Rencontre avec Helena Janeczek et Marguerite Pozzoli


Processed with MOLDIV

« Gerda Taro avait un talent incroyable, elle était obstinée, joyeuse, et elle ne se sentait aliénée ni par le fait d’être une femme, ni par aucun stéréotype. Elle était libre dans une Europe difficile, libre comme toute femme devrait avoir le droit de l’être ».

Roberto Saviano

Helena Janeczek est née à Munich, dans une famille de juifs polonais. Depuis 1983, elle vit en Italie. Elle a co-fondé le blog littéraire Nazione Indiana et collabore avec la revue Nuovi Argomenti ainsi qu’avec plusieurs grands quotidiens italiens. Après deux romans fort remarqués (Le rondini di Montecassino et Lezioni di tenebra traduits par M. Pozzoli), elle remporte le prix Bagutta et le prix Strega 2018 pour La ragazza con la Leica (La fille au Leica traduit par M. Pozzoli).

Dans La ragazza con la Leica, Helena Janeczek retrace la brève et intense existence de la photographe allemande Gerda Taro, morte à vingt-six ans pendant la guerre d’Espagne alors qu’elle couvrait un reportage sur la bataille de Brunete. Helena Janeczek ne se limite pas à retracer la biographie de l’intrépide photographe militante, exilée en France dès 1933 pour fuir le nazisme, confrontée à l’antisémitisme et longtemps restée dans l’ombre de son compagnon, Robert Capa. Dans son roman au souffle européen, Janeczek, nourrie de cultures multiples, entend restituer l’âme d’une époque qui ressemble par de nombreux points à la nôtre et inviter par là-même ses lecteurs à ne pas rester indifférents.

Avec la participation de Virginie Culoma Sauva (CAER), Severiano Rojo Hernandez (TELEMME) et Judith Obert (CAER).