Le féminicide : un fait social à interroger

 

 

 

Le féminicide : un fait social à interroger

Responsable et contact : Karine Lambert, Telemme, AMU. /Université de Nice

Le 25 novembre, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, chercheuses et artistes publient un webdocumentaire sur les fémini-cides. En mêlant arts et sciences, cette création proposée par Aartemis, Adrienne Arth, Claude Ber, Sylvette Denèfle, Isabelle Demangeat, Karine Lambert, Irene Pittatore permet de mieux comprendre ce fait social qui traverse les époques.

À partir du récit d’un procès pour « meurtre de femme » commis en 1847, conservé dans les archives judiciaires du Var, sociologue, historienne, plasticiennes, photographe et écrivaine ont produit des expérimentations et des réalisations numériques visant à informer le grand public tout en enrichissant les débats scientifiques contemporains.

Une recherche artistique et scientifique.

L’objectif est d’identifier les enjeux de pouvoir que ces violences impliquent dans une perspec-tive historique et comparatiste. Les féminicides permettent, en effet, de faire le récit de la do-mination patriarcale, de l’emprise viriliste, d’analyser les facteurs de risque, les tabous, les si-tuations de conflit et de déconstruire les stéréotypes sociosexués qui peuvent être intériorisés autant par les hommes que par les femmes.

Le projet est à la fois une recherche méthodologique qui vise à mêler les apports des connais-sances scientifiques avec l’approche sensible des arts plastiques, de la photographie ou de l’écri-ture et un apport de connaissances sur un fait social, objet récurrent des débats publics récents, mais encore trop peu étudié dans une perspective scientifique.

Un outil original de partage des connaissances

Ce webdocumentaire est une manière de présenter différemment les résultats de recherches en sciences humaines et sociales. L’idée est de proposer une boite à outils qui puisse être utilisée à la fois dans un cadre scolaire, scientifique, artistique pour que les recherches en études de genre, et en particulier sur les féminicides, soient accessibles au plus grand nombre.

Que ce soit dans l’enseignement secondaire ou supérieur, dans les sphères politiques, artis-tiques, associatives ou auprès du grand public, le projet SAFé (Sciences Arts Féminicides) es-père circuler le plus largement possible, à l’université et en-dehors, pour faire avancer les con-naissances sur ce sujet et surtout pour qu’elles se partagent dans la société.

Pour naviguer plus confortablement dans ce webdocumentaire, cliquez sur les 3 pointillés en bas à droite de l’image puis sur les 2 flèches pour passer en plein écran.

SAFé

https://url.univ-amu.fr/safehttps://url.univ-amu.fr/safe

Les soutiens du projet

Ce projet a été lauréat de la Bourse aux projets de culture scientifique AMU

2021 et a reçu le soutien de la Vice-Présidence égalité femmes-hommes et

lutte contre les discriminations d’Aix-Marseille Université. Il bénéficie du

soutien d'Aix-Marseille Université, de la Maison Méditerranéenne des

sciences de l'Homme, du réseau GenderMed, de l'unité de recherche TE-

LEMMe et de l’Inspé de l'Université Côte d'Azur.

En savoir plus sur le travail de…

 

PartenariatTerrains sensibles/Sfax Forward

 

Terrains sensibles/Sfax Forward
Le lundi 21 Juin 2021, lancement du 4e Hands-on training de SfaxForward sur le thème “Enquêter en terrain sensible au Maghreb” organisée par Constance de Gourcy (MMSH-Aix-Marseille Université) et Monia Lachheb  (Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain – IRMC). Cette formation durera 4 jours en présentiel depuis Sidi Bou Saïd et en ligne.
Voici trouverez le programme en PJ ou sur le site internet du projet : https://sfaxforward.eu/events/thematic_school_1
 
L’inscription est gratuite mais obligatoire via le lien : https://univ-amu-fr.zoom.us/webinar/register/WN_o96efahiRru4F2ZA5glyFA
 
Attention ! Les heures du programme sont celles de la Tunisie. Depuis la France, il faut ajouter une heure.
 
 
 
 
Pour la MMSH
Constance de Gourcy, Mcf-Hdr, MesoPolHis: 

Dr. Solenn de Larminat, CCJ, Project Manager for MMSH/CNRS/AMU

CORMED II Ecole de Recherche sur le Genre 

En temps de crise et de résistance

Corps artistique, corps médicalisé, corps ajusté en Méditerranée

Sousse, Tunisie, lundi 26 février – vendredi 1er mars 2024

CORMED 2 : Ecole de Recherche sur le Genre  

ENCADREMENT INSTITUTIONNEL de CORMED 2

CORMED 2 réunit des partenaires institutionnels de trois pays et un Réseau francophone de femmes universitaires :

Tunisie, Université de Sousse, Cellule Genre, université d’accueil de CORMED 2 ; CREDIF (Centre de Recherche, d’Études, de Documentation et d’Informations sur la Femme) ; CAWTAR (Center of Arab Women for Training and Research)

Liban, Université Libanaise

France, GenderMed : penser le genre en Méditerranée, réseau d’AMU (Aix-Marseille Université), MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme), Aix-en-Provence ; Atelier GEEM(Genre dans l’espace euro-méditerranéen) – TELEMMe (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionales – Méditerranée), MMSH/AMU ; Vice-Présidence Egalité Femmes-Hommes et la Lutte contre les Discriminations, AMU ; IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne Européenne et Comparative), MMSH/AMU ; Mesopolhis (Centre Méditerranéenne de Sociologie, de Politique et d’Histoire), MMSH-IEP/AMU ; Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) Marseille

RESUFF Réseau Francophone des Femmes Responsables dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche

Responsables CORMED 2

Boutheina BEN HASSINE, Université de Sousse, Tunisie

Randi DEGUILHEM, DR CNRS, TELEMMe-MMSH, Aix-Marseille U., France

En temps de crise, le corps, en toutes ses déclinaisons, est, de prime abord, une cible. Cible de violences à bien des égards en provenance d’une multitude de secteurs de société qui œuvrent à lui imposer des normes et, en contrepartie, à interdire des expressions corporelles de combativité de toute nature.

En revanche, le corps – lors des situations de crise – est également un espace de résistance en face des violences explicites et implicites qui lui sont infligées par des instances d’autorité (Husquinet 2020). C’est le lieu genré où se déroulent et se positionnent des affrontements « crise / résistance » à l’échelle d’un individu, d’un groupe, d’une communauté (Kréfa et Majdoub 2019 ; Chehayed 2021).

Vulnérable et intime, le corps véhicule et projette des normes de société telles qu’elles sont mises en visibilité par les instances politique, législative, religieuse et autres. En même temps et en réaction aux normes qui lui sont imposées par l’autorité, le corps est le terrain d’expression de résilience et de résistance.

Ces prémices-là constituent les domaines d’interrogation de la deuxième édition de CORMED : École de Recherche sur le Genre qui aura lieu en présentiel à Sousse, Tunisie, 26 février – 1 mars 2024. Des universités, des organismes de recherche et de culture ainsi que des instances d’intervention de la société civile en Tunisie, au Liban et en France se réunissent en partenariat pour organiser cette École. 

La réflexion à mener lors du CORMED 2 s’appuie sur des approches novatrices qui questionnent des expressions de résistance relatives au corps dans la Méditerranée par le biais d’une analyse des croisements intersectoriels, intersectionnels et interdisciplinaires dans les champs du corps artistique, du corps médicalisé et du corps ajusté.

Pour ce faire, CORMED 2 examine et contextualise des gestes qui transforment le corps en tant que construction sociale face aux différents pouvoirs dans la société (Fassin et Memmi, 2004 ; Marin et Deguilhem, 2002 ; Cadène, Lambert et Lapied 2020) mais également en tant que corps médicalisé et ajusté tant sur le plan du genre que sur la sexualité (Mollo et Falzon 2009 ; Hérault 2010). Cette École s’intéresse également aux regards qui mettent en exergue telle ou telle posture corporelle artistique dans des situations diverses, examinant ainsi l’expérience du croisement des usages du corps et de la création artistique (Morais 2016 ; Sheriff 2011 ; Chroniques de la Révolte Syrienne, 2019). Cela par une action qui intervient physiquement sur le corps pour le réaménager et le réajuster ou bien par le biais d’un point de vue artistique réalisé par un tiers au regard d’un corps dans un lieu et à un moment donné avec l’objectif de transmettre une perspective spécifique de ce corps (Salamon 2011). En le faisant, il serait question, dans les travaux menés lors de CORMED 2, d’étudier des théories de la décolonisation du corps (Talpade Mohanty 2003) dans la Méditerranée et au-delà.

S’inscrivant dans le sillage des travaux réalisés dans les journées du CORMED 1 https://cormed.sciencesconf.org (décembre 2020), École initiée par Constance De Gourcy (Mesopolhis, MMSH), co-organisée par le réseau universitaire GenderMed : penser le genre en Méditerranée, MMSH, dirigé par Randi Deguilhem, TELEMMe, le groupe GeFeM : Genre, Femmes, Méditerranée, dirigé par Karine Lambert, TELEMMe, le MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) Marseille représenté par Yolande Padilla et Aude Fanlo, le département d’histoire de l’Université de Sousse, représentée par Boutheina Ben Hassine, et de l’Institut de Beaux-Arts de Sousse, Tunisie ainsi que l’Université Galatasaray, Turquie, représentée par Nazli Nokten au sujet des questions relatives aux corps surveillés, mobilisés et exposés en Méditerranée, l’École de Recherche sur le Genre CORMED 2 élargit, approfondit et innove quant aux approches méthodologiques mobilisées pour analyser des expressions de résistance en Méditerranée telles qu’elles sont formulées autour du corps artistique, médicalisé et ajusté.

CORMED 2 approfondit, en même temps, des réflexions menées dans le cadre de la Journée d’Étude, « Expressions genrées de résistance, mouvement et crises transformatives en Méditerranée » du 22 avril 2021 organisée dans le cadre de l’Action COST 18140 de Bruxelles : « People in Motion. Entangled Histories of Displacement across the Mediterranean », programme dirigé par Giovanni Tarantino, Université de Florence et GenderMed, MMSH-AMU à laquelle participaient plusieurs encadrant.e.s de CORMED.

Enfin, des pistes de réflexion ouvertes lors des recherches réalisées dans le cadre de l’Atelier Thématique d’Études Doctorales (ATED), « Genre : documenter les résistances dans la Méditerranée contemporaine », 25-29 septembre 2013, dirigé par Randi Deguilhem, rencontre soutenue par LabexMed (Laboratoire d’Excellence : Sciences Humaines et Sociales au Cœur de la Méditerranée), A*MIDEX, MMSH, AMU, continuent à s’approfondir pendant des journées de CORMED 1 et CORMED 2, notamment, par rapport aux expressions du corps – que ces interrogations soient de l’ordre du symbolique ou du réel ou d’un croisement des deux. En le faisant, elles associent et entrecroisent des démarches multidisciplinaires en histoire, en sociologie, en anthropologie, en science politique et juridique, en arts plastiques et littéraires mais également en médecine de toutes ses déclinaisons afin de pouvoir étudier les différents usages du corps en Méditerranée aujourd’hui ainsi qu’aux époques antérieures.  

CORMED 2 représente également un prolongement des rencontres entre les différentes instances de l’Université de Sousse et GenderMed, MMSH / AMU en matière de genre organisées par plusieurs instances de Sousse.

À titre d’exemple, citons la rencontre organisée en avril 2017 à l’Université de Sousse par Boutheina Ben Hassine dans le cadre du programme ERASMUS+ intitulée « Le genre pour établir la paix » durant laquelle Soukeina Bouraoui, directrice de CAWTAR et une partenaire de CORMED 2, a prononcé une keynote et à laquelle a participé des collègues de l’Université de Sousse et de GenderMed.

L’année suivante, en mars 2018, une autre manifestation a réuni, à nouveau à Sousse, des collègues de Sousse et d’AMU lorsque des membres de GenderMed ont été invitées à l’Institut des Beaux-Arts de Sousse pour présenter des recherches lors du colloque, « Le Genre dans les Arts », organisé par Hafedh Djedidi, l’Institut des Beaux-Arts de Sousse.

Les trois domaines de réflexion qui structurent CORMED 2 : corps artistique, corps médicalisé et corps ajusté se déclinent de manière bien diverse dans des différents pays du bassin méditerranéen, espace loin d’être homogène mais qui néanmoins sont composés d’éléments qui convergent, qui s’entrecroisent. 

Les dynamiques élaborées à partir des différentes modalités d’expression de résistance développées au sein de ces trois champs dans les sociétés de la Méditerranée constituent les terrains d’interrogation de CORMED 2

À titre de rappel et pour contextualiser CORMED 2, École de Recherche sur le Genre, de décembre 2020, rappelons que la première édition de CORMED focalisait son travail sur l’étude du corps surveillé, mobilisé et exposé en Méditerranée, et cela à un moment particulier, celui de la pandémie COVID 19.

En revanche, CORMED 2 se situe dans une autre périodisation, à savoir celle d’un monde qui émerge de cette pandémie mais qui reste néanmoins marqué par cette crise qui aura des séquelles sur les expressions genrées du corps artistique, médicalisé, ajusté.

Enfin, posons la question concernant l’objet étudié dans le contexte des différentes éditions de CORMED, à savoir, le corps : de quoi est-il le nom ? De quoi s’agit-il ?

Il ne s’agit pas, dans cette École, d’inventorier des expressions de résistance concernant le corps dans la Méditerranée mais, en revanche, il s’agit de l’étudier, dans des déclinaisons indiquées pour chaque édition de CORMED, dans un contexte spécifique.

Ainsi, au lieu de chercher à définir le « corps », CORMED 2 tente de cerner les usages artistiques, médicalisés et ajustés du corps des individus, réels ou figurés, dans les régions méditerranéennes et faire dialoguer les expressions entre ces trois domaines. Pour ce faire, nous mobilisons des méthodologies variées, diverses et innovatrices – théoriques ainsi que des études de cas – avec l’objectif de plonger le regard dans le croisement de pratiques genrées dans cette partie du monde. Cela dit, cette École encourage également des recherches comparatives vis-à-vis d’autres régions géographiques du monde dans la mesure où une telle ouverture géographique apporterait des réflexions qui élargissent et approfondissent, mais également mettent en question, les champs étudiés lors des journées de CORMED 2.

Ci-dessous, en format de trois axes de réflexion, se trouvent quelques éléments qui marquent la particularité des interrogations à explorer par les participant.e.s du CORMED 2 telles qu’elles sont représentées dans l’expression du corps artistique, médicalisé et ajusté en Méditerranée. 

  1. Corps artistique

Les expressions artistiques du corps dans le bassin méditerranéen au temps de crise constituent l’objet de réflexion de l’axe 1 de CORMED 2. L’intérêt est pluriel. D’une part, cet axe étudie le reflet interprétatif d’un corps dans les arts tels qu’ils sont exprimés par des artistes, de spécialité diverse, utilisant des matières différentes, lors des crises politique, économique, religieuse ou en temps long de conflit.

De cette manière, l’axe 1 constitue un cadre pour étudier les manifestations artistiques, y compris par l’étude des écrits autobiographiques féministes, à l’échelle de l’individu, qui s’interroge des positionnements des personnes à l’égard de son genre ou de sa sexualité (Bavard 2016). 

Autrement dit, il s’agit, dans cet axe, d’examiner les remises en question des normes sociétales par le biais des usages artistiques déployés par des individus, de tout genre et de toute sexualité.   

Ainsi, CORMED 2 s’intéresse à étudier la représentation artistique, par exemple, de la danse traditionnelle ou innovatrice (Boldrin 2016). Celle-ci est exprimée par la performativité / performance des personnes qui s’identifient, en matière de genre, de plusieurs façons. Dans ce cadre, la confusion du genre dans les performances sera un thème exploré lors de nos journées de travail où le féminin et le masculin se mélangent dans ces danses pour dénoncer les tabous de la société, exprimés, par exemple, dans les pratiques du hammam, de l’habit traditionnel, du travail de la laine, etc.

Le travestissement représente une autre forme de langage artistique corporel (Castaing et Lignon 2020). Dans cette approche, les performances des artistes ont choisi leurs propres corps comme le modèle pour des déguisements de femmes et d’hommes, de différents âges. Certaines de leurs œuvres sont focalisées sur l’identité de soi et sa place dans la société ainsi que des modes de représentations.

Par ailleurs, le corps est un sujet d’étude dans les tableaux des peintres voyageurs-orientalistes comme les peintures qui mettent en scène, « la femme tunisienne », dans les œuvres de l’orientaliste Alexandre Roubtzoff (Hamza 1994). De tels tableaux représentent les femmes des années trente en Tunisie en tant que femmes voilées, ce sont des femmes mariées de la bourgeoisie tunisoise. En revanche, les jeunes filles que peint Roubtzoff habillées en bédouine sont généralement des prostituées. Enfin, les dames âgées qui sont également objet dans des tableaux de ce genre incarnent, quant à elles, la mémoire culinaire des campagnes tunisiennes (particulièrement, le couscous).

Quant aux œuvres produites par des artistes nord-africain.e.s à l’égard de l’expression corporelle, citons les travaux de l’artiste plasticienne tunisienne, Héla Ammar (Ammar 2015), qui met en exergue la question de la confusion du genre par le biais de la photographie, prise de dos, d’artistes hommes et femmes en foulard traditionnel.

Citons, par ailleurs, Rochdi Belgasmi (Belgasmi 2022), artiste-danseur tunisien qui lutte contre la normalisation du corps. Il déconstruit l’image habituelle du corps masculin comme symbole de virilité. Pour ce faire, Belgasmi remet en question cette image masculine stéréotypée à travers une présentation d’une autre image à travers son travail sur une présentation de l’image d’un prostitué masculin. D’après ce personnage performé par Rochdi Belgasmi, l’artiste tient à couper avec le statut intouchable de la masculinité. C’est une manière d’examiner la place de l’homosexualité dans la société tunisienne par des performances militantes qui s’exprime contre le diktat sociopolitique.

A travers une approche similaire, Yasmine Bouziane, l’artiste marocaine inspirée de Cindy Sherman, artiste états-unienne, a choisi son corps comme le seul modèle pour des déguisements de femmes et d’hommes, de différents âges. Ses œuvres sont focalisées sur l’identité de soi et de ses modes de représentations (Jirat-Wasiutynski 2007).

Enfin, un travail mené sur les tatouages des femmes berbères est un autre terrain d’investigation de CORMED 2. Cette trace inscrite sur leurs corps est une symbolique genrée très riche qui représente et évoque des différentes étapes de la vie d’une femme (Brousse 2012), en temps de crise ou autre.

  • Corps médicalisé 

Dans cet axe, CORMED 2 École de Recherche sur le Genre s’intéresse au corps médicalisé, situation qui apporte des modifications corporelles, qu’elles soient importantes ou discrètes, à l’apparence de soi et à son rapport à celle-ci.

Dans ce contexte, nous étudierons la chirurgie esthétique qui est devenue une spécialité très appréciée ces dernières années autant par les femmes que les hommes. En ce qui concerne la Tunisie, ce pays est devenu une destination, par excellence, de tourisme de santé et de chirurgie esthétique dans les grandes villes tunisiennes dont Tunis, Sousse et Sfax (Maurette et Ben Fguira 2022). 

Cette chirurgie esthétique intéresse les hommes et les femmes de différentes nationalités qui se rendent en Tunisie afin de pouvoir modifier leur corps que ce soit pour vouloir s’inscrire dans les normes d’une société ou, au contraire, pour résister aux normes sociales. Par exemple, « les perfections » corporelles recherchées sont les abdominoplasties, l’augmentation des lèvres de la bouche, l’augmentation ou la réduction mammaire, la greffe des cheveux, la suppression de graisse ou de cellulite, etc. La recherche de la beauté ou de vouloir adhérer aux canons normatifs du corps, selon tel ou tel critère, demeure l’objectif principal de ces patient.e.s.

En revanche, le corps médicalisé est également le terrain de résistance. À cet égard, cette École s’interroge également au sur lesujet de la transformation médicalisée, genrée, du corps trans, une transformation qui reste peu étudiée (Hérault 2010 ; Laurence Hérault interviewée par S. Steinberg 2013). Or, ceci est une véritable question de société à l’échelle, notamment, d’un individu qui traverse des fortes périodes de crise personnelle liée étroitement aux attentes de société.

Par ailleurs, l’intervention chirurgicale sera également étudiée lors des journées de CORMED 2 en tant qu’acte médical pratiqué sur le corps pour l’ajuster aux normes de société. À titre d’exemple, la chirurgie de l’hymen, qui a l’objectif de refaire une virginité, aboutit à un corps médicalisé, un corps retravaillé, pour rendre le corps féminin propice au mariage. La psychanalyste Ben Smail a étudié ce phénomène dans le cadre des pratiques de la sexualité actuelle en Méditerranée (Ben Smail 2012).

Soulignons le fait qu’une forme de chirurgie est celle de la performance. Elle est pratiquée, par exemple, par l’artiste française, Mireille Porte, dite Orlan (O’Bryan 2005 ; Tricolore 2016). L’objectif initial d’Orlan est de lutter contre le diktat de la beauté corporelle imposée aux femmes. En faisant ce combat, son corps est devenu un objet de lutte féministe contre toutes les formes d’oppression. Il en est de même pour l’artiste états-unienne, Cindy Sherman, qui a influencé Orlan et vice-versa (Orlan 2022).

  • Corps ajusté

Dans le cadre de l’axe 3, CORMED 2 étudie le corps ajusté en Méditerranée comme outil d’adaptation ou de résistance.

Regardons au préalable, l’expression, « ajusté », un terme descriptif que l’on utilise couramment. Le terme, « ajusté », vient du mot « juste » avec le préfixe « a ». Dans l’absolu, « ajusté » signifie rendre conforme à quelque chose : poids, mesure, forme, etc.

Dans le quotidien, le mot, « ajusté », est souvent utilisé pour décrire un vêtement ajusté au corps, c’est-à-dire, conformer à un corps ou selon le dictionnaire Larousse : « adapter parfaitement quelque chose à quelque chose : ajuster une théorie aux faits ou ajuster un pantalon aux mesures du client » : 

Lire

Cela étant, suivant cette définition, il faudrait adapter, changer, retourner, métamorphoser « ce quelque chose » pour qu’il soit « ajusté ». Il s’avère donc que cette chose ajustée, en l’occurrence, ce « corps ajusté », pourrait être complètement et profondément transformé afin de rentrer dans les normes… ou tout le contraire de cela.

Le corps humain, féminin et masculin, est objectivisé : il devient une chose à ajuster. Ainsi, la question se pose : conforme à quel type de corps ? Pourquoi cette nécessité de paraître un corps « juste ou ajusté » ? Suivant quelles normes ? Dans quelle mesure, un « corps ajusté » est un outil de résistance ?

Dans diverses cultures, l’ajustement du corps s’exprime dans des passages de rites genrés vers un « corps idéal ». Regardons quelques exemples à l’échelle mondiale. Dans la société thaïlandaise, on trouve une tradition chez les femmes appelées « les femmes girafes » (Roville 1999) de la tribu Padaung qui sont connues par leur cou rendu très long par le port de colliers-spirales en laiton. Ce rituel mène à une modification corporelle. Transformation permanente du corps, ce rituel est en faveur d’un ajustement corporel de la femme afin de le distinguer des corps féminins d’autres tribus ; c’est aussi un marqueur d’appartenance de la femme à un groupe.  

Dans une autre partie du monde, les femmes de la tribu de Ndébélé en Afrique du Sud suivent le même rituel avec le passage de rite des jeunes filles qui transforment la longueur de leur cou, devenant des « femmes-girafes » (Courtney-Clarke 1992). Selon la tradition, les femmes pratiquent cette transformation du corps pour se protéger et, également, pour marquer leur appartenance à la tribu.

Autre exemple d’« ajuster » le corps aux normes attendues de la société se trouve la tradition chinoise qui consiste à bander les pieds des femmes. C’est une pratique qui a eu lieu en Chine depuis le Xe siècle jusqu’au début du XXe siècle (Vento 1998). Nous parlons ici d’une mutilation corporelle : la jeune fille doit avoir des petits pieds conformes à des mesures spécifiques. Entraînant une très grande souffrance corporelle, les jeunes filles d’un certain niveau social sont obligées de la pratiquer car des petits pieds sont le symbole de la beauté, de la grâce, et de la séduction. Sans avoir les pieds bandés, la jeune fille ne pourrait pas se marier, elle serait marginalisée. 

Ces cas évoqués ci-dessus représentent des situations où les femmes souffrent suite à la conséquence de l’introduction d’instruments extérieurs à leurs corps pour paraître conformes aux normes genrées de telle ou telle culture. La culture contemporaine, elle aussi, a des mesures similaires, « un ajustement » du corps féminin mais aussi masculin à travers les marchés médicaux et publicitaires, nous l’avions évoqué quelques exemples ci-dessus. 

La combinaison entre un corps et un objet extérieur, un objet étrangé au corps produit un corps cyborg, comme l’a indiqué Donna Haraway (Garday 2009).

D’une perspective évoquée en introduction à cet axe 3, l’on pourrait dire que le vêtement est aussi un ajustement au corps, une deuxième peau de la femme et de l’homme ; il représente un agent configurateur d’une apparition. Dans cette perspective, l’artiste plasticienne brésilienne Liege Galvão a stimulé le débat concernant les relations entre le corps, la mode et l’art. Par exemple, la matière du vêtement comme le cuir représente une plasticité en relation avec le corps (Pitombo Cidreira et Durpoix 2017).  

L’ajustement du corps et de son genre par le biais de l’intermédiaire du vêtement se présente dans l’acte de déguisement. Le passage d’un genre vers un autre est associé au règlement de l’apparence vestimentaire, tel est le cas des artistes queers. De ce fait, le vêtement devient la deuxième peau de l’être humain. Le sociologue Michel Maffesoli associe, quant à lui, le corps de l’individu au corps social (Maffesoli 1990). La peau est l’expression de l’appartenance à une classe socioéconomique spécifique. La théâtralité dans la rue par le vêtement de haute couture en est un exemple.

Les recherches en biologie et le développement de l’imagerie investissent une ère nouvelle : la technique permet au corps malade d’être transparent et quantifiable dans la suite des idées de Georges Canguilhem (Canguilhem 2002). Ce courant de pensée est représenté par Alain-Charles Masquelet (Masquelet 2020) qui encourage le développement d’une médecine qui affirme la présence du corps et de l’expérience du patient.

FORMAT de CORMED 2

CORMED 2 aura lieu à Sousse, Tunisie entre 26 février et 1er mars 2024 dont un temps consacré aux visites culturelles dans la ville de Sousse, connue pour ses musées et ses sites archéologiques, ses lieux culturels.

Des keynotes ouvriront chaque journée de travail de cette École accompagnées par des conférences présentées par des encadrant.e.s universitaires ainsi que par des militant.e.s qui œuvrent pour des droits humains dans des sociétés.

Par ailleurs, cette École de Recherche sur le Genre tient fortement à donner la parole aux étudiant.e.s inscrit.e.s en master, en doctorat et en postdoctorat. Ainsi, des productions créées sur place par les étudiant.e.s – des courtes vidéos, des poèmes, des récits, des dessins, des photos, des présentations audio, des infographies, des posters – constituent un travail d’envergure.

Pour ce faire, les étudiant.e.s et les encadrant.e.s échangeront des propos lors des sessions organisés lors des journées de travail. Les participant.e.s travailleront en groupe ou individuellement pour pouvoir présenter, lors de la dernière journée de cette École, leurs productions.

Les séances de travail sont conçues comme des lieux de discussions interdisciplinaires. Chacune associera, sur un thème spécifique, une intervention centrée sur les ressources théoriques et méthodologiques relatives aux présentations des étudiant.e.s. Le programme sera accompagné par des excursions culturelles en ville et de différentes activités en soirée.

CORMED 2 accueillera du lundi 26 février au vendredi 1er mars 2024 une quinzaine de doctorant.e.s et étudiant.e.s de M2 en histoire, histoire de l’art, géographie, anthropologie, sociologie, sciences politiques, littérature, etc.

La langue de travail est le français. Les frais de transport doivent être assurés par leurs établissements de formation ; le logement et les repas seront fournis par les institutions organisatrices.

POUR PARTICIPER

Vous êtes inscrit.e.s en master ou en doctorat ainsi qu’en études postdoctorales et vous vous intéressez à participer à CORMED 2  

Veuillez envoyer aux deux adresses mails ci-après, avant le 20 décembre 2023 :

  • votre CV (deux pages maximum)  
  • une lettre de motivation d’une seule page pour votre participation au CORMED 2
  • le sujet de votre projet de recherche (master, doctorat, postdoctorat)

benhassineboutheina@yahoo.fr  et  randi.deguilhem@gmail.com

Nous rappelons que la langue de CORMED 2 est le français.

Partenariats CORMED 2 

TUNISIE

Université de Sousse, Cellule Genre, université d’accueil de CORMED 2

CAWTAR (Center of Arab Women for Training and Research), Tunis

CREDIF (Centre de Recherche, d’Études, de Documentation et d’Informations sur la Femme), Tunis

LIBAN

Université Libanaise, Liban

FRANCE

GenderMed : penser le genre en Méditerranée, réseau de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-Marseille Université (AMU), Aix-en-Provence

Atelier « GEEM » TELEMMe, MMSH, AMU

Institut du Genre, CNRS (à confirmer)

RESUFF, Réseau Francophone des Femmes Responsables dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche

Comité de Pilotage CORMED 2 : Ecole de Recherche sur le Genre

Co-responsables CORMED 2 

BEN HASSINE Boutheina, Université de Sousse, responsable de LR13ES11 « Occupation du sol, peuplement et modes de vie au Maghreb antique et médiéval » ; fondatrice et coordinatrice de la Cellule « Genre » ; coordinatrice du projet WE4LEAD ; membre du Centre National de l’Evaluation et l’Accréditation de la Recherche Scientifique-Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ; membre de la commission nationale de la budgétisation du genre au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

DEGUILHEM Randi, CNRS, TELEMMe-MMSH, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence, co-fondatrice et ancienne responsable (2015-20) du réseau AMU, GenderMed : penser le genre en Méditerranée); membre de l’atelier « GEEM » TELEMMe-MMSH ; responsable de la revue HAWWA : Journal of Women of the Middle East and the Islamic World, Brill, Leiden ; co-responsable de la collection, Penser le Genre, Publications Universitaires de Provence ; co-responsable de la collection, Gender and Islam, Bloomsbury / IB Tauris, Londres 

Membres du Comité CORMED 2, doctorat et post-doctorat

BOUGHZALA ZAYATI Wafa, Université de Sousse, Tunisie

KALLAB Elie, Université d’Ottawa, Études Politiques et Sciences Sociales, Ottawa, Canada

Conseil Scientifique

AL BAGDADI Nadia, Central European University (CEU), Vienne, Autriche

BELKAHIA Thouraya, Université de Tunis, Faculté de Sciences Humaines et Sociales ; CREDIF (Centre de Recherche, d’Études, de Documentation et d’Informations sur la Femme), Tunis, Tunisie

BEN HASSINE Boutheina, Université de Sousse, Cellule Genre, Sousse, Tunisie

BOUALLEGUE Olfa, Université de Sousse, vice-présidente de l’Université de Sousse, RMESS (Emerging Microbial Resistance and Implications for Health Care Safety), responsable, Sousse, Tunisie

BOURAOUI Soukeina, CAWTAR (Center of Arab Women for Training and Research), responsable, Tunis, Tunisie

DE GOURCY Constance. Mesopolhis-MMSH, AMU, GenderMed (ancienne responsable 2020-22), Aix-en-Provence, France

DEGUILHEM Randi, CNRS, TELEMMe-MMSH, AMU, GenderMed (ancienne responsable 2015-20), Aix-en-Provence, France

DELIYIANNI KOUIMTZI Vassiliki, Université Aristote, Thessalonique, Grèce

DENNERLEIN Bettina, Université de Zurich, Institut d’Études asiatique et orientale ; Département d’Etudes sur le Genre (responsable), Zurich, Suisse

EL BOUHSINI Latifa, Université de Rabat, Sciences de l’Education, Rabat, Maroc

HERAULT Laurence, IDEMEC-MMSH, AMU, GenderMed (co-responsable 2022-), Aix-en-Provence, France

LAMBERT Karine, Université de Nice ; Atelier « GEEM » (responsable 2023-), GeFeM (Genre, Femmes, Méditerranée, responsable 2012-23), TELEMMe-MMSH AMU ; GenderMed (co-responsable 2022-), Nice / Aix-en-Provence, France

MEKDESSI Sélim, Doyen de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion, Université Libanaise, Liban

SAADÉ Leila, RESUFF (Réseau Francophone des Femmes Responsables dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche), présidente du Comité Scientifique ; Université Libanaise, École Doctorale de Droit et des Sciences Politiques, Administratives et Économiques, Liban

SIGLES

AMU – Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence / Marseille

CAWTAR – Center of Arab Women for Training and Research, Tunis

CNRS – Centre National de la Recherche Scientifique, France

CREDIF – Centre de Recherche, d’Études, de Documentation et d’Informations sur la Femme, Tunis

GEEM – Genre dans l’espace euro-méditerranéen, TELEMMe-MMSH, AMU

GeFeM – Genre, Femmes, Méditerranée, TELEMMe-MMSH, AMU

GenderMedGenderMed : penser le genre en Méditerranée, MMSH, AMU

IDEMEC UMR 7307 – Institut d’Ethnologie Méditerranéenne Européenne et Comparative, MMSH, AMU

IEP – Institut d’Études Politiques

LabexMed – LabexMed : Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée, MMSH, AMU

MESOPOLHIS UMR 7064 – Centre Méditerranéenne de Sociologie, de Politique et d’Histoire, MMSH, AMU

Mucem – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, AMU, Aix-en-Provence

RESUFF – Réseau Francophone des Femmes Responsables dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche

TELEMMe UMR 7303 – Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée, MMSH, AMU

SÉLECTION BIBLIOGRAPHIQUE

ALES Catherine et Cécile BARRAUD, dir., Sexe relatif ou sexe absolu ? Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001

ALIAGA Juan Vincente, Ordre phallique : Androcentrisme et violence de genre dans les pratiques artistiques du XXème siècle, Madrid, Akal, 2008

AMMAR Héla, « L’identité à cœur », Femmes de Tunisie.com, propos rapportés par Farida Ayari, 2015

BARD Christine et Frédérique LE NAN, Dire le genre avec les mots, avec le corps, Paris, CNRS, 2019

BAVARD Florie, « Avec ‘Womanhood’, Florie Bavard interroge la place des femmes en Egypte », propos rapportés par Clémence Drouet, 2016

BEGOC Janine, Nathalie BOULOUCH et Elvan ZABUNYAN, dir., La performance : entre archives et pratiques contemporaines, avec une préface d’Anne TRONCHE, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010

BELGASMI Rochdi, « Rochdi Belgasmi à La Presse : ’Je propose une danse étudiée et ludique », propos rapportés par Salem Trabelsi, https://lapresse.tn/56645/rochdi-belgasmi-a-la-presse-je-propose-une-danse-etudiee-et-ludique, 2020

BEN SMAIL, Nedra, Vierges, la nouvelle sexualité des tunisiennes, Tunis, Cérès, « Collection d’Islam et d’ailleurs », 2012

BOLDRIN Béatrice, 2016, “De la ‘danse orientale’ aux influences contemporaines : artification et décolonisation de l’imaginaire des danses issues du monde arabe”, Recherches en danse, n° 5, Ramifications. Méthodologies dans les études de danse (France-Italie), pp. 1-15

BOREL F., Le vêtement incarné : les métamorphoses du corps, Calmann-Lévy, Paris, 1992

BOUHDIBA Abdelwahab, La sexualité en Islam, Paris, Presses Universitaires de France, 2004

BOURCIER, Sam, Queer Zones. La Trilogie. Politique des identités sexuelles et des savoirs, Amsterdam, Editions Amsterdam, 3 v. publiés entre 2000 et 2011 

BROUSSE Lucienne, Beauté et identité féminine : les tatouages féminins berbères des régions de Biskra et de Touggourt, 2012

CANGUILHEM Georges, Ecrits sur la médecine, Paris, Seuil, 2002

CASSIDY-WELCH Megan, « Entangling Medieval Emotions and Gender in Mediterranean History », Emotions : History, Culture, Society, v.4/2, 2020, pp. 317-26 https://brill.com/view/journals/ehcs/4/2/article-p317_6.xml?language=en 

CHEHAYED Nibras, dir., Images de chair et de sang. Penser le corps en Syrie (2011-21), IFPO, Amman-Beyrouth-Damas, 2021

CIDREIRA Renata Pitombo et Chantal DURPOIX, Le corps et l’habillement : l’expression de l’apparition », Sociétés, v. 3 / n° 137, 2017, pp. 11-19

COURTNEY-CLARKE Margaret, NDEBELE. L’art d’une tribu d’Afrique du sud, Paris, Arthaud, 1992

FASSIN Didier et MEMMI Dominique (éd.), 2004, Le gouvernement des corps, Ed. de l’EHESS, Paris

GARDAY Delphine, « Au cœur à corps avec le Manifeste Cyborg de Donna Haraway », Esprit, v. 3-4, 2009, pp. 208-17

HAMZA Alya, Alexandre Roubtzoff. Peintre tunisien, Tunis, Editions de la Méditerranée, 1994

HERAULT Laurence, 2010, “Usages de la sexualité dans la clinique du transsexualisme”, L’Autre, v. 11/3, pp. 279-91

HUSQUINET Héloïse, « Echos des corps en temps de crise. Avenirs et impacts de l’expérience corporelle » https://www.cvfe.be/publications/analyses/337-echos-des-corps-en-temps-de-crise, 2020

JANIG Bégoc, La Performance : un espace de visibilité pour les femmes artistes ? , Paris, 2020

JIRAT-WASIUYYNSKI Vojtech, Modern Art and the Idea of the Mediterranean, Toronto, University of Toronto Press Incorporated, 2007

KATUSZEWSKI Pierre et Raphaëlle DOYON, Genre et arts vivants, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2018

KREFA Abir et Rania MAJDOUB, « Le corps des femmes dans la Tunisie postrévolutionnaire. Propriété individuelle ou corps otage ? », L’Homme et la Société, n° 209, 2019, pp. 63-90 

LACHHEB Monia, Penser le corps au Maghreb, Paris/Tunis, Éditions Karthala et IRMC, 2012 

MAFESOLLI Michel, Au creux des apparences. Pour une éthique de l’esthétique, Paris, Plon, 1990

MASQELET Alain-Charles, On n’est jamais trop humain. Préceptes de savoir-faire à l’usage des jeunes chirurgiens, Sauramps Médical, 2020

MAURETTE Théo et Sami BEN FGUIRA, « Un tourisme médical ? Biopolitique et réconfigurations néolibérales du système de soins à Sfax », Via Tourism Review, v. 21, https://journals.openedition.org/viatourism/8560, 2022

MICHAU Nadine, « Le modelage du visage en médecine esthétique », Corps, 2007/2, numéro 3, pp. 111-116

MOLLO Vanina et FALZON Pierre, 2009, “Le corps comme objet de l’interaction médecin-patient”, Corps, 1/6, pp. 69-75   

MORAIS Sylvie, 2016, “Expérience du corps et création artistique”, Éprouver le corps, pp. 227-38

O’BRYAN C. Jill, Carnal Art: Orlan’s Refacing, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2005

ORLAN, « ORLAN, l’artiste féministe qui bouscule les codes de la société », KAZOART blog, propos rapportés par Jennifer Brohan, https://www.kazoart.com/blog/orlan-une-artiste-engagee-corps-et-ame, 2022

POUILLON Jean, Fétiches sans fétichisme, Paris, Edition François Maspero, Paris, 1975

POURETTE Dolorès, « La prostitution masculine et la prostitution transgenre » in Marie Elisabeth HANDMAN et Janine MOSUSZ-LAVAU, dir., La prostitution à Paris, Paris, Editions de la Martinière, 2005

REA Caterina, Dénaturaliser le corps : De l’opacité charnelle à l’énigme de la pulsion, Préface de Fabio Ciaramelli, Paris, Editions L’Harmattan, 2009

ROVILLE, Gérard, « Femmes-giraffes », Archives Le Monde, https://www.lemonde.fr/archives/article/1999/01/03/femmes-girafes_3530071_1819218.html, 1999

SALAMON Gayle, 2011, “The Sexual Schema: Transposition and Transgenderism in Phenomenology of Perception ” in Judith BUTLER and Elizabeth WEED (éd.), The Question of Gender. Joan W. Scott’s Critical Feminism, Indiana University Press, Bloomington / Indianapolis, pp. 233-54.

SHERIFF Mary D., 2011, “Seeing Beyond the Norm: Interpreting Gender in the Visual Arts” in Judith BUTLER and Elizabeth WEED (éd.), The Question of Gender. Joan W. Scott’s Critical Feminism, Indiana University Press, Bloomington / Indianapolis, pp. 161-186.

STEINBERG Sylvie, « L’anthropologue, les médecins et l’expérience transgenre », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 37 | 2013, 163-176 ; mis en ligne le 01 juillet 2015 http://journals.openedition.org/clio/11038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.11038 

SONTAG Susan, Le style « camp », traduit de l’anglais par Guy DURAND, Paris Editions du Seuil, 1968

STRATHERN Marilyn The Gender of the Gift, Berkeley & Los Angeles, University of California Press, 1990

TALPADE MOHANTY Chandra, 2003, Feminism without Borders. Decolonizing Theory, Practicing Solidarity, Duke University Press

TRICOLORE Agnès, « Orlan contre Lady Gaga : l’intention artistique comme grille de lecture de l’œuvre d’art (enfin !) », Le Quotidien de l’Art,‎ 6 septembre 2016

VENTO Marie, « One Thousand Years of Chinese Footbinding: Its Origins, Popularity and Demise », Chinese Culture, March 7, 1998

WINANCE Myriam. Du malaise au « faire corps » : le processus d’ajustement. In: Communications, 81, 2007. Corps et techniques. pp. 31-45; doi : https://doi.org/10.3406/comm.2007.2456 ; https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2007_num_81_1_2456

WINEGAR J., « The privilege of revolution: Gender, class, space and affect in Egypt », American Ethnologist, 39 (1), pp. 67-70

ZANNAD Traki, La mémoire du Vécu pour une sociologie du vécu, Paris, Méridiens Klincksieck, 1994

Thèse

 

Soutenances de thèse : Zoé Dubus membre de GenderMEd

 En vue de l’obtention du diplôme : doctorat Histoire

Date : 3 décembre 2022 à 9h00

Lieu : Salle Duby 5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence

Zoë Dubus - Histoire des psychotropes - Médicament ou poison ? Médecins ...

Ecole doctorale : ESPACES, CULTURES, SOCIETES

Directeurs : Anne CAROL et Vincent Barras

Laboratoire : Temps, Espaces, Langages – Europe Méridionale, Méditerranée

Membres du jury :

Mme ANNE CAROL – Professeure des universités – Aix Marseille Université FRANCE

Mme ANNE RASMUSSEN – Directrice d’études – EHESS FRANCE

M. HERVé GUILLEMAIN – Professeur des universités – Le Mans Université FRANCE

Mme ISABELLE RENAUDET – Professeure des universités – Aix-Marseille Université FRANCE

M. BENOîT MAJERUS – Professeur des universités – Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History LUXEMBOURG

M. VINCENT BARRAS – Professeur des universités – CHUV – Institut des humanités en médecine SUISSE

Sous la direction de Anne Carol et de Vincent Barras

 

 

 

 

Mots clés : drogues ; médicaments ; psychotropes ; psychédéliques ; médecins ; fin de vie ; toxicomanie ; douleur ; plaisir ; mort ; déviance

Résumé :

 

Cette étude porte sur l’histoire des relations complexes qu’entretiennent la médecine et les médecins en France, depuis deux siècles, avec les produits modifiant la conscience et la sensibilité, conçus alternativement comme des médicaments innovants ou comme des toxiques.
Ce projet de recherche vise à éclairer les chronologies complexes qui régissent ces mouvements ; il vise à mieux connaitre les pratiques médicales réelles par l’étude systématique de la littérature des observations et le dépouillement d’archives ; il vise enfin à les replacer à la fois dans la question de l’expertise médicale et de ses enjeux socioprofessionnels, et dans le contexte plus large des rapports que la société entretient avec les psychotropes et donc avec le plaisir, la folie, la douleur et la mort.

 

 

Abstract :

Our study will focus on the history of the complex relationship between medicine and doctors in France since two centuries, with products altering consciousness and sensibility, alternately designed as innovative medicines or as toxic.
This research project aims at elucidating the complex chronologies governing these movements; it aims to better understand the actual medical practices through systematic literature review comments and analysis of archive; it is also intended to place them both in the matter of medical expertise and its socioprofessional stakes, and in the wider context of the relationship that society has with psychotropic drugs and therefore with pleasure, insanity, pain and death.

La soutenance est publique

Femmes et vieillissement dans l’espace méditerranéen

Femmes et vieillissement dans l’espace méditerranéen. Perspectives socio-historiques

III RENCONTRE INTERNATIONALE D´ENSEIGNANTES-CHERCHEUSES DE LA MÉDITERRANÉE

Organisé par Karine Lambert Telemme AMU GenderMed/ MMSH UAR3125

Les progrès scientifiques et médicaux ont eu pour effet de retarder le processus de vieillissement des populations, produisant diverses mutations qui ont modifié les structures démographiques et se sont traduites par une hausse de l’espérance de vie, ainsi qu´une baisse de la fertilité. Désormais, les populations, particulièrement dans les pays occidentaux, vivent plus longtemps, le nombre de personnes âgées dans la population totale augmentant rapidement. Enfin, il est important de relever le phénomène de féminisation de la population des seniors.

Quelques dates intéressantes : 727 millions de personnes âgées de 65 ans et plus ont été recensées dans le monde en 2020 (ONU, Division de la population mondiale 2020) ; les Nations Unies ont déclaré 1999 Année internationale des personnes âgées ; la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement s’est tenue à Madrid en 2002, vingt ans après celle de Vienne ; et le Plan d’action international de Madrid sur le vieillissement a été présenté en 2003 (ONU, 2003) et approuvé à l’unanimité lors de l’Assemblée mondiale des Nations Unies, marquant ainsi un tournant.

Les recherches actuelles sur le genre et le vieillissement montrent qu’il existe de profondes variations dans les processus de vieillissements des femmes et des hommes au XXIe siècle (Rennes, 2021). Ces variations se manifestent à plusieurs niveaux : dans l’économie ; les politiques publiques ; le droit à la retraite ; le domaine sanitaire ; le domaine relationnel, affectif et sexuel ; et dans le domaine juridique et politique. De nos jours, ces aspects constituent les déterminants des nombreuses discriminations envers les femmes qui sont en processus de vieillissement.

L’étude des processus physiologiques chez les femmes, dérivés du vieillissement en relation avec l’âge et le sexe, est centrée sur le phénomène de la ménopause et du climatère, révélant diverses problématiques qui seront abordées lors de ce colloque dans une perspective interdisciplinaire, croisant les études en sciences humaines et sociales, juridiques, biologiques et médicales. Ainsi, dans les discours culturels et sociaux, deux catégories d’âge marquant le cours du vieillissement peuvent être appréciées : l’âge biologique, abordé par les sciences biomédicales, représente l’âge physiologique et établit la relation entre l’état corporel et le nombre d’années vécues ; et l’âge légal qui découpe le cycle de vie en étapes conventionnelles. L´’organisation des cycles de vie, les usages sociaux de l’âge renvoient à la dimension socio-sexuée des rapports de force dans les sociétés modernes (XIXè-XXème siècles) et postmodernes du pourtour méditerranéen (Vialle, 2014 ; Rennes, 2019).

En ce sens, il ne faut pas oublier les processus discriminatoires de l’âge par rapport au genre, puisque les femmes sont encore largement condamnées au retrait sexuel plus tôt que les hommes, cessant d’être un objet de désir (Butler, 1975; Rennes, 2021). De plus, la signification esthétique de l’apparence physique lors du vieillissement (les cheveux gris et les rides par exemple) est considérée différemment chez les hommes et les femmes, ce que Susan Sontag a déjà révélé dans le thème du double standard de l’âge (Sontag, 1972).

Ainsi, la modification des discours sociaux, culturels et médicaux, tel que le plaidoyer en faveur de l’anti-âge corporel et le nouveau paradigme du culte de la beauté, représentent les grands stéréotypes qui prônent la chirurgie esthétique et les traitements médicaux innovants. Les deux sujets tentent de récupérer la valeur érotique des femmes dans la mesure où elles perdent leur capacité de reproduction.

D’autre part, concernant le vieillissement des femmes, l’espace méditerranéen contient de multiples perceptions et déterminants particuliers qui semblent représenter ce processus comme un déclin. Toutefois, la vieillesse suppose une construction sociale et culturelle qui acquiert des formes particulières dans chaque société et pour chaque période (Ramos, 2005). Ces façons d’être et d’agir, tant féminines que masculines, émanent de valeurs spécifiques, de représentations et de symboles qui renforcent la différence sexuelle (Sosa, 2008). Comme on le sait, les rapports de genre montrent les différentes positions de pouvoir et les catégories dans lesquelles les hommes et les femmes sont installés dans la hiérarchie sociale et, à mesure que les individus avancent en âge, le genre peut aussi changer au fil des trajectoires de vie et dans le temps.

Ainsi, la relation entre l’âge et le genre met en évidence de quel type est la participation des femmes et des hommes dans la hiérarchie sociale, dans les relations de pouvoir et comment comprendre les privilèges dont ils jouissent ou non et les différentes façons d´accéder à la protection sociale (Ginn et Arber, 1996). Par conséquent, il est nécessaire de revoir et d’actualiser la catégorie des femmes vieillissantes par rapport à leurs sociétés, leurs mythes et leurs valeurs, si diverses dans cet espace méditerranéen riche et intéressant, en raison de sa longue tradition de creuset de civilisations et de cultures, comme en témoigne notre histoire.

Ces nouvelles approches répondent à la vision du parcours de vie des femmes et des discriminations subies tout au long des étapes antérieures dans les sociétés des pays méditerranéens.

 

PROGRAMME

Lundi 24 Octobre

11h00 Salón de Actos Faculté des relations du travail et des ressources humaines

Inauguration de la IIIème Rencontre internationale d´enseignantes-chercheuses de la méditerranée

Doyen de la Faculté des relations du travail et des ressources humaines. Université de Grenade

Dr. María Teresa González Santos. Présidente de l´Association « Encuentro Al-Liqá »

 

Matinée présidée par María Teresa González Santos (Université de Malaga)

  • 11h30 Análisis de políticas públicas de personas mayores ¿Políticas públicas con perspectiva de género?

María Teresa González Santos (Faculté des Sciences économiques – Université de Malaga)

  • 12h00 Féminicides et vieillissement : nouvelles formes d’invisibilisation des femmes dans le cas grec

Athena Peglidou (Université de Thessalie)

  • 12h30 Migraciones femeninas, envejecimiento y cuidados. Algunas reflexiones y retos de futuro

Trinidad Vicente Torrado (Institut des Droits de l´Homme – Université de Deusto)

  • 13h00 Femmes, Veillissement physique ou veillisement psychique ?

Leila Cherqaoui (Faculté Ain Chock de Casablanca)

Lien de connection : meet.google.com/oax-emdf-vfb

 

Après-midi présidée par Marie-Évelyne Le Poder (Université de Grenade)

  • 16h00 Rides, gras, poils. Pour une grammaire des âges du corps féminin au prisme de l’histoire

Karine Lambert (Université de la Côte d’Azur, UMR TELEMME (AMU-CNRS))

  • 16h30 La chirurgie esthétique face aux normes jeunistes ou l’esthétique de la résistance

Laïla Benchahda (EREG, FLSH, Université Hassan II de Casablanca)

  • 17h00 El proceso de envejecimiento en la mujer, diferencias en el área del mediterráneo 

María José Calero García (Faculté des sciences de la santé – Université de Jaén)

  • 17h30 L’âge avancé de la femme : un privilège ou un poids dans la société marocaine ?

Fatna Sarehane (Faculté de droit – Université de Casablanca)

  • 18h00 Être une vieille Algérienne en 2022. Les solidarités intergénérationnelles au regard du genre en Algérie.

Fatma Oussedik (Université d’Alger II)

Lien de connection : meet.google.com/oax-emdf-vfb

 

MMSH AIX Appel à séminaires inter-laboratoires 2022-2023

                                                         

 

MMSH AMU

Dispositifs de soutien SHS

Appel à séminaires inter-laboratoires 2022-2023

Délai : 30 juin 2022

 

La MMSH/UAR 3125 apporte son soutien à l’organisation de séminaires inter-laboratoires susceptibles de créer ou de renforcer des dynamiques de recherche dans le domaine des études méditerranéennes.

Ces séminaires doivent associer au moins deux unités de recherche du site d’Aix-Marseille (dont au moins une de la MMSH), dans une approche interdisciplinaire. Ils peuvent s’appuyer sur des partenariats interinstitutionnels et internationaux (UMIFRE, écoles françaises à l’étranger, et centres de recherche étrangers).

Le contrat quinquennal 2018-2023 a défini 6 axes privilégiés susceptibles de fédérer les recherches collectives des équipes de la MMSH et de leurs partenaires. Le séminaire doit ainsi s’inscrire dans l’un des axes suivants :

  •  
  • 1/ Appropriations et transformations des milieux
  • 2/ (Re)compositions urbaines et dynamiques territoriales
  • 3/ Arts, écritures et langages
  • 4/ Sociétés plurielles, héritages, appartenance et conflits
  • 5/ Religions : identifications et pratiques
  • 6/ La Méditerranée et le monde.

Ce soutien initial est destiné à lancer des actions susceptibles de déboucher sur des réponses aux divers appels d’offre, régionaux, nationaux et/ou internationaux.

Les séminaires inter-laboratoires sont financés pour la durée de l’année universitaire 2022-2023, avec possibilité de renouvellement une année après avis du Conseil scientifique. Un bilan d’activité scientifique et financier est demandé à chaque porteur de projet en fin d’année universitaire[1].

La MMSH accompagnera ces séminaires : aide financière (2 000 euros pour les frais de mission, accueil, séjour), soutien logistique à l’organisation des rencontres, à l’accueil des chercheurs invités, à la diffusion des activités scientifiques[2].

Les candidatures (fiche de réponse jointe) seront adressées à Nacira Abrous (nacira.abrous@univ-amu.fr) le 30 juin 2022 au plus tard.

Les propositions seront soumises, pour sélection, au Conseil scientifique de la MMSH.                                         

Critères d’éligibilité :

  • Association d’au moins deux laboratoires du périmètre AMU, dont au moins un de la MMSH
  • Inscription dans les axes de recherche de la MMSH
  • Caractère interdisciplinaire.

L’évaluation prendra en compte :

  • Pertinence et intérêt scientifique de la proposition
  • Caractère novateur de la proposition
  • Calendrier prévisionnel et adéquation du budget
  • Ouverture à des partenaires non académiques
  • Caractère international du projet.

 FICHE DE RÉPONSE

(à retourner à nacira.abrous@univ-amu.fr le 30 juin 2022 au plus tard)

 

  1. Intitulé :
  2. Responsable(s) scientifique(s)[3] :
  3. Axe du projet scientifique de la MMSH concerné :
  4. Mots-clefs (5 max) :
  5. Objectifs (4000 signes maxi.) :
  6. Partenaires :

Laboratoires et personnels de la MMSH associés au séminaire

Autres partenaires (unités d’autres composantes d’AMU / partenaires nationaux et/ou internationaux ; préciser la contribution)

  1. calendrier prévisionnel :
  2. nombre et dates des séances du séminaire prévues

7. invités pressentis

8. Budget prévisionnel

 Signatures des directeurs des unités coordinatrices du séminaire

[1] Début des activités au 1er septembre, bilan en juin et examen du renouvellement en juillet

[2] Au cas où la situation sanitaire empêcherait la tenue des rencontres en présentiel, les séminaires pourront se tenir en visioconférence.

[3] Les responsables scientifiques sont les coordinateurs des séminaires.

Les femmes italiennes durant le Risorgimento

 

Séminaire GEFEM GECRIS

Les femmes italiennes durant
le Risorgimento: entre images et réalité.


Maria Pia CASALENA,
Professeure associée
d’Histoire contemporaine et d’Histoire des femmes, Univ. e Bologne

Jeudi 14 avril 2022 de 17h à 18h30
Via ZOOM  inscription obligatoire auprès de klambert@unice.fr
 
Résumé
La communication vise à donner une représentation des rôles des femmes italiennes
entre 1796 et 1870, tout en distinguant entre les images que le processus de « nationbuilding » imposait aux femmes dans la nouvelle nation, et la réalité de la vie privée
et publique des Italiennes.
Seront abordés successivement l’analyse des textes majeurs de la construction de la
“nouvelle femme italienne” ainsi que les situations dans lesquelles de nombreuses
Italiennes furent contraintes de vivre et d’agir durant cette époque marquée par les
luttes et les crises politiques.

Pour suivre la séance en ligne: contacter

ORGANISÉ PAR Karine LAMBERT, GEFEM / GECRIS – TELEMME (AMU-CNRS)

Karine Lambert

Chercheuse rattachée à l’UMR TELEMME  (AMU-CNRS),  MMSH  Aix-en-Provence

Responsable de l’équipe GeFeM ( Genre-Femmes-Méditerranée)

Vice-présidente du réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur les femmes et le genre(RUSEMEG)

 

 

Les violences à l’égard des filles et des femmes

Semaines de l’égalité organisées par le Réseau Égalité Université Côte d’Azur, se déroulera demain à 18h00 la visio-conférence : Les violences à l’égard des filles et des femmes

Organisation coordination :  Karine Lambert Telemme MMSH
GenderMed AMU

Mercredi 23 mars, de 18h à 18h45

Les violences à l’égard des filles et des femmes

État des lieux, avec Karine Lambert, MCF Histoire. 

Tout public – durée 45 mm

Accès libre :  https://univ-cotedazur.zoom.us/j/5627421899  ID réunion : 5627421899

Journée internationale de la lutte contre les violences ...

MERCREDI 25 NOVEMBRE 2020 "journée de lutte contre les ...ournée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes

La conférence  sera suivie d’une présentation et d’un échange avec les réalisatrices (chercheuses et artistes) d’un  webdoc consacré aux féminicides. Ce projet a été lauréat de la Bourse aux projets de culture scientifique AMU 2021 et a reçu le soutien de la Vice-Présidence égalité femmes-hommes et lutte contre les discriminations d’Aix-Marseille Université. Il bénéficie du soutien d’Aix-Marseille Université, de l’Université Côte d’Azur, du CNRS, de la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme, du programme de recherche GenderMed, de l’unité de recherche TELEMMe et de l’Inspé de l’Université Côte d’Azur.

Le webdoc est accessible ici : 

https://www.univ-amu.fr/fr/public/le-feminicide-un-fait-social-interroge

Crises politiques et normes de genre

Crises politiques et normes de genre: innovations, adaptations, résistances dans l’Europe du sud au XIXe siècle

Karine Lambert Mcf histoire, chercheuse rattachée à l’UMR TELEMME  (AMU-CNRS),  MMSH  Aix-en-Provence
Responsable de l’équipe GeFeM ( Genre-Femmes-Méditerranée) Vice-présidente du réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur les femmes et le genre(RUSEMEG)

Salle 101-MMSH ou Via ZOOM

Pour obtenir le lien de connexion, inscription obligatoire klambert@unice.fr)


10h-12h30

Présentation et introduction: Karine LAMBERT et Martine LAPIED

– Michèle RIOT-SARCEY (PRE en histoire, Paris VIII) : 1848 : une singularité politique

– Ines BEN SLAMA (agrégée, doctorante en histoire, Paris VII) :

Défendre ses intérêts en temps de conflit : les femmes à Marseille pendant la guerre franco-prussienne

– Alexandre DUPONT (MCF en histoire, Université de Strasbourg) : Transgresser les frontières. pa-

Paradoxes de l’engagement féminin contre-révolutionnaire pendant les guerres carlistes.

Anne DEMORIEUX (professeure agrégée au lycée Thiers de Marseille, membre associé du Labora- toire LIS de l’Université de Lorraine) : La représentation des femmes dans la littérature italienne du Risorgimento.

Sophie COAVOUX (MCF-HDR en études néo-helléniques, Institut d’Études Transculturelles et Transtextuelles, Université Jean Moulin Lyon III) :
L’entrée des femmes en littérature dans l’espace grec en crise du XIXe siècle.

– Débat

Salle 101-MMSH ou Via ZOOM

(Pour obtenir le lien de connexion, inscription obligatoire klambert@unice.fr)

La présentation du passe sanitaire sera obligatoire.

GenderMed à la Nuit européenne des chercheur.e.s

 

A l’occasion de la nuit européenne des chercheurs

Vendredi 24 septembre à partir de 18h à Aix-en-Provence

le temps d’une nuit, les passant·e·s sont invité·e·s à s’asseoir à une table de bistrot avec un·e chercheur·e, à parler de voyages autour de valises de scientifiques, à se balader, à danser, à s’émerveiller, à (se) poser de nombreuses questions… en bref, à voyager au cœur des sciences.

Entre musique, cinéma ou expositions, les discussions vont bon train dans une ambiance conviviale et stimulant l’imaginaire.

Sylvette de Nèfle
Karine Lambert

Des films et une immersion à 360° à l’IMPGT

Karine Lambert et Sylvette Denèfle membres du réseau GenderMed seront à la « Station ciné » pour un live Youtube avec Marinette – Femmes et féminisme.

Cette création vidéo originale sera révélée dès vendredi matin puis Marine Perin, Karine Lambert, Sylvette Denèfle et deux artistes du duo Artemis échangeront sur leurs recherches autour des féminicides lors d’un live Youtube de 22h à 23h depuis la Station ciné.

C’est une soirée pour toutes et tous, habitant·e·s d’Aix-en-Provence et d’ailleurs, curieuses et curieux de découvrir comment se fait la recherche scientifique.

En clôture, la youtubeuse Marinette sera en live avec deux artistes et deux chercheuses pour échanger sur leurs recherches autour des féminicides. Juste à côté, plongez dans deux laboratoires et un terrain de recherche à 360° en vous mettant dans la peau d’un·e chercheur·e au Labo tour.

 

Gratuit | Sans inscription
Contact : culture-scientifique[at]univ-amu.fr

 

Cet événement se tiendra dans le respect des mesures et gestes sanitaires en vigueur sur le territoire. Passe sanitaire obligatoire

Un événement conçu par Aix-Marseille Université en consortium avec les 11 autres structures françaises organisatrices de l’événement, avec le soutien et en partenariat avec :

Partenaires de la Nuit européenne des chercheur.e.s 2021

Avec la collaboration des structures de recherche :
ADEF,  AFMB,  C2VN,  CAER,  CCJ,  CDS,  CEA, CEREGE,  CERGAM,  CGGG,  CIML, Cret Log, CRMBM, Héritages, I2M, IBDM, ICR, IGS, IM2NP,  IMBE,  IMERA,  INP,  INS,  Institut  Fresnel,  IRASIA,  IREMAM,  IRPHE, ISM, LAI, LAM, LAMPEA, LBA, LCB, LERMA, LMA, LPED, LPL, M2P2, MESOPOLHIS, MIO, PIIM, PRISM, RECOVER, TAGC, Telemme MMSH

Focus Égalité Femmes-Hommes AMU

lutte contre les discriminations d’Aix Marseille Université.

La Vice-Présidence à l’Égalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discriminations d’Aix Marseille Université.

Elle a pour mission d’élaborer une stratégie visant une politique intégrée de l’égalité en fonction des indicateurs sexués dont elle dispose pour comparer les parcours des hommes et des femmes à Aix Marseille Université. Elle propose tout au long de l’année différents formats de sensibilisation sur les questions liées à l’égalité entre les femmes et les hommes durant leur formation, à la mixité des filières, à la ségrégation horizontale (orientation) et verticale (cursus) selon le sexe, aux inégalités qui demeurent dans les métiers auxquels ils et elles se préparent. La Vice-Présidente, à la suite de Nolwenn Lecuyer, Isabelle REGNER et l’ensemble de son équipe de la mission appui les actions de GenderMed depuis de nombreuses années
plus d’infos

Gouvernance

Chargée de projets
Christelle LABBAY
Tél : 04 13 55 32 34
christelle.paques@univ-amu.fr

4ème édition du concours photo vidéo dessin sur le thème des (in)égalités entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations .
Découvrez le réglement et candidatez avant le 29 février 2020 à minuit.
Chaque étudiant-e peut déposer au maximum 2 œuvres de chaque support.

Les photos/vidéos/dessins seront présentés sur le site https://egalite-fh.univ-amu.fr/fr et soumis au vote électronique du public sur ce site entre le 02 mars et le 15 mars 2020 minuit afin d’attribuer:

– le Prix du public de la meilleure photo

– le Prix du public de la meilleure vidéo

– le Prix du public du meilleur dessin

– le Prix spécial du Jury​ sera conjointement décerné à une photo/vidéo/dessin non primé par le vote du public.

Le 27 mars 2020, les résultats seront proclamés sur ce même site.. Les lauréat-es seront convié-es à la remise des prix lors des Journées JACES 2020.

Publié par Nacira Abrous 20/01/2020

 

Corps et sexualités de femmes

Corps et sexualités de femmes

Journée d’études  12/07/2021

Organisées et coordonnées par : Karine Lambert

Date : 12/07/2021
Horaire : 09:30 à 17:00
Lieu : Salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence, ou via Zoom
Organisatrice : Karine Lamber

Groupe organisateur : 2.3 – Genre, résistance et innovations sociales dans l’espace euro-méditerranéen en situation de crise(s) – GECRIS
Partenaires :  Forum femmes Méditerranée


PROGRAMME
9H30 : Accueil
9h45 : Présentation de la journée

Isabelle Régner, Vice présidente Egalité Femmes-Hommes et lutte contre les discriminations, AMU

Aartemis, travail plastique et présentation des intermèdes artistiques

10h15 Session 1 : Les corps maltraités

présidée par K. Lambert, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Nicole Cadene, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), Existence brisée. Le journal de Marie de Gasté

Zoé Dubus, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), Célina Marcil, une hystérique droguée à la Salpêtrière (1871-1879)

Stéphanie Leriche-Hubert, LEGS (UMR 8238 – Univ. Paris VIII), La violence au cœur des corps à la marge dans les œuvres autofictionnelles de Nina Bouraoui

Chérifa Bouatta, Université Alger 2 , Le viol: un polytraumatisme

11h45 : Intermède artistique : I. Pittatore, vidéo « youasme » suivi d’un regard croisé avec I.Demangeat

12h- 13h15 : Déjeuner

13H15 : Session 2 : Corps et sexualités de femmes : une révolution inachevée?

présidée par S. Denèfle, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Véronique Poutrain, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), L’éducation à la sexualité libère t-elle les corps ?

Lysistrata M.P. Barbière, LEGS (UMR 8238 – Univ. Paris VIII), Mylène Farmer et Madonna : « Les putains respectueuses » des musiques actuelles

Mounia Ouziou, EREG, Université Hassan 2, Casablanca, Les récits de femmes et la sexualité au Maroc : quelles représentations ?

Karine Lambert, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), La grammaire des corps féminins au prisme de l’histoire

14H45h: Intermède artistique : Adrienne Arth, série de photographies « Éros » suivi d’une intervention de l’artiste

15h-15h15: Pause

15h15 : Session 3 Corps fantasmés et médiatisés

présidée par Claude Ber, écrivaine

Khadija Morchid, Laboratoire GELM, Université Hassan 2, Casablanca, Le corps féminin face à la rupture, vu au miroir du roman méditerranéen

Louisa Blanchon, Sciences Po Toulouse, Approche globale des techniques d’apparitions et de disparitions des corps autres: Techniques et usages de survies dans l’imaginaire post-colonial essentialiste et la matérialité des corps  contrôlés

Elvire Duvelle-Charles, Journaliste, réalisatrice et activiste féministe, Nouvelle révolution sexuelle : le cas d’Instagram

Marie-Jo Bonnet, historienne et militante féministe, De la libre maternité à la maternité symbolique ou comment sortir d’une injonction millénaire

16h45: Aartemis, vidéo « Autopsie d’un fantasme »

17 h: Conclusions

Esther Fouchier, fondatrice du Forum Femmes Méditerranée, déléguée générale du réseau français de la Fondation Anna Lindh

K. Lambert , GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Salle PAF (MMSH) ou Via ZOOM (Pour obtenir le lien de connexion : ffmmarseille@hotmail.fr )

APPEL A SÉMINAIRES INTER LABO MMSH AMU 2021-2022

En raison du dysfonctionnement du site de la MMSH, le carnet GenderMed accueille cet appel à la recherche collaborative

Appel à séminaires inter-laboratoires 2021-2022

Depuis janvier 2011, la MMSH/USR 3125 apporte son soutien à l’organisation de séminaires inter-laboratoires susceptibles de créer ou de renforcer des dynamiques de recherche internes dans le domaine des études méditerranéennes. Conçus dans une logique complémentaire de celle des programmes transversaux, ils doivent associer au moins deux unités de recherche du site d’Aix-Marseille, et peuvent s’appuyer sur des partenariats interinstitutionnels et internationaux.

Le nouveau contrat quinquennal a défini 5 axes privilégiés susceptible de fédérer les recherches collectives des équipes de la MMSH et de leurs partenaires :

1/ Appropriations et transformations des milieux

2/ (Re)compositions urbaines et dynamiques territoriales

3/ Arts, écritures et langages

4/ Sociétés plurielles, héritages, appartenance et conflits

5/ Religions : identifications et pratiques

6/ La Méditerranée et le monde.

Le soutien sera accordé aux propositions de séminaires répondant à l’une de ces thématiques et notamment à celles qui contribueront à la dynamique de site dans le domaine des études méditerranéennes, en associant plusieurs équipes d’Aix-Marseille Université.

Les séminaires inter-laboratoires sont conclus pour la durée de l’année universitaire avec possibilité de renouvellement une année après avis du Conseil scientifique.

La MMSH accompagnera ces séminaires durant l’année universitaire 2021-2022 : aide financière (2 000 euros pour les frais de mission, accueil, séjour), soutien logistique à l’organisation des rencontres, à l’accueil des chercheurs invités, à la diffusion des activités scientifiques transversales menées dans ce cadre. Au cas où la situation sanitaire empêcherait la tenue des rencontres en présentiel, l’appui sera de type audiovisuel. Ce soutien initial est destiné à lancer des actions susceptibles de déboucher sur des réponses aux divers appels d’offre, régionaux, nationaux et/ou internationaux, afin d’assurer, à moyen terme, le développement et la visibilité des activités scientifiques transversales de la MMSH.

Un bilan d’activité scientifique et financier est demandé à chaque porteur de projet en fin d’année universitaire.

Les projets (fiche de réponse jointe) le 30 juin 2021 au plus tard.

Ils seront adressés à :

Nacira Abrous : Responsable de la « Recherche transversale interdisciplinaire MMSH»

 nacira.abrous@univ-amu.fr (la messagerie MMSH étant non opérationnelle pour l’instant)

Ils seront soumis, pour sélection, aux personnalités scientifiques extérieures du Comité scientifique de la MMSH.

Critères d’évaluation :

  • Association d’au moins deux laboratoires AMU, internes ou extérieurs à la MMSH
  • Pertinence et intérêt scientifique de la proposition
  • Interdisciplinarité
  • Prise de risque et projet novateur pour la MMSH
  • Modalités organisationnelles : budget et calendrier
    Seront appréciés les projets qui répondront notamment aux critères suivants :
  • ouverture à des partenaires non académiques
  • caractère international du projet

FICHE DE REPONSE

(à retourner à nacira.abrous@univ-amu.fr le 30 juin 2021 au plus tard)

Intitulé :

Responsable(s) scientifique(s) :

Thématique prioritaire :

Mots-clefs (5 max) :

Objectifs (4000 signes maxi.) :

Partenaires :

Laboratoires et personnels de la MMSH associés au séminaire

Autres partenaires (unités d’autres composantes d’AMU / partenaires nationaux et/ou internationaux ; préciser la contribution)

Calendrier prévisionnel (nombre de séances du séminaire prévues ; éventuels invités pressentis…) :

Budget prévisionnel

Signatures des directeurs des unités MMSH associées au séminaire

Événements jeune recherche

Journée d’étude 15 avril

9H15 ACCUEIL

9h30 PRESENTATION : K. Lambert / Sylvette  Denèfle

9h45h-10h30 : Camille Caporos ,  « Des Demoiselles“ sans papiers ? Femmes et papiers de famille dans la noblesse de France méridionale (XVIIe-début du XIXe siècles) »

Sous l’Ancien Régime, les femmes sont presque exclues du système qui régit la noblesse française. En sortant du lignage de leur père, elles entrent dans celui de leur mari et se trouvent dans un entre-deux qui invisibilise leur place dans leurs familles et dans les archives qui y sont attachées. Une analyse statistique des inventaires des fonds de la noblesse de Provence et de Languedoc, la reconstitution des étapes de conservation de ces derniers, ainsi qu’une étude de divers supports d’écriture (livres de comptes, feuillets volants, correspondances) permet de dessiner un « royaume féminin » (I. Luciani) de l’écrit. Il s’agit finalement de comprendre le rôle des femmes dans l’alimentation, la gestion et la conservation des papiers de familles nobles en France méridionale entre le XVIIe et le début du XIXe siècles.

 Discutants : Nicolas Vidoni, TELEMMe, Valérie Feschet IDEMEC

10h30- 11h15 Alessandra Doria, Nous: sujet collectif féminin et identité de genre pendant la Révolution

Dans les textes et les discours de la période révolutionnaire, l’on rencontre pour la première fois le pronom “nous” employé pour designer l’ensemble de femmes et prendre la parole collectivement. Cette contribution propose d’analyser ce fait linguistique au moyen des concepts élaborés par la philosophie sociale (sujet collectif, engagement conjoint, conscience collective) et de présenter l’identité de genre affirmée au nom de toutes en relation au caractère « naturel » du rôle des femmes dans l’enfantement.

Discutants : Jacques Guilhaumou , TELEMMe, GeFeM

11h15-12h Soizic Morin :  Le rôle des femmes durant les épidémies de choléra dans les Bouches-du-Rhône au XIXe siècle

Les épidémies de choléra se succèdent au XIXe siècle. La première en 1817 s’arrête aux portes de la Russie. La France est touchée lors de la seconde épidémie à partir de mars 1832 (Paris). Les Bouches-du-Rhône sont fortement impactées à partir de 1835. Ces épidémies ravivent très fortement les peurs laissées par la peste de 1720. De plus, elles bousculent les solidarités quotidiennes.  Les épidémies, en tant que crise, ont pour conséquence de mettre en exergue le fonctionnement des politiques de santé publique et privée avec ses acteurs et actrices. Lors de cette communication, je vous proposerai d’étudier l’implication des femmes lors de ces épidémies et la reconnaissance sociale qu’elles ont pu en retirer. Nous nous concentrerons sur deux épidémies : l’épidémie de 1835 et celle des années1880. Les modalités d’action des femmes ont évolué, elles sont passées d’une action collective par le biais notamment des communautés religieuses à une action individuelle. Ces mutations sont certes engendrées par des changements politiques (la IIIe République), mais aussi par une prise de conscience de la part des femmes de leur rôle dans la santé. 

Discutant :  Marc Calvini- Lefebvre , LERMA, GENDERMED

14h-14h45 Mélina Joyeux : Former des ménagères ou des ouvrières ? Le cas de l’école-ouvroir des Sœurs blanches à Ouaghzen (Algérie coloniale, années 1930-1950)

Les œuvres scolaires et parascolaires à destination de jeunes filles kabyles (école ménagère, ouvroir de couture et de tissage, organisation scout féminine), développées dans le village de Ouaghzen depuis les années 1910 par l’ordre catholique des Sœurs blanches, illustrent la place de l’éducation féminine dans le projet colonial missionnaire en Algérie. Combinant, à travers le travail manuel, un enseignement des arts ménagers et une proto-formation professionnelle, ces œuvres témoignent d’une ambivalence entre rhétorique de l’émancipation des femmes par le travail et diffusion de normes et savoir-faire genrés visant avant tout à former de futures « ménagères » sur le modèle occidental. Cette communication interrogera ainsi, à travers le cas de Ouaghzen, la construction d’une certaine conception de la féminité et des rôles sociaux de genre qui se joue dans la « rencontre » coloniale entre femmes missionnaires et femmes colonisées.

Discutantes : Geneviève Dermenjian, Claudine Guiard , TELEMMe, GeFeM

14h45-15-30: Zoé Dubus Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, Trois pionnières du concept de “set and setting” dans les thérapies psychédéliques

Le concept de “set and setting” est une méthode psychothérapeutique développée dans les années 1950-1960 par des thérapeutes notamment anglo-saxons visant à améliorer la prise en charge des patient·es soumis à des substances psychédéliques (LSD, mescaline, psilocybine) dans le but d’accélerer la psychothérapie. Cette méthode, qui consiste à prendre en compte l’état du sujet, sa préparation à la séance, son bien-être (set) ainsi que le cadre dans lequel aura lieu l’expérience, qui se doit d’être chaleureux et confortable (setting), bouleverse les pratiques psychiatriques de l’époque. Trois femmes, Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, ont eu une influence considérable dans la recherche de ces améliorations à apporter à la thérapie psychédélique. Leur travaux sont pourtant aujourd’hui largement invisibilisés par l’historiographie aux profits de leurs collègues masculins : cette communication soulignera leur contribution à ce concept devenu essentiel pour cette forme de psychothérapie.

discutante :  Aude FAUVEL, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne

15h30-16H15 Loric Mandrou: Linscription locale de revendications féministes globalisées dans le cadre dun festival artistique rural : le cas du festival Raconte-Arts en Kabylie.

Chaque été, dans les territoires ruraux montagneux de Kabylie, en Algérie, a lieu le festival artistique itinérant Raconte-Arts. Pour les participant.e.s, provenant principalement des métropoles algériennes et de l’étranger, l’art est un instrument au service de la diffusion de revendications féministes globalisées. Le festival devient le support de nouvelles pratiques corporelles subversives et de discours qui remettent en cause la répartition sexuée des tâches et des gestes quotidiens, créant ainsi des spatialités alternatives. L’espace villageois dans lequel il se déroule est ainsi à la fois un espace de contraintes fortement normé, mais également de potentialités pour la production et la circulation de discours féministes, notamment par l’art.”

Discutante : Constance de Gourcy, MESOPOLHIS- GENDERMED

 

 

 

 

 

Le mouvement suffragiste britannique fut profondément divisé par le déclenchement de la guerre de 1914-1918. D’un côté, les “patriotes” partisanes de la guerre à outrance appelaient à l’écrasement de l’Allemagne, “the over-sexed nation”. De l’autre, les “pacifistes” tentaient de mobiliser les “mothers of the race” du monde entier pour plaider la cause d’une paix négociée. De ces deux positions, laquelle fut “féministe” ? Cette question anima l’historiographie anglophone au tournant des années 1980-1990. On verra que ses protagonistes firent du passé un champ de bataille de substitution pour leurs querelles contemporaines, desservant au passage, malgré la qualité de leurs travaux, le projet partagé d’une histoire des idées féministes au Royaume-Uni. L’ambition de cette communication est de proposer un cadre interprétatif viable, dont chacun.e pourrait s’emparer, et d’en montrer une application à travers la lecture de la presse suffragiste. Où il apparaît que le suffragisme britannique développa de nombreuses et fort riches réponses “féministes” à la Grande Guerre, réponses qui ouvrent, pour nous, un vaste horizon de possibles.

Colloque « Nos luttes changent la vie entière. 50 ans de MLF » les 6 et 7 novembre 2020

 

En distanciel suivant ce lien : https://univ-tlse2.zoom.us/j/83255810558

Si plus de 300 participant.e.s, vous pouvez suivre le streaming ici :

https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=722d0LE5&width=100%&height=100%

#TousAntiCovid

 

Le MLF a 50 ans : 10 photos qui illustrent ses grands combats


https://www.franceinter.fr/le-mlf-a-50-ans-10-photos-qui-illustrent-ses-grands-combats

Les 50 ans du MLF célébrés par les auteures féministes de ...

Penser le genre en Méditerranée un réseau AMU

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search