CORMED Programme

PROGRAMME PROVISOIRE

A noter le décalage horaire ( + 2H pour la Turquie)

Est indiquée en rouge l’université organisatrice

Mercredi 16 décembre 2020

MATIN : 11h30-13h30 (Turquie) -9h30-11h30  (Tunisie et France)

1h : Ouvertures institutionnelles et présentation de l’Ecole et de ses objets : sur les 3 sites

Les allocutions d’ouverture de :

Maryline Crivello, Vice-présidence CA AMU
Isabelle Régner : Vice présidence à l’Égalité Femmes-Hommes et à la Lutte contre les Discriminations (AMU), 
Sophie Bouffier : Directrice de la MMSH, PU d’Histoire grecque

Sylvie Mazzella et Delphine Mercier : Institut SOMUM
Mireille Schembri : Aix-Marseille Provence Métropole
Aude Fanlo et Yolande Padilla : MUCEM
Randi Deguilhem et Constance De Gourcy : GenderMed

20 mn par site de présentation d’un projet : présentation délivrables, accueil des étudiant·es

Capsule artistique par Anna Raimondo, artiste en résidence à l’IMERA

Tous les travaux seront menés en distanciel aussi bien que pour les parties qui se déroulent à Aix (à la MMSH) et à Marseille (au Mucem) que pour celles d’Istanbul (Université de Galatasaray), Turquie, et de Sousse (Université de Sousse avec l’Institut des Beaux-Arts de Sousse), Tunisie. 

Les trois sites seront connectés en permanence, les uns aux autres, par lien internet afin que nous puissions travailler en collectif (écouter les présentations quelque soit le lieu physique, poser des questions lors de la discussion, etc.) sauf pour les créneaux « carte blanche » indiqués sur le programme lorsque les étudiant.e.s de chaque site travailleront entre elles/eux.

France 13h -14h film d’Aylin Kuryel (The Balcony and our dreams) et débat avec Senem Aytaç (de la Revue de cinéma, Altyazı) Epidemic, balcony and our dreams: discussion  par FFM Nicola Schieweck Turquie (organisatrice) 15h-16h Film d’Aylin Kuryel (The Balcony and our dreams) et débat avec Senem Aytaç (de la Revue de000000 cinéma, Altyazı) Epidemic, balcony and our dreams: discussion animée  par FFM Nicola Schieweck Tunisie 13h-14h film d’Aylin Kuryel (The Balcony and our dreams) et débat avec Senem Aytaç (de la Revue de cinéma, Altyazı) Epidemic, balcony and our dreams: discussion  par FFM Nicola Schieweck   
14h-16h After the event Begüm Özden Fırat & Zeyno Pekünlü Débats entre les 3 sites 16h-18h After the event Begüm Özden Fırat & Zeyno Pekünlü Débats entre les 3 sites 14h-16h After the event Begüm Özden Fırat & Zeyno Pekünlü Débats entre les 3 sites 
Atelier 16h-17h30 Visite virtuelle du centre de conservation et de ressources du Mucem et visite en présentielle des collections/expositions au Mucem.   Atelier 17h-18h30Atelier 16h-17h30
Carte blanche 17h30-19hCarte blanche 19h Carte Blanche 17h30-19h

Istanbul: After the Event

Begüm Özden Fırat is currently a faculty member at Mimar Sinan Fine Arts University, Department of Sociology. She studied urban and cultural sociology, visual culture, and culture and social movements. She is an editor of the books entitled Commitment and Complicity in Cultural Theory and Practice (Palgrave/Macmillan, 2009), Cultural Activism: Practices, Dilemmas, Possibilities (Rodopi, 2011) and Resistance and Aesthetics in the Age of Global Rebellion (Küresel Ayaklanmalar Çağında Direniş ve Estetik, 2015, İletişim). Her book entitled Encounters with the Ottoman Miniature: Contemporary Readings of an Imperial Art was published in 2015 by I.B. Tauris.

Zeyno Pekünlü is an artist based in Istanbul. She obtained her M.A. from University of Barcelona and her Ph.D. from Mimar Sinan University. She is currently running the Work and Research Program of the Istanbul Biennial (ÇAP) for young artists and researchers. Comprising a wide spectrum of material from the National Anthem to Turkish melodramas, from cheat sheets to Youtube videos, Pekünlü’s works traverse public and private manifestations of various forms of subordination, and problematize the technologies of power.

After the Event focuses on the afterlife of the recent cycle of revolts initiated in late 2010. Wherever they have emerged- Turkey to Spain, from Greece to Syria and Egypt- these movements shook the existing political systems and sometimes toppled them down, yet they proved to be not powerful enough to subvert the political establishment as a whole.

Jeudi 17 décembre 2020

Matin : Ateliers sur chaque site 

France-Tunisie : 9h-11h30 : ateliers consacrés à la poursuite des travaux. 

Turquie : 11h-12H30 :Turquie: Atelier (SUGENDER / SABANCI ÜNİVERSİTESİ)

Ayşegül Altınay et Sema Semih Resilience and Resistance: Gendered Bodies in Movement :

Based on our experiences in the Transformative Activism Program that brings together activists from different parts of Turkey to learn and practice community-oriented self-care and wellbeing tools, this workshop will invite the participants to reflect on bodies and embodiment in activism.  What is the relationship between resistance and resilience? How can we conceptualize and put into action the connections between personal and collective transformation, personal and collective well-being? What are some of the new forms in which “healing” and “justice” are coming together in contemporary activism – as in the case of the Black Lives Matter movement? What can we learn from trauma studies about the possibilities of integrating embodiment into activist practices? We invite the participants to come to the workshop prepared to share at least one inspiring example of embodied activism that brings together personal and collective transformation, healing and justice, self-care and community care. 

This will be an interactive workshop and will involve body movement and contemplative practices.

Turquie : 15h30-19h30 France  Présidence de séance Nadezhda Alexandrova
Session 1 : corps contraints (détaillé ci-dessous)
France (organisatrice) 13h30-17h30 Présidence de séance  Nadezhda Alexandrova Session 1 : Corps contraints ( voir le programme détaillé ci-dessous)Tunisie : 13h30-17h30 France  Présidence de séance Nadezhda Alexandrova
Session 1 : corps contraints (détaillé ci-dessous)
 Présidence de séance : Fatma Oussedik Session 2 : corps humiliésPrésidence de séance Fatma Oussedik Session 2 : Corps humiliés ( voir le programme détaillé ci-dessous) Présidence de séance : Fatma Oussedik Session 2 : corps humiliés
Carte blancheCarte blancheCarte blanche
   
SESSION 1 : CORPS CONTRAINTS (MMSH, salle Duby)
 
13h30-13h45 (+ 2h Turquie) – Nicole Cadene, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS), Existence brisée, Marie de Gasté (1843 – ?) à la maison du docteur Blanche
 
 
Séquestrée à 22 ans dans la maison de santé du docteur Blanche à la demande de son père, le 11 janvier 1866, Marie de Gasté entreprend d’y écrire un « petit catéchisme d’une maison de santé », prolongation de son journal transformé en guide de survie. Ce document exceptionnel qu’elle fera ensuite publier sous le titre éloquent d’Existence brisée révèle le cas extrême d’une fille que son père s’acharne à priver de toute subjectivité, corps et âme, avec la complicité plus ou moins active des institutions. Paradoxalement, c’est lors de son internement psychiatrique, lorsque la contrainte atteint son acmé, que la jeune femme devient capable d’établir un lien entre son malheur personnel et l’oppression patriarcale, accédant ainsi à une prise de conscience féministe. De quoi désespérer le docteur Blanche qui, de guerre lasse, lui rendra sa liberté 18 mois plus tard, bien entendue « non guérie ».
 
13h45-14h( ( + 2h Turquie) Zoë Dubus, TELEMMe : Un corps aliéné, manipulé et drogué mais une individualité toujours agissante : le cas de Célina Marcil… à la Salpêtrière, 1871-1879


Célina Marcil…, blanchisseuse de 27 ans, est internée depuis 1867 à la Salpêtrière. Hystérique, souffrant de vaginisme, elle subit des attaques extrêmement violentes. Afin de la soulager et s’assurer ainsi du calme de leur service, les médecins de l’hôpital ont alors pour habitude de fournir généreusement des sédatifs tels que l’éther ou la morphine à leurs patientes. Ses médecins lui administrent donc de fortes doses de psychotropes qui la rendent rapidement dépendante et exacerbent ses délires érotiques, minutieusement retranscrits dans son étude de cas. Victime d’une institution violente et du regard libidineux que le personnel médical pose sur elle, Célina fait néanmoins preuve d’une certaine capacité d’agir au sein de l’asile. Réclamant jusqu’à la violence que ses médecins lui fournissent les quantités d’éther ou de morphine désirées, se servant d’eux pour intensifier ses délires érotiques, utilisant l’éther pour parvenir à la jouissance sexuelle impossible à atteindre avec son amant, la malade parvient à résister et à s’adapter à sa condition dramatique.

14h-14h15-Véronique Poutrain, GeFeM-GeCRiS TELEMME (AMU-CNRS)  : Le paradoxe des relations BDSM : de la contrainte à l’invention de soi


Les relations BDSM (Bondage, Discipline, Sado-Masochisme) sont hétérogènes et ne diffèrent en rien de n’importe quelle autre type de relation. On y trouve, comme partout ailleurs, des mécanismes de domination et d’appropriation de l’autre. Cependant,  elles sont aussi l’endroit où un véritable échange peut s’observer. Ainsi, elles ne constituent pas plus que d’autres une entorse au respect des personnes. Comme toute relation, elles peuvent reconduire des rapports de force et de genre ou bien participer à une nouvelle construction des identités.C’est paradoxalement en usant de masques, en ritualisant et en théâtralisant l’échange que les individus ont la possibilité de s’affirmer autres et d’explorer de nouvelles inventions de soi.

 
14h15-14h30h : Fabienne Soldini, Lest (AMU) : Corps contraints, corps séquestrés, corps délivrés : La femme enceinte dans le roman policier contemporain. 
La femme enceinte est apparue dans les romans policiers contemporains en tant que victime totale : séquestrée, exploitée, tuée ; l’état de grossesse était présenté uniquement comme une faiblesse physique entravant le corps féminin. A présent d’autres romans montrent des femmes enceintes qui, à l’aide de ressources propres, se libèrent du joug de leurs ravisseurs, témoignant d’une modification des représentations sociales du corps féminin et de la maternité.


SESSION 2 : CORPS HUMILIES
présidence séance : Fatma Oussedik
 
15h15-15h35 Nadezhda Alexandrova, Sofia University, Bulgarie, program PIMo (COST CA 18140, Brussels) : Socks and slaves from the Balkans to the Egyptian markets: mobilizing women’s body in domestic labor and prostitution in the 19th c.,
Socks and slaves from the Balkans to the Egyptian markets: mobilizing women’s body in domestic labor and prostitution in the 19th c.
The presentation will focus on two case studies that show women’s labor and women’s body as subjects of economic exploitation in the 19th c. Ottoman lands. The first describes Bulgarian women as domestic workers doing simple manufacturing of handwoven clothes for the huge trade companies of their male counterparts, situated in the big port cities of Istanbul, Cairo and Alexandria. The second case study describes prostitution and slavery, which Circassian women have faced as refugees to the Balkans as a result of the 19th c. Russian military campaigns. I will try to investigate the attitude to these women and to trace their journey across the above-mentioned territories, and eventually to the Ottoman private homes and the slave markets of the Mediterranean. 
Combining primary written accounts of witnesses of those practices with secondary bibliographical sources on that period in Ottoman history, I intend to discuss the way body politics is related to changes of the status of the subject and her positioning in marginal geographical or social place. My key questions of analysis are to what extend such domestic labor and sex service can be regarded as labor and is it possible to regard such practices as empowering women, or empowerment is a cover story of the male gaze to hide the recidivisms of patriarchy.

15h35-15h55 Marc Calvini-Lefebvre : (LERMA) : Mobiliser les corps en temps de guerre: a picture is worth a thousand words
 
La matière première de la guerre, ce sont les corps qu’il faut mobiliser. Mais comment faire dans une société sans conscription – où chaque homme est libre de s’engager ou non – et patriarcale – où l’on attend des femmes qu’elles demeurent « à la maison » en attendant que leurs hommes sortent vainqueurs (ou vaincus)? Le poster que nous présenterons ramasse de manière saisissante la réponse britannique à cette question pendant la Grande Guerre: faire fond sur la masculinité hégémonique de Tommy Atkins pour mobiliser, exalter et humilier les corps masculins, et faire une place (mais pas trop haute) aux corps féminins.
 
15h55-16h10-Renée Dray-Bensousan, GeFeM-GeCRiS TELEMMe (AMU-CNRS): La négation des corps féminins dans le système concentrationnaire
Dès leur arrivée dans les camps les femmes ont été marquées dans leur corps, et niées dans leur féminité au cours de plusieurs étapes que l’on peut recenser de la manière suivante.  Elles ont d’abord subi un véritable attentat à leur pudeur en étant obligées à la nudité devant tous. Puis ce fut le marquage, le tatouage qui annulait leur identité propre. Elles devenaient des numéros. Elles subissent alors la suppression des marqueurs de leurs féminités : plus d’habit adaptés, plus de cheveux, plus de menstrues. La négation de leurs corps entraîne la suppression des marqueurs humains. il n’y a plus de genre ; elles sont devenues des objets.  
16h10-16h30 : Sumbul Kaya Ifea (Institut Français d’Etudes Anatoliennes, IFEA, Istanbul) : Des corps meurtris au corps politique, la nation : la représentation des corps lors de la tentative du coup d’état de juillet 2016
 
La tentative du coup d’état du 15 juillet 2016 a donné à voir à des scènes de violence sans précédent. Les affrontements et les confrontations entre des civils et policiers s’opposant aux putschistes ont laissé place à des corps meurtris. Cette communication étudiera la représentation de ces corps à travers leur traitement médiatique et les réactions qu’elles ont pu susciter au sein de la société. Nous intéresserons à la prise en charge étatique et sociétale des corps décédés. Nous verrons à la fois un processus de glorification des martyrs (civils décédés lors de la tentative) et des pratiques visant à rejeter le corps des putschistes.
 
16h-30-17h : Débats
 
17h : intervention de l’artiste Anna Raimondo (IMERA)
 
 
Vendredi 18 décembre 2020
Matin : Turquie : reprise des travaux. Modérateurs: Feyza Ak Akyol et İpek Merçil (9h-11h)



Turquie 11h 14h
Tunisie 9h -12h (pays organisateur)
France 9h-12h
Hafedh Djedidi : modérateur
Béchir Gorchène, artiste sculpteur et performer
Dr Ahlem MTIRAOUI, Psychiatre, Psychothérapeute (TCC), Sexologue Clinicienne
Maître de Conférence Agrégée à la Faculté de Médecine de Sousse
Service de Psychiatrie, CHU Farhat Hached, Sousse, TUNISIE
  « Coût du traumatisme : le corps mémoire »
 Olfa Bouassida Souli , Docteur en Sciences Culturelles, Maitre- assistante à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Sousse- Tunisie, Corps dansants , corps en mouvant dans le tanztheater de Pina Bausch .
Nour-Imène Sassi,activiste(Vice-présidente Amnesty international-Tunisie), Violence confinée : prévenir et contenir
Exposition artistique plurielle : peinture sculpture, art vidéo et installations
Hafedh Djedidi : modérateur : 
Béchir Gorchène, artiste sculpteur et performer

Dr Ahlem MTIRAOUI, Psychiatre, psychothérapeute (TCC), Sexologue Clinicienne
Maître de Conférence Agrégée à la Faculté de Médecine de Sousse
Service de Psychiatrie, CHU Farhat Hached, Sousse, TUNISIE
  « Coût du traumatisme : le corps mémoire »
Olfa Bouassida Souli , Docteur en Sciences Culturelles, Maitre- assistante à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Sousse- Tunisie, Corps dansants , corps en mouvant dans le tanztheater de Pina Bausch
Nour-Imène Sassi, activiste (Vice-présidente Amnesty international-Tunisie), Violence confinée : prévenir et contenir
Exposition artistique plurielle : peinture sculpture, art vidéo et installations
Hafedh Djedidi : modérateur
Béchir Gorchène, artiste sculpteur et performer
Dr Ahlem MTIRAOUI, Psychiatre, Psychothérapeute (TCC), Sexologue Clinicienne
Maître de Conférence Agrégée à la Faculté de Médecine de Sousse
Service de Psychiatrie, CHU Farhat Hached, Sousse, TUNISIE
  « Coût du traumatisme : le corps mémoire »
 Olfa Bouassida Souli , Docteur en Sciences Culturelles, Maitre- assistante à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Sousse- Tunisie, Corps dansants , corps en mouvant dans le tanztheater de Pina Bausch .
Nour-Imène Sassi,activiste(Vice-présidente Amnesty international-Tunisie), Violence confinée : prévenir et contenir
Exposition artistique plurielle : peinture sculpture, art vidéo et installations
 
13h-15h carte blanche
13h15h carte blanche
17h30-19h30 Présentation des travaux,conclusion, ouverture, remise des prix par site
15h30-17h30 Présentation des travaux, conclusion, ouverture, remise des prix par site
15h30-17h30 Présentation des travaux, conclusion, ouverture, remise des prix par site
 
  
 
 
 
Résumés présentations Sousse

Béchir Gorchen, artiste, peintre et sculpteur : « Corporéité sculpturale à l’épreuve des imaginaires et transgression »
Il s’agit du compte rendu d’une performance sculpturale exécutée en 2 D dans l’atelier de l’artiste et transplantée, à l’occasion d’une manifestation culturelle et artistique en mars 2109, dans un jardin public en milieu urbain. Le témoignage de l’artiste mettra en exergue l’impact d’une corporéité autre sur une population profondément marquée par les croyances et les superstitions et s’inscrivant dans un refus agressif du « corps représenté » et de sa  modalité anthropomorphique et chromatique détournées des normes et des conventions. 

Ahlem Mtiraoui, CHU Farhat Hached, Service de psychiatrie, Sousse, Société Tunisienne de Sexologie Clinique : “Coût du traumatisme : le corps mémoire”
Les violences sexuelles, particulièrement incestueuses sur mineurs, sont le plus grand pourvoyeur de psycho traumatismes. Agressé, menacé, violenté, le psychisme refuse d’intégrer corticalement l’événement traumatique. Un phénomène d’effraction du psychisme et de débordement de ses défenses se produit. Les conséquences peuvent être sévères, chroniques et handicapantes avec des troubles somatiques, psychologiques, des difficultés cognitives et de socialisation, des risques de conduites asociales et de délinquance, un risque accru d’être à nouveau victime ou d’en être auteur. Mémoire traumatique et dissociation sont en œuvre.
Olfa Bouassida Souli, Docteur en Sciences Culturelles, Maître- assistante à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Sousse : « Corps dansants, corps en mouvement dans le tanztheater de Pina Bausch »
Pina Bausch constitue une des révolutionnaires de la danse que ce soit au niveau des thèmes abordés, des procédés utilisés ou dans les mouvements des corps et leur rapport à l’espace scénique. En effet, selon elle, la danse ne se constitue pas seulement de mouvements, mais c’est aussi un langage issu d’un travail minutieux sur le rêve, la mémoire et le désir qui lui permet de mettre en exergue la relation conflictuelle et ambigüe entre les sexes et la complexité de l’être humain.
Nour Imene Sassi, Vice-Présidente Amnesty International, section tunisienne : « Violence confinée : prévenir et contenir »
Notre intervention fait un état des lieux de la violence enregistrée à Sousse lors de la période de confinement du COVID-19 en effectuant une lecture croisée des témoignages qui relèvent des enquêtes effectuées à Sousse et des chiffres en rapport à la violence de cette période. Il s’agit surtout d’élaborer une stratégie d’évitement susceptible de contenir cette violence. Dans l’esprit même de ce colloque, il s’agit de proposer une réappropriation de ces corps à la fois surveillés, mobilisés et exposés.