LES ÉCOLES DE RECHERCHE

dans le cadre de GenderMed porté par la MMSH les pistes de réflexion ont été ouvertes lors des recherches réalisées dans le cadre de l’Atelier Thématique d’Études Doctorales (ATED), « Genre : documenter les résistances dans la Méditerranée contemporaine », 25-29 septembre 2013, dirigé par Randi Deguilhem, rencontre soutenue par LabexMed (Laboratoire d’Excellence : Sciences Humaines et Sociales au Cœur de la Méditerranée)  et le Pôle EuroMed MMSH  A*MIDEX,   continuent à s’approfondir pendant des journées de CORMED 1 et CORMED 2, notamment, par rapport aux expressions du corps – que ces interrogations soient de l’ordre du symbolique ou du réel ou d’un croisement des deux. En le faisant, elles associent et entrecroisent des démarches multidisciplinaires en histoire, en sociologie, en anthropologie, en science politique et juridique, en arts plastiques et littéraires mais également en médecine de toutes ses déclinaisons afin de pouvoir étudier les différents usages du corps en Méditerranée aujourd’hui ainsi qu’aux époques antérieures.  Ces prémices-là constituent les domaines d’interrogation de la deuxième édition de CORMED : École de Recherche sur le Genre qui aura lieu en présentiel à Sousse, Tunisie, 26 février – 1 mars 2024. Des universités, des organismes de recherche et de culture ainsi que des instances d’intervention de la société civile en Tunisie, au Liban et en France se réunissent en partenariat pour organiser cette École. 

La réflexion à mener lors du CORMED 2 s’appuie sur des approches novatrices qui questionnent des expressions de résistance relatives au corps dans la Méditerranée par le biais d’une analyse des croisements intersectoriels, intersectionnels et interdisciplinaires dans les champs du corps artistique, du corps médicalisé et du corps ajusté.

Pour ce faire, CORMED 2 examine et contextualise des gestes qui transforment le corps en tant que construction sociale face aux différents pouvoirs dans la société (Fassin et Memmi, 2004) mais également en tant que corps médicalisé et ajusté tant sur le plan du genre que sur la sexualité (Mollo et Falzon 2009 ; Hérault 2010). Cette École s’intéresse également aux regards qui mettent en exergue telle ou telle posture corporelle artistique dans des situations diverses, examinant ainsi l’expérience du croisement des usages du corps et de la création artistique (Morais 2016 ; Sheriff 2011). Cela par une action qui intervient physiquement sur le corps pour le réaménager et le réajuster ou bien par le biais d’un point de vue artistique réalisé par un tiers au regard d’un corps dans un lieu et à un moment donné avec l’objectif de transmettre une perspective spécifique de ce corps (Salamon 2011). En le faisant, il serait question, dans les travaux menés lors de CORMED 2, d’étudier des théories de la décolonisation du corps (Talpade Mohanty 2003) dans la Méditerranée et au-delà.

S’inscrivant dans le sillage des travaux réalisés dans les journées du CORMED 1 2020  décembre 2020), École initiée par Constance De Gourcy (Mesopolhis, MMSH), co-organisée par le réseau thématique  GenderMed : penser le genre en Méditerranée, MMSH, représenté par Randi Deguilhem et GeFeM, dirigé par Karine Lambert, TELEMMe, La Recherche transversale interdisciplinaire UAR 3125 représentée par Nacira Abrous, Cnrs, le département d’histoire de l’Université de Sousse, représentée par Boutheina Ben Hassine, et de l’Institut de Beaux-Arts de Sousse, Tunisie ainsi que l’Université Galatasaray, Turquie, représentée par Nazli Nokten au sujet des questions relatives aux corps surveillés, mobilisés et exposés en Méditerranée, l’École de Recherche sur le Genre CORMED 2 élargit, approfondit et innove quant aux approches méthodologiques mobilisées pour analyser des expressions de résistance en Méditerranée telles qu’elles sont formulées autour du corps artistique, médicalisé et ajusté.

CORMED 2 va approfondir, en même temps, des réflexions menées dans le cadre de la Journée d’Étude, « Expressions genrées de résistance, mouvement et crises transformatives en Méditerranée » du 22 avril 2021 organisée par GenderMed, MMSH-AMU CNRS dans le cadre du programme de l’Action COST 18140 de Bruxelles :
PIMo « People in Motion. Entangled Histories of Displacement across the Mediterranean », programme dirigé par Giovanni Tarantino, Université de Florence, appuyé par le CNRS, la MMSH recherche transversale interdisciplinaire et SoMuM (Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée), MMSH-AMU, rencontre à laquelle participaient plusieurs encadrant.e.s de CORMED.

Penser le genre en Méditerranée un réseau AMU

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search