Appel à communications: La question du genre dans les arts ou l’art genré (Sousse, mars 2018)

L’Unité de recherche : Esthétiques et pratiques des arts de l’Institut supérieur des Beaux-arts, Université de Sousse

Organise à l’occasion de la 17ème édition des JEPTAV le 2, 3 et 4 mars 2018

Un colloque international sur le thème :

La question du genre dans les arts ou l’art genré

Manifestions et implications

 

Appel à participation

La problématique de l’art sous l’angle du genre n’est pas une approche de la distinction entre un « art féminin » et un « art masculin », mais au contraire une catégorie d’analyse permettant de déstabiliser, transformer, transgresser, et subvertir les limites binaires de l’action sexuée (M. Buscatto, M. Leontsini) et des normes sociales (H. Becker, R. Moulin, P. Bourdieu). Au-delà des stéréotypes et des stigmates, les pratiques genrées de certains artistes déclenchent un processus de déconstruction de notions dont l’universalisme est apparu bien relatif (beauté, génie, art, goût, canons…).  La question du genre dans le domaine des arts est un véritable chantier esthétique. Elle propose une vision qui s’inscrit dans le renouvellement réflexif  nécessitant une reprise totale de l’histoire de l’art,  amorcé par  Linda Nochlin au début des années 1970, lorsque celle-ci se demande « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? » et corroboré par l’œuvre théorique et incontournable de Griselda Pollock sur le ‘canon’ de l’histoire de l’art. Les expositions Féminin-Masculin (1995) et celles organisées en (2009) au centre Pompidou, manifestent l’intérêt des institutions pour cette problématique.  C’est bien à une déconstruction heuristique des « régimes de l’art » (N. Heinich) qu’invitent le concept de genre et les théories queer (F. Villemur).

En effet, le repositionnement, ces dernières années, de la question du genre dans les forums de la réflexion et de la décision juridique, politique et artistique ainsi que dans les études universitaires permet de revoir sous de nouveaux angles les rapports sociaux, les « déterminismes » biologiques, les résistances psychologiques pour toucher à l’essentiel de la question du genre désormais entrevu comme un processus de déconstruction et de reconstruction.

Il est vrai que le palmarès des performances, toutes  disciplines confondues, fait la part belle aux figures masculines et  manque d’ovations  ou se fait timide, dés qu’il s’agit de mettre en exergue  celles des femmes artistes ou de pratiques artistiques de femmes. Ce constat fait ressortir comment la question des rapports de sexe et des constructions genrées affecte toutes les pratiques, sociales et symboliques et traverse tous les champs de pensée. Le traitement de cette question requiert, par voie de conséquence, des connaissances et des compétences transversales et transdisciplinaires, théoriques et méthodologiques. Plus encore, ce traitement rehausse le genre au statut de concept-outil d’analyse à même d’interroger les clichés, de soulever les différences et les articulations entre le naturel (sexe) et le culturel (genre). Sa force de provocation et sa valeur heuristique, permettent ainsi de découvrir de nouvelles pistes de recherche ou de poser un regard neuf sur des thèmes à vision arrêtée. Il se présenterait comme une réflexion renouvelée sur le monde.

Ainsi, dans le contexte qui est le nôtre, fortement marqué par des transformations radicales de l’art et fort aussi de l’apport de la pensée  queer des années 1990-2000 (T. De Lauretis et J. Butler)  qui est en fait une extension des luttes contre l’exclusion au-delà des polarités homme-femme, hétérosexualité-homosexualité, des représentations liées à des constructions identitaires sociales, on assiste au brouillage des frontières du féminin et du masculin, à l’hybridité et à la métamorphose qui sont au cœur de nombreuses formes artistiques contemporaines dont Marcel Duchamp, a inauguré l’essaimage dés 1921, en se faisant photographier par Man Ray et transformer en son alter ego féminin célèbre, Rrose Sélavy . Les successeurs et successeuses vont défier les systèmes traditionnels de classification. Le travestissement va abolir le binarisme masculin/féminin et en faire un mécanisme de transgression des frontières et de l’ordre normatif qui sanctionne les déviances de genre. A titre d’exemples, les artistes Michel Jouriniac, Urs Lüthi, Claude Cahun et Cindy Sherman se servent de leur corps pour aborder le thème du travestissement, l’ambiguïté sexuelle et la multiplication des identités. Par l’imitation des attributs d’autrui, ils déconstruisent les clichés pour démontrer/démonter la construction culturelle qu’est le genre en œuvre.

« Transgenre », « cisgenre », « pangenre », « genderfluid », etc… le glossaire autour du concept de genre ne cesse d’évoluer, de s’adapter à son contexte historique, politique et donc social reflétant une pensée révolutionnaire et flexible, éternellement renouvelable. Art et genre, une méthodologie qui met en évidence la proximité des œuvres avec leur contexte d’émergence, interroge les modes idéologiques de constitution de l’histoire de l’art pour reconstruire une mémoire culturelle plus égalitaire, extériorisant ainsi les normes structurées par une hiérarchie discriminatoire (race, sexe, couleur…).

On le voit bien, la question du genre est une route traversière de l’art, et qui ne croise pas seulement celui des plasticiens mais aussi des créateurs tous azimuts : écrivains, cinéastes, dramaturges, chorégraphes et performers.  Ceux-ci sont en train de proposer, à travers leurs œuvres, des questionnements d’ordre ontologique allant jusqu’à bouleverser les assises de l’anthropologie sur les rapports de sexe et leurs implications ou échos dans tous les secteurs de la vie.

Ce colloque qui voudrait réfléchir sur les créations artistiques sous le prisme du genre entend donc apporter un peu plus de lumières sur le « lien étroit entre les arts, la création et la problématique du genre », sur l’identité des styles et sur la question du clivage (art masculin/art féminin).

 

 

Axes de recherche :

–        L’histoire de l’art sous l’angle de la problématique du genre

–        Féminin/masculin, articulations de genre dans les formes artistiques

–        Le travestissement dans l’art contemporain, tendance ou révolution

–        Corps, sexe et art : les arts corporels à la lumière du genre

–        La féminisation de l’art contemporain en Tunisie

–        Arts et genre ; transgression et/ou subversion

–        Les détracteurs des études de genre, quelle légitimité ? : « Théories » ou Catégorie d’analyse ?

–        Les soubassements sociopolitiques des études de genre et leurs manifestations dans l’art.

–        Construction et déconstruction de l’identité sexuée dans les sociétés en rapport avec les formes artistiques contemporaines

 

Les résumés des propositions de communication (300 mots au plus) doivent être envoyés, au plus tard, le 30 décembre 2017, avec CV (obligatoire) aux adresses électroniques suivantes :

zaiene_sedki@yahoo.fr

hafedhdjedidi@yahoo.fr

 

 

 

Comité scientifique

Hafedh Djedidi : Professeur de l’Enseignement supérieur

Faten Chouba Skhiri : Professeur de l’Enseignement supérieur

Khaled Abida : Maître de conférences

Fateh Ben Ameur : Maître de conférences

Dominique Gauthiez-Rieucau : Chercheuse-Formatrice sur le genre (Annuaire CNRS)

Boutheina Ben Hassine : Professeure de l’Enseignement supérieur