Séminaire GenderMed-GeFeM-GECRIS: Filles et pères dans le monde ottoman (18/12)

Cette séance est proposée dans le cadre du réseau GenderMed « Penser le genre en Méditerranée »  

Elle est organisée en partenariat avec le groupe GeFeM – Genre Femmes, Méditerrranée (TELEMMe)

Mardi 18 décembre 2018 de 10h à 12h

MMSH salle 101

Entrée libre 

Intervenant invité  : 

Engin AKARLI Université Sehir, Istambul, Turquie

Filles et pères dans le monde ottoman

Cette communication évoquera es relations père-fille ou fille-père à partir de documents juridiques de première main issus des archives ottomanes, sur le territoire du Liban actuel. 

This talk is about Najla, a young Druze woman who lost her sanity, caught in a complex web
of personal anxieties, patriarchal family relationships, and notable politics. Her refusal to
honor the marriage arrangement made for her by her elders and her taking refuge in the
convent of the nuns who educated her erupted into a problem that invited administrative
action, the intervention of the law, and royal attention. Najla’s experience points to the fluid
relationships and multifaceted influences that made or broke “selves” under the conditions
and the time in which she lived. I have constructed her story as best I could from scattered
evidence in an effort to shed light on these influences and relationships, above all the
relationships between daughters and fathers.

Télécharger l’affiche 

Affiche_Gendermed_SEM_décembre_2018_diff.pdf

Atelier GNP – « Procréer à tout prix: l’encadrement technique et légal des corps de femmes » (21/12)

La deuxième séance de l’atelier GNP se tiendra le vendredi 21 décembre, de 14h à 17h, en salle 255 sur le site Pouchet (51-61 rue Pouchet, Paris). 
A l’occasion d’une séance autour de la thématique « Procréer à tout prix : l’encadrement technique et légal des corps des femmes »nous aurons le plaisir d’accueillir : 
– Manon Vialle (post-doct. en sociologie, Centre Norbert Elias-EHESS) :«  Genre et âge dans le cadre de l’AMP française : parcours de femmes quadragénaires »– Nolwenn Bühler (Maître-Assistante en Etudes GenreLaboratoire d’études des processus sociaux, Unine) : « Assister l’extension de la fertilité ? L’âge limite de la maternité entre nature, médecine et société »Discutante : Virginie Rozée (chargée de recherche, INED)

Séminaire GeFeM: jeune recherche (6/12/18)

Séminaire jeune recherche en études genre
 6/12/2018 de 15h à 17h  Salle Paul-Albert Février, MMSH 

Noura RAAD, doctorante en droit pénal et sciences criminelles à AMU et l’université Libanaise, chargée d’enseignement à la faculté de droit d’Aix-Marseille, juriste au Mouvement du Nid. 
Titre : Un regard genré sur les droits pénaux français et libanais : lutte ou reproduction des stéréotypes de genre
Résumé : En dépit des réformes juridiques et des droits « acquis » par les femmes, elles continuent à être les premières victimes des violences sexistes et sexuelles. Certains droits qui leur sont reconnus sont, souvent, remis en question et des inégalités persistent en droit et en fait. A partir d’une analyse du droit pénal sous une perspective de genre seront dévoilées les origines des inégalités entre les sexes et la manière dont le droit pénal est modulé par le genre.  L’objectif consiste à réfléchir sur la manière dont le droit pénal pourrait être réformé ou poursuivre son évolution par la prise en considération du concept de genre pour consolider les droits des femmes et leur statut aux niveaux juridique et pratique et, plus généralement, atteindre une réelle égalité entre les sexes. 

Mounira TARCHOU, docteure en histoire moderne, UMR TELEMMe

Titre : Les femmes méditerranéennes et le waqf/hubus dans la ville de Sfax : regard sur le rôle des  femmes sfaxiennes et européennes d’après les archives des waqfs.

Résumé : C’est d’après les archives que j’ai consultés, qu’on peut constater que la présence des femmes dans les transactions foncières des biens waqfs et dans la vie commerciale de la ville Sfax était très remarquable. Je présenterai cet approche à travers l’étude de quatre documents d’archives des anciens hubus connus aussi par les waqfs : le plus ancien remonte à l’époque médiévale (Hafside). Le deuxième date de l’époque moderne (Ottomane) et les plus récents datent de la période coloniale (XXème siècle).

Annonce de la Vice-Présidence Egalité Femmes-Hommes d’AMU

Comme annoncé dans le cadre de notre Cinéclub, nous vous rappelons la présence exceptionnelle de Denis Quinqueton, Codirecteur del’Observatoire LGBT+, Observatoire dont les activités reçoivent le soutien de la DILCRAH.

Nous comptons sur votre présence le 29 novembre prochain pour une rencontre fructueuse et créative.

Au programme de cet évènement, qui aura lieu dans l’amphi SIX sur le site de Schuman ALLSH (plan joint)

ü  De 16h30 à 17h15 Présentation de l’enquête de la Fondation Jean-Jaurès et la Dilcrah sur l’homophobie dans la société française par Denis Quinqueton réalisée auprès d’un échantillon d’un millier de personnes sur la proportion de LGBT victimes d’agressions ou de discriminations en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre.

Les jeunes se montrent particulièrement touchés par l’homophobie. Ainsi, 35 % des jeunes LGBT de moins 35 ans ont déjà subi l’homophobie dans l’enceinte d’un établissement d’éducation (contre 26 % dans l’ensemble)

Quelle est l’ampleur des agressions et des discriminations subies par les personnes bi, trans, gays et lesbiennes en France ?

Quels sont les lieux où les risques d’exposition sont les plus élevés ?

Quel impact peuvent-elles avoir sur les déplacements ou la vie quotidienne des LGBT ? ..

 De 17h15 à 17h45 Echanges autour d’un buffet

De 17h45 à 19h45  Projection du film PRIDE de Matthew Warchus

Eté 1984 – Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de leur marche à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

Nous vous serions reconnaissantes de bien vouloir communiquer sur cet évènement (affiche et version JPEG pour les réseaux en PJ).

L’entrée est libre et un buffet sera offert.

Pré-inscription conseillée en cliquant sur lien suivant  https://evento.renater.fr/survey/presentation-par-denis-quinqueton-de-lenquete-de-la-fondation-jean-jaures-sur-lhomophobie-g0ehbe6c

Atelier EFiGiES (29/11, MMSH Aix en Pce)

L’équipe de l’atelier EFiGiES Aix-Marseille vous convie à sa prochaine séance qui aura lieu

le jeudi 29 novembre 2018 de 14h à 17h

à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix en Provence

Salle 2

5 Rue Château de l’Horloge, 13090 Aix-en-Provence.

Nous aurons le plaisir d’écouter Thomas Crespo sur la place du corps dans les études de genre. Son intervention sera suivie d’une discussion, nourrie par la lecture de l’article de Sara Ahmed, « Open Forum Imaginary Prohibitions. Some Preliminary Remarks on the Founding Gestures of the ‘New Materialism’ », European Journal of Women’s Studies, 2008, vol. 15, n°1, p. 23-39.

Thomas Crespo
Doctorant, ENS, laboratoire Triangle

Genre et sexe : la biologie vue comme du social incorporé

Résumé de l’intervention. On a tendance à se représenter le corps comme pré-existant au social. Ce faisant, on tombe d’accord avec l’idée qu’il y aurait d’abord la naturalité des corps, puis ce qu’en fait la société. Malheureusement, se le représenter ainsi accrédite l’idée qu’il y aurait d’abord les décrets de la nature puis, en fonction, les virtualités sociales. Ainsi, à mesure que la biologie investigue sur des terrains autrefois réservés aux sciences humaines et sociales, le domaine des possibilités politiques semble se restreindre. C’est pourquoi j’essaierai de montrer que les concepts d' »homme » et de « femme » ne recouvrent pas grand chose qui relèverait d’une causalité en dehors du social et que les régimes de genre ont précisément pour mission de faire exister des différences qu’on prétend ensuite naturelles pour mieux les justifier. En somme, il s’agira pour moi de présenter un modèle du « sexe » alternatif qui prendrait réellement en compte les forces sociales qui modifient en profondeur les corps individuels et leurs potentialités.

Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer !

L’équipe de l’atelier Efigies Aix-Marseille.

Contact : efigies.aixmarseille@gmail.com
http://efigies-ateliers.hypotheses.org/category/atelier-efigies-aix-marseille

Séminaires « Genre et Travail » – Deux séminaires à venir à Marseille (LEST)


  1. lundi 26 novembre 2018, 14h-17h 
    Dominique Anxo (Linnaeus university)
    Temps de travail et préférences selon le genre, dans une perspective européenne
    Discutant : Arnaud Dupray (Céreq, LEST)
  2. lundi 28 janvier 2019 14h-17h
    Hélène Périvier (FOCE, Sciences Po)
    Socio-économie du genre : le partage des tâches domestiques selon le statut marital
    Alexandra Jonsson Leclerc (LEST)

Les séminaire ont lieu dans la grande salle du Lest (1e étage) de 14h à 17h

CNRS – Aix-Marseille Université 
35 avenue Jules Ferry 
13626 Aix en Provence Cedex 01

contact : tremplin@lest.fr

JE GenderMed-Mucem-FFM: Méditerranée: genre, violence et dépassement

Journée d’Etudes GenderMed-Mucem-FFM vendredi 12 oct 2018, 9h30-17h30, Mucem, Tour St Jean, salle Meltem
« Méditerranée : genre, violence et dépassement »
Avec Rana Eid, réalisatrice du film, Panoptic, autour duquel est organisé la journée et Jocelyne Dakhlia, Mohamed Kerrou, Constance de Gourcy, Roa’a Gharaibeh, Mathilde Rouxel

Guerres, conflits et migrations bouleversent l’organisation des sociétés, questionnent notre rapport à l’autre, qu’il soit proche ou lointain. Vies et parcours brisés imposent la recherche de nouvelles stratégies de survie et voies de dépassement. A partir du film Panoptic (2017) de la réalisatrice libanaise Rana Eid (née en 1976, enfant de la guerre), animée par des universitaires et artistes venant de la Méditerranée, cette journée d’études publique s’organise autour de quatre séquences, ouvrant la réflexion sur les violences de genre créées ou renforcées dans ces contextes.

Le film sera projeté au César en présence de la réalisatrice le mercredi 10 octobre à 18h.

Co-organisé par GenderMed (MMSH, VPEFH/AMU) – Mucem – Films Femmes Méditerranée

Entrée gratuite sur inscription : i2mp@mucem.org

Programme ci-après :
http://www.mmsh.univ-aix.fr/news/Pages/Flash-241.aspx

CALENDRIER DU SEMINAIRE GEFEM/GECRIS 2018-2019

CALENDRIER DU SEMINAIRE GEFEM/GECRIS 2018-2019

Les ateliers sont réservés aux membres de l’équipe

Les séminaires sont publics

18 Octobre 2018        Atelier de rentrée 10h30-12h30 préparation du colloque-questions diverses

Séminaire 15h-17h, salle n°1 

Mélissa Simard, Artiste interdisciplinaire et chercheure en médiation culturelle, PhD Littérature et arts de la scène et de l’écran – Université Laval, Canada

Pratique performative et médiation à l’ère du numérique : projet de recherche-créationsur la transmission du récit de la femme migrante

22 novembre 2018  Atelier 10h30-12h30 

Séminaire dans le cadre des Jeudis du Genre d’AMU, 15h-17h salle n°2 

Martine Lapied, PU émérite d’histoire moderne, TELEMMe-GeFeM (AMU/CNRS)

L’engagement politique des femmes de l‘Ancien Régime à la Révolution. Les pratiques politiques féminines dans le sud-est de la France et leurs représentations 

6 décembre 2018      Atelier 10h30-12h30     Séminaire de 15h-17h salle Paul-Albert Février

Noura Raad, doctorante en droit pénal et sciences criminelles à AMU et l’université Libanaise, chargée d’enseignement à la faculté de droit d’Aix-Marseille, juriste au Mouvement du Nid

Un regard genré sur les droits pénaux français et libanais : lutte ou reproduction des stéréotypes de genre

24 janvier 2019 Atelier 10h30-12h30  Séminaire  GeFeM/GECRIS organisé par l’IRMC, 15h-17h salle n°1

Ibtissem Ben Dridi, Anthropologue, chercheuse post-doctorante, CESSMA : Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Paris 7- IRD – iNALCO)

La codification de la transgression. À propos des réfections et subterfuges de virginité en Tunisie

14 février 2019  Atelier 10h30-12h30      Séminaire de 15h-17h  salle n°1 

Prune de Montvalon, Docteure en socio-anthropologie, membre associée de l’URMIS, directrice CIDFF 06

Des résistances légitimes (ou non) : le cas des prostituées nigérianes en France 

14 mars 2019  Séminaire 10h30-12h30      Atelier 15h-17h salle n°2

Marc Calvini-Lefebvre, Maître de Conférences en Civilisation Britannique du 19e siècle, Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA), Aix-Marseille Université

Penser les résistances de femmes au féminisme : tentative de synthèse pluridisciplinaire

11 avril 2019  Atelier 10h30-12h30   Séminaire commun 15h-17h salle Paul-Albert Février : GeFeM/Gendermed

16 mai 2019  Atelier 10h30-12h30    Séminaire interlaboratoire TELEMME/LAMES, 15h-17h salle n°1 

Annette Nogarède-Grohmann, Agrégée d’histoire-géographie, doctorante, Université de la Sorbonne Paris IV

Louise Weiss (1893-1983) : Féministe, pacifiste et Européenne

13 juin 2019   Atelier 10h30-12h30      Séminaire  15-17h salle n°1 

Nathalie Sage-Pranchère,  historienne, chercheuse associée à Sorbonne Université et Emmanuelle Berthiaud, Historienne, chercheuse associée au CHSSC de l’université de Picardie Jules Verne

Regards masculins sur l’accouchement du XVIIIe siècle à nos jours

Publication – Femmes, Féminismes et Religions dans les Amériques

Les études en sciences sociales des religions ont encore beaucoup à découvrir sur l’engagement concret des femmes dans les sphères religieuses et plus encore sur les divers féminismes religieux. Il a fallu l’impulsion des mouvements des femmes des années 1970 puis le développement des études sur les femmes et le genre pour que l’on s’empare de ces sujets d’une façon plus analytique. Il s’agissait d’expliquer leur place ou leur rôle, non plus par leur « nature », mais par des rapports sociaux passés et présents. L’urgence du questionnement sur les religions depuis les années 1990 et plus encore au début du XXIe siècle, avec la focalisation sur le genre des groupes fondamentalistes et néo-conservateurs, ont donné un nouvel écho à ces recherches. Le rôle actif des femmes au sein des religions a été étudié et notamment celui des congrégations féminines, puis ont été mis au jour les féminismes religieux, et plus récemment les mouvements dits inclusifs LGBTQI. Ce recueil se situe au cœur d’un vaste champ d’études qu’il faut continuer à explorer


https://presses-universitaires.univ-amu.fr/femmes-feminismes-religions-ameriques