Le féminicide : un fait social à interroger

Mis en avant

 

 

 

Le féminicide : un fait social à interroger

Responsable et contact : Karine Lambert, Telemme, AMU. /Université de Nice

Le 25 novembre, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, chercheuses et artistes publient un webdocumentaire sur les fémini-cides. En mêlant arts et sciences, cette création proposée par Aartemis, Adrienne Arth, Claude Ber, Sylvette Denèfle, Isabelle Demangeat, Karine Lambert, Irene Pittatore permet de mieux comprendre ce fait social qui traverse les époques.

À partir du récit d’un procès pour « meurtre de femme » commis en 1847, conservé dans les archives judiciaires du Var, sociologue, historienne, plasticiennes, photographe et écrivaine ont produit des expérimentations et des réalisations numériques visant à informer le grand public tout en enrichissant les débats scientifiques contemporains.

.Une recherche artistique et scientifique.

L’objectif est d’identifier les enjeux de pouvoir que ces violences impliquent dans une perspec-tive historique et comparatiste. Les féminicides permettent, en effet, de faire le récit de la do-mination patriarcale, de l’emprise viriliste, d’analyser les facteurs de risque, les tabous, les si-tuations de conflit et de déconstruire les stéréotypes sociosexués qui peuvent être intériorisés autant par les hommes que par les femmes.

Le projet est à la fois une recherche méthodologique qui vise à mêler les apports des connais-sances scientifiques avec l’approche sensible des arts plastiques, de la photographie ou de l’écri-ture et un apport de connaissances sur un fait social, objet récurrent des débats publics récents, mais encore trop peu étudié dans une perspective scientifique.

Un outil original de partage des connaissances

Ce webdocumentaire est une manière de présenter différemment les résultats de recherches en sciences humaines et sociales. L’idée est de proposer une boite à outils qui puisse être utilisée à la fois dans un cadre scolaire, scientifique, artistique pour que les recherches en études de genre, et en particulier sur les féminicides, soient accessibles au plus grand nombre.

Que ce soit dans l’enseignement secondaire ou supérieur, dans les sphères politiques, artis-tiques, associatives ou auprès du grand public, le projet SAFé (Sciences Arts Féminicides) es-père circuler le plus largement possible, à l’université et en-dehors, pour faire avancer les con-naissances sur ce sujet et surtout pour qu’elles se partagent dans la société.

Pour naviguer plus confortablement dans ce webdocumentaire, cliquez sur les 3 pointillés en bas à droite de l’image puis sur les 2 flèches pour passer en plein écran.

SAFé

https://url.univ-amu.fr/safehttps://url.univ-amu.fr/safe

Les soutiens du projet

Ce projet a été lauréat de la Bourse aux projets de culture scientifique AMU

2021 et a reçu le soutien de la Vice-Présidence égalité femmes-hommes et

lutte contre les discriminations d’Aix-Marseille Université. Il bénéficie du

soutien d'Aix-Marseille Université, de la Maison Méditerranéenne des

sciences de l'Homme, du réseau GenderMed, de l'unité de recherche TE-

LEMMe et de l’Inspé de l'Université Côte d'Azur.

En savoir plus sur le travail de…

 

Crises politiques et normes de genre

Crises politiques et normes de genre: innovations, adaptations, résistances dans l’Europe du sud au XIXe siècle

Karine Lambert Mcf histoire, chercheuse rattachée à l’UMR TELEMME  (AMU-CNRS),  MMSH  Aix-en-Provence
Responsable de l’équipe GeFeM ( Genre-Femmes-Méditerranée) Vice-présidente du réseau universitaire et scientifique euro-méditerranéen sur les femmes et le genre(RUSEMEG)

Salle 101-MMSH ou Via ZOOM

Pour obtenir le lien de connexion, inscription obligatoire klambert@unice.fr)


10h-12h30

Présentation et introduction: Karine LAMBERT et Martine LAPIED

– Michèle RIOT-SARCEY (PRE en histoire, Paris VIII) : 1848 : une singularité politique

– Ines BEN SLAMA (agrégée, doctorante en histoire, Paris VII) :

Défendre ses intérêts en temps de conflit : les femmes à Marseille pendant la guerre franco-prussienne

– Alexandre DUPONT (MCF en histoire, Université de Strasbourg) : Transgresser les frontières. pa-

Paradoxes de l’engagement féminin contre-révolutionnaire pendant les guerres carlistes.

Anne DEMORIEUX (professeure agrégée au lycée Thiers de Marseille, membre associé du Labora- toire LIS de l’Université de Lorraine) : La représentation des femmes dans la littérature italienne du Risorgimento.

Sophie COAVOUX (MCF-HDR en études néo-helléniques, Institut d’Études Transculturelles et Transtextuelles, Université Jean Moulin Lyon III) :
L’entrée des femmes en littérature dans l’espace grec en crise du XIXe siècle.

– Débat

Salle 101-MMSH ou Via ZOOM

(Pour obtenir le lien de connexion, inscription obligatoire klambert@unice.fr)

La présentation du passe sanitaire sera obligatoire.

GenderMed à la Nuit européenne des chercheur.e.s

 

A l’occasion de la nuit européenne des chercheurs

Vendredi 24 septembre à partir de 18h à Aix-en-Provence

le temps d’une nuit, les passant·e·s sont invité·e·s à s’asseoir à une table de bistrot avec un·e chercheur·e, à parler de voyages autour de valises de scientifiques, à se balader, à danser, à s’émerveiller, à (se) poser de nombreuses questions… en bref, à voyager au cœur des sciences.

Entre musique, cinéma ou expositions, les discussions vont bon train dans une ambiance conviviale et stimulant l’imaginaire.

Sylvette de Nèfle

Karine Lambert

Des films et une immersion à 360° à l’IMPGT

Karine Lambert et Sylvette Denèfle membres du réseau GenderMed seront à la « Station ciné » pour un live Youtube avec Marinette – Femmes et féminisme.

Cette création vidéo originale sera révélée dès vendredi matin puis Marine Perin, Karine Lambert, Sylvette Denèfle et deux artistes du duo Artemis échangeront sur leurs recherches autour des féminicides lors d’un live Youtube de 22h à 23h depuis la Station ciné.

C’est une soirée pour toutes et tous, habitant·e·s d’Aix-en-Provence et d’ailleurs, curieuses et curieux de découvrir comment se fait la recherche scientifique.

En clôture, la youtubeuse Marinette sera en live avec deux artistes et deux chercheuses pour échanger sur leurs recherches autour des féminicides. Juste à côté, plongez dans deux laboratoires et un terrain de recherche à 360° en vous mettant dans la peau d’un·e chercheur·e au Labo tour.

 

Gratuit | Sans inscription
Contact : culture-scientifique[at]univ-amu.fr

 

Cet événement se tiendra dans le respect des mesures et gestes sanitaires en vigueur sur le territoire. Passe sanitaire obligatoire

Un événement conçu par Aix-Marseille Université en consortium avec les 11 autres structures françaises organisatrices de l’événement, avec le soutien et en partenariat avec :

Partenaires de la Nuit européenne des chercheur.e.s 2021

Avec la collaboration des structures de recherche :
ADEF,  AFMB,  C2VN,  CAER,  CCJ,  CDS,  CEA, CEREGE,  CERGAM,  CGGG,  CIML, Cret Log, CRMBM, Héritages, I2M, IBDM, ICR, IGS, IM2NP,  IMBE,  IMERA,  INP,  INS,  Institut  Fresnel,  IRASIA,  IREMAM,  IRPHE, ISM, LAI, LAM, LAMPEA, LBA, LCB, LERMA, LMA, LPED, LPL, M2P2, MESOPOLHIS, MIO, PIIM, PRISM, RECOVER, TAGC, Telemme MMSH

Focus Égalité Femmes-Hommes AMU

lutte contre les discriminations d’Aix Marseille Université.

La Vice-Présidence à l’Égalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discriminations d’Aix Marseille Université.

Elle a pour mission d’élaborer une stratégie visant une politique intégrée de l’égalité en fonction des indicateurs sexués dont elle dispose pour comparer les parcours des hommes et des femmes à Aix Marseille Université. Elle propose tout au long de l’année différents formats de sensibilisation sur les questions liées à l’égalité entre les femmes et les hommes durant leur formation, à la mixité des filières, à la ségrégation horizontale (orientation) et verticale (cursus) selon le sexe, aux inégalités qui demeurent dans les métiers auxquels ils et elles se préparent. La Vice-Présidente, à la suite de Nolwenn Lecuyer, Isabelle REGNER et l’ensemble de son équipe de la mission appui les actions de GenderMed depuis de nombreuses années
plus d’infos

Gouvernance

Chargée de projets
Christelle LABBAY
Tél : 04 13 55 32 34
christelle.paques@univ-amu.fr

4ème édition du concours photo vidéo dessin sur le thème des (in)égalités entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations .
Découvrez le réglement et candidatez avant le 29 février 2020 à minuit.
Chaque étudiant-e peut déposer au maximum 2 œuvres de chaque support.

Les photos/vidéos/dessins seront présentés sur le site https://egalite-fh.univ-amu.fr/fr et soumis au vote électronique du public sur ce site entre le 02 mars et le 15 mars 2020 minuit afin d’attribuer:

– le Prix du public de la meilleure photo

– le Prix du public de la meilleure vidéo

– le Prix du public du meilleur dessin

– le Prix spécial du Jury​ sera conjointement décerné à une photo/vidéo/dessin non primé par le vote du public.

Le 27 mars 2020, les résultats seront proclamés sur ce même site.. Les lauréat-es seront convié-es à la remise des prix lors des Journées JACES 2020.

Publié par Nacira Abrous 20/01/2020

 

Corps et sexualités de femmes

Corps et sexualités de femmes

Journée d’études  12/07/2021

Organisées et coordonnées par : Karine Lambert

Date : 12/07/2021
Horaire : 09:30 à 17:00
Lieu : Salle PAF, MMSH, Aix-en-Provence, ou via Zoom
Organisatrice : Karine Lamber

Groupe organisateur : 2.3 – Genre, résistance et innovations sociales dans l’espace euro-méditerranéen en situation de crise(s) – GECRIS
Partenaires :  Forum femmes Méditerranée


PROGRAMME
9H30 : Accueil
9h45 : Présentation de la journée

Isabelle Régner, Vice présidente Egalité Femmes-Hommes et lutte contre les discriminations, AMU

Aartemis, travail plastique et présentation des intermèdes artistiques

10h15 Session 1 : Les corps maltraités

présidée par K. Lambert, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Nicole Cadene, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), Existence brisée. Le journal de Marie de Gasté

Zoé Dubus, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), Célina Marcil, une hystérique droguée à la Salpêtrière (1871-1879)

Stéphanie Leriche-Hubert, LEGS (UMR 8238 – Univ. Paris VIII), La violence au cœur des corps à la marge dans les œuvres autofictionnelles de Nina Bouraoui

Chérifa Bouatta, Université Alger 2 , Le viol: un polytraumatisme

11h45 : Intermède artistique : I. Pittatore, vidéo « youasme » suivi d’un regard croisé avec I.Demangeat

12h- 13h15 : Déjeuner

13H15 : Session 2 : Corps et sexualités de femmes : une révolution inachevée?

présidée par S. Denèfle, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Véronique Poutrain, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), L’éducation à la sexualité libère t-elle les corps ?

Lysistrata M.P. Barbière, LEGS (UMR 8238 – Univ. Paris VIII), Mylène Farmer et Madonna : « Les putains respectueuses » des musiques actuelles

Mounia Ouziou, EREG, Université Hassan 2, Casablanca, Les récits de femmes et la sexualité au Maroc : quelles représentations ?

Karine Lambert, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), La grammaire des corps féminins au prisme de l’histoire

14H45h: Intermède artistique : Adrienne Arth, série de photographies « Éros » suivi d’une intervention de l’artiste

15h-15h15: Pause

15h15 : Session 3 Corps fantasmés et médiatisés

présidée par Claude Ber, écrivaine

Khadija Morchid, Laboratoire GELM, Université Hassan 2, Casablanca, Le corps féminin face à la rupture, vu au miroir du roman méditerranéen

Louisa Blanchon, Sciences Po Toulouse, Approche globale des techniques d’apparitions et de disparitions des corps autres: Techniques et usages de survies dans l’imaginaire post-colonial essentialiste et la matérialité des corps  contrôlés

Elvire Duvelle-Charles, Journaliste, réalisatrice et activiste féministe, Nouvelle révolution sexuelle : le cas d’Instagram

Marie-Jo Bonnet, historienne et militante féministe, De la libre maternité à la maternité symbolique ou comment sortir d’une injonction millénaire

16h45: Aartemis, vidéo « Autopsie d’un fantasme »

17 h: Conclusions

Esther Fouchier, fondatrice du Forum Femmes Méditerranée, déléguée générale du réseau français de la Fondation Anna Lindh

K. Lambert , GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)

Salle PAF (MMSH) ou Via ZOOM (Pour obtenir le lien de connexion : ffmmarseille@hotmail.fr )

APPEL A SÉMINAIRES INTER LABO MMSH AMU 2021-2022

En raison du dysfonctionnement du site de la MMSH, le carnet GenderMed accueille cet appel à la recherche collaborative

Appel à séminaires inter-laboratoires 2021-2022

Depuis janvier 2011, la MMSH/USR 3125 apporte son soutien à l’organisation de séminaires inter-laboratoires susceptibles de créer ou de renforcer des dynamiques de recherche internes dans le domaine des études méditerranéennes. Conçus dans une logique complémentaire de celle des programmes transversaux, ils doivent associer au moins deux unités de recherche du site d’Aix-Marseille, et peuvent s’appuyer sur des partenariats interinstitutionnels et internationaux.

Le nouveau contrat quinquennal a défini 5 axes privilégiés susceptible de fédérer les recherches collectives des équipes de la MMSH et de leurs partenaires :

1/ Appropriations et transformations des milieux

2/ (Re)compositions urbaines et dynamiques territoriales

3/ Arts, écritures et langages

4/ Sociétés plurielles, héritages, appartenance et conflits

5/ Religions : identifications et pratiques

6/ La Méditerranée et le monde.

Le soutien sera accordé aux propositions de séminaires répondant à l’une de ces thématiques et notamment à celles qui contribueront à la dynamique de site dans le domaine des études méditerranéennes, en associant plusieurs équipes d’Aix-Marseille Université.

Les séminaires inter-laboratoires sont conclus pour la durée de l’année universitaire avec possibilité de renouvellement une année après avis du Conseil scientifique.

La MMSH accompagnera ces séminaires durant l’année universitaire 2021-2022 : aide financière (2 000 euros pour les frais de mission, accueil, séjour), soutien logistique à l’organisation des rencontres, à l’accueil des chercheurs invités, à la diffusion des activités scientifiques transversales menées dans ce cadre. Au cas où la situation sanitaire empêcherait la tenue des rencontres en présentiel, l’appui sera de type audiovisuel. Ce soutien initial est destiné à lancer des actions susceptibles de déboucher sur des réponses aux divers appels d’offre, régionaux, nationaux et/ou internationaux, afin d’assurer, à moyen terme, le développement et la visibilité des activités scientifiques transversales de la MMSH.

Un bilan d’activité scientifique et financier est demandé à chaque porteur de projet en fin d’année universitaire.

Les projets (fiche de réponse jointe) le 30 juin 2021 au plus tard.

Ils seront adressés à :

Nacira Abrous : Responsable de la « Recherche transversale interdisciplinaire MMSH»

 nacira.abrous@univ-amu.fr (la messagerie MMSH étant non opérationnelle pour l’instant)

Ils seront soumis, pour sélection, aux personnalités scientifiques extérieures du Comité scientifique de la MMSH.

Critères d’évaluation :

  • Association d’au moins deux laboratoires AMU, internes ou extérieurs à la MMSH
  • Pertinence et intérêt scientifique de la proposition
  • Interdisciplinarité
  • Prise de risque et projet novateur pour la MMSH
  • Modalités organisationnelles : budget et calendrier
    Seront appréciés les projets qui répondront notamment aux critères suivants :
  • ouverture à des partenaires non académiques
  • caractère international du projet

FICHE DE REPONSE

(à retourner à nacira.abrous@univ-amu.fr le 30 juin 2021 au plus tard)

Intitulé :

Responsable(s) scientifique(s) :

Thématique prioritaire :

Mots-clefs (5 max) :

Objectifs (4000 signes maxi.) :

Partenaires :

Laboratoires et personnels de la MMSH associés au séminaire

Autres partenaires (unités d’autres composantes d’AMU / partenaires nationaux et/ou internationaux ; préciser la contribution)

Calendrier prévisionnel (nombre de séances du séminaire prévues ; éventuels invités pressentis…) :

Budget prévisionnel

Signatures des directeurs des unités MMSH associées au séminaire

Événements jeune recherche

Journée d’étude 15 avril

9H15 ACCUEIL

9h30 PRESENTATION : K. Lambert / Sylvette  Denèfle

9h45h-10h30 : Camille Caporos ,  « Des Demoiselles“ sans papiers ? Femmes et papiers de famille dans la noblesse de France méridionale (XVIIe-début du XIXe siècles) »

Sous l’Ancien Régime, les femmes sont presque exclues du système qui régit la noblesse française. En sortant du lignage de leur père, elles entrent dans celui de leur mari et se trouvent dans un entre-deux qui invisibilise leur place dans leurs familles et dans les archives qui y sont attachées. Une analyse statistique des inventaires des fonds de la noblesse de Provence et de Languedoc, la reconstitution des étapes de conservation de ces derniers, ainsi qu’une étude de divers supports d’écriture (livres de comptes, feuillets volants, correspondances) permet de dessiner un « royaume féminin » (I. Luciani) de l’écrit. Il s’agit finalement de comprendre le rôle des femmes dans l’alimentation, la gestion et la conservation des papiers de familles nobles en France méridionale entre le XVIIe et le début du XIXe siècles.

 Discutants : Nicolas Vidoni, TELEMMe, Valérie Feschet IDEMEC

10h30- 11h15 Alessandra Doria, Nous: sujet collectif féminin et identité de genre pendant la Révolution

Dans les textes et les discours de la période révolutionnaire, l’on rencontre pour la première fois le pronom “nous” employé pour designer l’ensemble de femmes et prendre la parole collectivement. Cette contribution propose d’analyser ce fait linguistique au moyen des concepts élaborés par la philosophie sociale (sujet collectif, engagement conjoint, conscience collective) et de présenter l’identité de genre affirmée au nom de toutes en relation au caractère « naturel » du rôle des femmes dans l’enfantement.

Discutants : Jacques Guilhaumou , TELEMMe, GeFeM

11h15-12h Soizic Morin :  Le rôle des femmes durant les épidémies de choléra dans les Bouches-du-Rhône au XIXe siècle

Les épidémies de choléra se succèdent au XIXe siècle. La première en 1817 s’arrête aux portes de la Russie. La France est touchée lors de la seconde épidémie à partir de mars 1832 (Paris). Les Bouches-du-Rhône sont fortement impactées à partir de 1835. Ces épidémies ravivent très fortement les peurs laissées par la peste de 1720. De plus, elles bousculent les solidarités quotidiennes.  Les épidémies, en tant que crise, ont pour conséquence de mettre en exergue le fonctionnement des politiques de santé publique et privée avec ses acteurs et actrices. Lors de cette communication, je vous proposerai d’étudier l’implication des femmes lors de ces épidémies et la reconnaissance sociale qu’elles ont pu en retirer. Nous nous concentrerons sur deux épidémies : l’épidémie de 1835 et celle des années1880. Les modalités d’action des femmes ont évolué, elles sont passées d’une action collective par le biais notamment des communautés religieuses à une action individuelle. Ces mutations sont certes engendrées par des changements politiques (la IIIe République), mais aussi par une prise de conscience de la part des femmes de leur rôle dans la santé. 

Discutant :  Marc Calvini- Lefebvre , LERMA, GENDERMED

14h-14h45 Mélina Joyeux : Former des ménagères ou des ouvrières ? Le cas de l’école-ouvroir des Sœurs blanches à Ouaghzen (Algérie coloniale, années 1930-1950)

Les œuvres scolaires et parascolaires à destination de jeunes filles kabyles (école ménagère, ouvroir de couture et de tissage, organisation scout féminine), développées dans le village de Ouaghzen depuis les années 1910 par l’ordre catholique des Sœurs blanches, illustrent la place de l’éducation féminine dans le projet colonial missionnaire en Algérie. Combinant, à travers le travail manuel, un enseignement des arts ménagers et une proto-formation professionnelle, ces œuvres témoignent d’une ambivalence entre rhétorique de l’émancipation des femmes par le travail et diffusion de normes et savoir-faire genrés visant avant tout à former de futures « ménagères » sur le modèle occidental. Cette communication interrogera ainsi, à travers le cas de Ouaghzen, la construction d’une certaine conception de la féminité et des rôles sociaux de genre qui se joue dans la « rencontre » coloniale entre femmes missionnaires et femmes colonisées.

Discutantes : Geneviève Dermenjian, Claudine Guiard , TELEMMe, GeFeM

14h45-15-30: Zoé Dubus Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, Trois pionnières du concept de “set and setting” dans les thérapies psychédéliques

Le concept de “set and setting” est une méthode psychothérapeutique développée dans les années 1950-1960 par des thérapeutes notamment anglo-saxons visant à améliorer la prise en charge des patient·es soumis à des substances psychédéliques (LSD, mescaline, psilocybine) dans le but d’accélerer la psychothérapie. Cette méthode, qui consiste à prendre en compte l’état du sujet, sa préparation à la séance, son bien-être (set) ainsi que le cadre dans lequel aura lieu l’expérience, qui se doit d’être chaleureux et confortable (setting), bouleverse les pratiques psychiatriques de l’époque. Trois femmes, Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, ont eu une influence considérable dans la recherche de ces améliorations à apporter à la thérapie psychédélique. Leur travaux sont pourtant aujourd’hui largement invisibilisés par l’historiographie aux profits de leurs collègues masculins : cette communication soulignera leur contribution à ce concept devenu essentiel pour cette forme de psychothérapie.

discutante :  Aude FAUVEL, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne

15h30-16H15 Loric Mandrou: Linscription locale de revendications féministes globalisées dans le cadre dun festival artistique rural : le cas du festival Raconte-Arts en Kabylie.

Chaque été, dans les territoires ruraux montagneux de Kabylie, en Algérie, a lieu le festival artistique itinérant Raconte-Arts. Pour les participant.e.s, provenant principalement des métropoles algériennes et de l’étranger, l’art est un instrument au service de la diffusion de revendications féministes globalisées. Le festival devient le support de nouvelles pratiques corporelles subversives et de discours qui remettent en cause la répartition sexuée des tâches et des gestes quotidiens, créant ainsi des spatialités alternatives. L’espace villageois dans lequel il se déroule est ainsi à la fois un espace de contraintes fortement normé, mais également de potentialités pour la production et la circulation de discours féministes, notamment par l’art.”

Discutante : Constance de Gourcy, MESOPOLHIS- GENDERMED

 

 

 

 

 

Le mouvement suffragiste britannique fut profondément divisé par le déclenchement de la guerre de 1914-1918. D’un côté, les “patriotes” partisanes de la guerre à outrance appelaient à l’écrasement de l’Allemagne, “the over-sexed nation”. De l’autre, les “pacifistes” tentaient de mobiliser les “mothers of the race” du monde entier pour plaider la cause d’une paix négociée. De ces deux positions, laquelle fut “féministe” ? Cette question anima l’historiographie anglophone au tournant des années 1980-1990. On verra que ses protagonistes firent du passé un champ de bataille de substitution pour leurs querelles contemporaines, desservant au passage, malgré la qualité de leurs travaux, le projet partagé d’une histoire des idées féministes au Royaume-Uni. L’ambition de cette communication est de proposer un cadre interprétatif viable, dont chacun.e pourrait s’emparer, et d’en montrer une application à travers la lecture de la presse suffragiste. Où il apparaît que le suffragisme britannique développa de nombreuses et fort riches réponses “féministes” à la Grande Guerre, réponses qui ouvrent, pour nous, un vaste horizon de possibles.

Colloque « Nos luttes changent la vie entière. 50 ans de MLF » les 6 et 7 novembre 2020

 

En distanciel suivant ce lien : https://univ-tlse2.zoom.us/j/83255810558

Si plus de 300 participant.e.s, vous pouvez suivre le streaming ici :

https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=722d0LE5&width=100%&height=100%

#TousAntiCovid

 

Le MLF a 50 ans : 10 photos qui illustrent ses grands combats


https://www.franceinter.fr/le-mlf-a-50-ans-10-photos-qui-illustrent-ses-grands-combats

Les 50 ans du MLF célébrés par les auteures féministes de ...

Séminaire Central GenderMed: “Le Maroc : Etudes sur le genre et évolution des droits des femmes à travers l’histoire de la lutte féministe” (20 février 2015)

Séminaire Central GenderMed: État des lieux : études sur le genre en Méditerranée

Intervention de Latifa El Bouhsini, professeure à l’INAS (Institut National d’Action sociale), Tanger ; présidente du bureau national de l’Ecole Citoyenne des Etudes politiques, Maroc ; formatrice spécialiste de l’approche genre et droits humaines des femmes, sur :

“Le Maroc : Etudes sur le genre et évolution des droits des femmes à travers l’histoire de la lutte féministe”

Continuer la lecture