet.

Elle était organisée par Mme Boutheina Ben Hassine (Maîtresse de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Sousse et coordinatrice du projet Erasmus+ GeST).

L’intervention de Yolande Padilla a porté sur :

  • La plateforme GenderMed;
  • L’exposition Bazar du Genre ;
  • Les Journées d’Etudes organisées conjointement avec GenderMed (MMSH USR 3125) depuis 2015

 

Ensemble des interventions

Mme Sana Harbi, Directrice de l’IFS et titulaire de la chaire Unesco OER

Mme Boutheina Ben Hassine, présentation du projet GeSt à l’Université de Sousse. Ce projet qui rassemble des universités de Tunisie, du Maroc, d’Ukraine, de Hongrie et de Grèce, pour des rencontres d’enseignants sur les différents sites, programmées d’octobre 2016 à octobre 2018. Mise en place à Sousse d’un enseignement de genre dans lequel trois instituts sont investis, rassemblant des étudiants en droit, histoire et beaux-arts, en vue de la création d’un master Etudes sur le Genre.

Mme Soukeina Bouraoui, juriste, présidente du CAWTAR, Centre de recherche et formation pour la femme arabe, ONG qui travaille sur 22 pays arabes, qui est intervenu sur le rôle du CAWTAR dans les recherches sur le genre. Son objectif, une meilleure intégration des femmes dans la vie professionnelle, politique et publique dans le cadre d’un plan à 5 ans. Elle préside le conseil scientifique du réseau AUF, concernant les doyens de 143 académies (modules de formation en ligne sur le genre ; lancement d’un appel à candidature pour la mise en place d’un observatoire sur les femmes dans les filières universitaires). Concernant la formation, mention des savoirs faire artisanaux et de l’envoi en Italie de 5 femmes céramistes en Italie pour une formation à la céramique. Mme Bouraoui a été la directrice fondatrice du Credif, Centre de recherche, d’études, de documentation et d’information sur les femmes tunisiennes, actuellement dirigée par Dalenda Larguèche qui fût notre invitée pour une Journée d’Etudes GenderMed-MuCEM-EFiGiES en 2016.

Mme Monia El Almi, islamologue, Université de la Zitouna : la descente aux enfers : de l’exception tunisienne au Djihad al Nikah, intervention portant sur la participation des femmes au djihad et leur exploitation sexuelle.

– M. Omar Fassatoui, chercheur au bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme, Tunis, qui est intervenu sur les inégalités et discriminations à l’encontre des femmes et des filles dans la législation tunisienne et les recommandations associées ainsi que sur le projet de loi en cours d’étude contre les violences faites aux femmes (une femme sur deux en Tunisie et majoritairement dans l’espace familial). Nombreux sujets abordés : inégalités face à l’accès au travail, à la responsabilité politique (les femmes sont les plus diplômées mais les plus au chômage) / face à la nationalité, à l’âge du mariage, au domicile conjugal, au statut de chef de famille, à la tutelle sur les enfants mineurs, inceste innomé, définition du viol non conforme au Statut de Rome, augmentation du nombre des mères célibataires / utilisation genrée de l’espace public / impact doublé de ces discriminations en milieu rural / chantiers portant sur les mentalités et stéréotypes…)

-Mme Saloua Guiga, ex-présidente de la coalition sur les femmes, intervenant sur l’histoire des luttes des femmes en Tunisie. Communication disponible en pdf.

Mme Dominique Gauthiez-Rieucau, chercheure, réseau Mnémosyne : « Le genre, un outil au service du Matrimoine : travail des représentations et émergence contemporaine des sources ».

M. Walid Ben Ahmed, professeur à l’ISF et Mme Khadija Azri, doctorante islamologue, ont fait un état des recherches sur le genre actuellement en cours à l’université de Sousse, en master et doctorat.

 

Lien pour l’ensemble du cycle des conférences :

http://gestproject.eu/international-conference-gender-identities-and-education

 

Yolande Padilla, Marseille, 11 avril 2017

Atelier EFiGiES – Décoloniser les savoirs sur le genre Les sexualités en question (06/04)

Décoloniser les savoirs sur le genre
Les sexualités en question

Le jeudi 27 avril 2017 de 14h à 18h

à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Marseille
Salle de réunion, 3ème étage
Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille

 

Présentation du thème de la rencontre :

Par la thématique de la décolonisation des savoirs, nous nous inscrivons cette année dans un cadre réflexif proposé par les postcolonial studies. Les séances et les travaux présentés sont l’occasion de produire une réflexion méthodologique transdisciplinaire qui propose une mise en pratique de cette décolonisation du savoir. Il s’agit d’engager une réflexion sur les discours, les catégorisations et les pratiques manipulant la catégorie du colonial ou du postcolonial à l’intersection du genre ou des sexualités. Cette rencontre s’articulera autour de deux présentations traitant de la question spécifique des sexualités : l’une sera proposée par Francesca Mininel, doctorante en anthropologie, autour de la prévention du SIDA au Togo; la seconde par Alice Servy, anthropologue, sur l’appellation MSM au Vanuatu.

 

Présentation des interventions :

Francesca Mininel, doctorante Idemec, AMU, IRD-TransVIHM

Virginity for Health. Le Trophée des vierges et la prévention du sida au Togo.
Ma recherche porte sur les dimensions sociales, culturelles et politiques de la promotion de la virginité féminine et du test de virginité en tant que stratégie préventive du VIH/sida au Togo dans le contexte de la croissance des mouvements religieux globalisés, mais aussi en relation aux politiques de prévention mises en place par les organismes de santé nationaux et internationaux. Elle analyse la manière dont les représentations et les significations locales de la « pureté » féminine s’articulent avec les notions médicales véhiculées par les agences internationales de développement, et la manière dont cette articulation façonne les pratiques contemporaines de la sexualité au Togo. Elle s’intéresse à la diffusion des mouvements socio-culturels étasuniens en Afrique ainsi que aux tendances néo-traditionalistes africaines et à leur impact sur les systèmes d’organisation familiale, de construction du genre et de catégorisation des comportements sexuels.

Dans cette présentation, après avoir donné des éléments utiles à comprendre le contexte politique et épidémiologique dans lequel la pratique du test se situe, je me focaliserai sur le Trophée des vierges, un concours de filles vierges organisés depuis 2009 au Togo dans le but de lutter contre le VIH et au même temps « réveiller la valeur de la virginité féminine dans les traditions africaines». Organisé par une ONG locale, le « Royaume des vierges », en partenariat avec le Conseil National de Lutte contre le Sida et l’UNPFA (Fond des Nations Unies pour la Population), le Trophée des vierges est lancé chaque année sur tout le territoire national togolais parmi les jeunes filles âgées de 16 à 25 ans en recueillant des milliers de candidatures. Avant la grande finale les candidates sont soumises au test gynécologique de virginité, dont les résultats sont rendus publics lors d’une conférence de presse. La reine élue devient le témoin de la lutte contre le sida pour l’année suivante.

Mon analyse montre que les mouvements pro-virginité au Togo sont en train de devenir des « laboratoires » de réception, réinterprétation et diffusion des nouvelles conceptions transnationales qui relèvent du domaine de la sexualité (virginité contre fertilité), des modèles familiaux (famille nucléaire monogame contre famille élargie / polygame) mais plus en général de l’organisation sociale (procès d’individualisation et façonnement du soi au travers du « choix personnel »).

 

Alice Servy, postdoctorante associée au CREDO (UMR 7308)

L’appellation Men who have Sex with Men (MSM) au Vanuatu. Analyse de l’appropriation d’une catégorie globalisée en contexte postcolonial.
L’appellation « hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes » (HSH ou MSM, Men who have Sex with Men, en anglais) a été créée aux États-Unis, au milieu des années 1980, afin de décrire un comportement jugé à risque dans le contexte de la prévention du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). À travers les financements, le matériel éducatif, les programmes d’assistance technique, la circulation de documents électroniques et les conférences internationales, l’expression a très vite connu un essor mondial (Boellstorff, 2011 : 288-304). D’après le guide de terminologie des Nations unies 2011, l’expression « MSM » est l’appellation qui doit être privilégiée par les organismes de prévention du VIH pour désigner : « Des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes, indépendamment de leurs rapports sexuels éventuels avec des femmes ou de leur identité bisexuelle ou gay sur le plan personnel ou social » (ONUSIDA, 2011 : 11, 19). Cette appellation internationale renvoyant à des pratiques sexuelles plus qu’à une identité individuelle ou sociale et masquant la complexité de la réalité a néanmoins souvent été localement adaptée (Boellstorff, 2011 : 288-304).

Dans l’archipel mélanésien du Vanuatu resté sous condominium franco-britannique de 1906 à 1980, l’expression « MSM » (comme celle de « transgenre » ou « TG ») est quasi-inconnue de la population. Les habitants de la capitale Port-Vila désignent les hommes efféminés par des termes bislama qui signifient « moitié-moitié » (fiftififti, haf-haf) ou « pédé » (bufta) et qualifient leurs partenaires masculins de « vrais hommes » (stret man). Les principales personnes à faire usage de l’appellation « MSM » sont les pairs éducateurs de l’organisation non gouvernementale (ONG) Wan Smolbag et les membres du réseau Solidarity, qui regroupe des « MSM » et des « femmes travailleuses du sexe », dont plusieurs employés de cette ONG.Dans cette présentation, j’analyse les manières dont la catégorie de « MSM » est utilisée à Port-Vila par ces acteurs de la prévention du VIH et des autres IST. Je montre que s’il existe des définitions internationalement plébiscitées des catégories MSM et TG, les pairs éducateurs de Port-Vila s’approprient ces appellations afin de continuer à distinguer les hommes efféminés de leurs partenaires masculins et de mettre en avant l’identité sociale des personnes plutôt que leur identité subjective ou leurs pratiques sexuelles. J’avance également que bien que la plupart des personnes s’auto-identifiant gay ou homosexuel à Port-Vila souhaitent que leurs pratiques sexuelles non hétéronormatives soient tenues secrètes, les membres du réseau Solidarity mettent eux en avant, du moins pendant leurs réunions hebdomadaires, une identité individuelle et sociale same sex. Bien que l’appellation MSM ait été créée pour décrire des comportements, les membres de ce groupe, recevant des financements étrangers associés à la lutte contre le VIH, tendent à en faire usage comme d’une catégorie identitaire.

Références

  • BOELLSTORFF Tom, 2011. But do not identify as Gay : A Proleptic Genealogy of the MSM Category, Cultural Anthropology, 26 (2), pp.287-312.
  • PROGRAMME COMMUN DES NATIONS UNIES SUR LE VIH/SIDA (ONUSIDA), 2011. Guide de terminologie de l’ONUSIDA (octobre 2011), Genève, Suisse, UNAIDS.

 

Au plaisir de vous y retrouver ou de vous y rencontrer !

Julie Abbou, Fleur Beauvieux, Marion Breteau, Aurélie Fillod-Chabaud, Léa Inconstant, Perrine Lachenal, Anaïs Martin et Manon Vialle,
pour l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

**********************************

Notre atelier fait partie d’EFiGiES, une association interdisciplinaire créée en 2003 qui vise à créer de la solidarité entre étudiant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s travaillant en Études Féministes, Genre et Sexualités à travers une mise en commun de savoirs et d’informations : http://www.efigies.org/

L’atelier Efigies Aix-Marseille, mis en place en 2011, se veut un espace de discussion collective des terrains, méthodes et concepts liés au genre en sciences humaines et sociales. Il vise à :
– mutualiser les connaissances, les expériences et la veille autour des questions de genre, sexualités et rapports sociaux de sexe ;
– constituer un espace de découverte et de dialogue entre disciplines différentes ;
– nouer des liens entre étudiant-e-s, doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s d’Aix-Marseille au-delà des affiliations institutionnelles.

GeFeM: Homosexualités au Maghreb. Normalisation, transgression et résistance (06/04)

« Homosexualités au Maghreb. Normalisation, transgression et résistance » par Monia Lachheb ( sociologue, université de la Manouba, Tunis)

L’homosexualité au Maghreb est considérée comme une pratique sexuelle « déviante » et sa condamnation est légitimée par un ordre religieux et un ordre juridique. Les jeunes homosexuels/les procèdent à des interprétations multiples pour justifier la transgression supposée des normes. Certains d’entre eux/elles s’engagent dans des formes de lutte pour une meilleure visibilité à la question homosexuelle et la dépénalisation de l’homosexualité.

Jeudi 6 avril 2017, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Duby, 15h-17h

LERMA: Hélène Quanquin, « Catharine E. Beecher face au défi des droits des femmes », 23 mars 2017, 17h-19h

Le séminaire « Résistances Féminines Au(x) Féminisme(s) » du Laboratoire d’Etudes et de Recherches sur le Monde Anglophone (LERMA) vous invite à un séminaire où notre collègue de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Hélène Quanquin, analysera l’opposition de la grande réformatrice  états-unienne Cathatine E. Beecher’s au droit de vote des femmes.

Pour en savoir plus sur cette intervention, merci de télécharger le programme!

Le séminaire sera en français et aura lieu à la Maison de la Recherche, 29 Avenue Schuman, Aix-en-Provence, entre 17h et 19h, salle T2 2.22. Nous espérons vous y voir nombreuses/eux!